Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

Sans Tabou: le M5-RFP et le Mali-Kura, un espoir mort-né ?

Le Mouvement du 5 juin-rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) traverse actuellement une zone de turbulence. Après les grandes manifestations de contestation qui ont eu raison du régime d’IBK, ce n’est plus le beau temps au sein de ce grand ensemble. C’est la CMAS, qui a donné le ton en prennent ses distance avec le M5 au lendemain de la formation du gouvernement Moctar Ouane. Le mardi dernier, c’était le tour du Mouvement démocratique et populaire du Dr Oumar Mariko d’emboîter le pas à la CMAS. Jusqu’où ira cette saignée au sein du M5-RFP ?

Ce n’est pas la première fois que le mouvement de contestation qui a lutté pour le départ de l’ancien président IBK connait des difficultés en son sein. Au plus fort de sa lutte, le mouvement a essuyé plusieurs clashs et mouvements d’humeur. L’on se rappelle du remous ménage suscité au sein de l’organisation suite à la proposition d’un mémorandum à l’ex-Président. À l’époque, le président du Mouvement Espoir Mali Kura (EMK), Cheick Oumar Sissoko, n’avait pas caché sa colère face à ce qu’il considérait comme un virage, contrairement à l’objectif initial du mouvement. L’EMK envisageait même de mener le combat en solo, si le M5 trouvait un compris avec IBK.
Lors d’un point de presse, le 1er juillet 2020, au siège de la CMAS, le M5-RFP avait dévoilé le contenu d’un mémorandum à soumettre au Président Ibrahim Boubacar KEITA pour une sortie de crise. Cette proposition a été rejetée par le mouvement dirigé par Cheick Oumar SISSOKO. Les responsables du mouvement sont parvenus à sauver les meubles en menant le combat pour leur objectif initial qui était la démission d’IBK. Un combat qui a été rendu possible grâce à l’intervention d’une junte militaire dirigée par le colonel Assimi Goïta.
Après la chute d’IBK, le mouvement renoue avec ses divergences liées à la problématique de conciliation des intérêts. Depuis la mise en place du gouvernement de la transition, le courant ne passe plus au sein du M5. Le coordinateur de la CMAS de l’Imam Mahmoud DICKO est en froid avec plusieurs responsables du mouvement.
Aussi, le MDP du Dr Oumar MARIKO a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il ne partageait pas l’orientation actuelle du M5-RFP. Ce qui fait encore une organisation de moins pour le M5-RFP.
Cette saignée en cascade n’augure pas un lendemain meilleur pour ce mouvement qui doit continuer à jouer un rôle de sentinelle pour la refondation de notre pays.
Malgré les assurances du président du comité stratégique du M5, l’évidence est qu’il y a une sérieuse déchirure au sein du mouvement. Sur Africable télévision, Choguel Kokalla MAIGA a déclaré : « aujourd’hui je peux affirmer qu’il n’y a aucun problème au sein du M5-RFP. Nous sommes en train de planifier d’autres stratégies. Celui qui ne se reconnaît pas dans le mouvement peut partir ».
L’histoire donne raison à ceux qui ont toujours soutenu qu’au sein de ce mouvement de contestation chacun est venu avec un agenda caché. Ce sont ces agendas cachés qui se dévoilent au fur et à mesure mettant à mal l’unité au sein de l’ensemble. Les alliés d’hier ne regardent plus dans la même direction et bonjour aux clashs.
Véritable porteur d’espoir pour un peuple à la quête de sécurité et de paix, de justice et de bien-être, la cassure du M5-RFP peut s’avérer un ouf de soulagement pour un régime qui a horreur de la contestation, mais un coup fatal pour le changement, le Mali-Kura tant attendu par nombre de Maliens.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *