Search
mercredi 28 octobre 2020
  • :
  • :

Sans Tabou: Ogossagou II, quel massage aux autorités nationales ?

Au moment où Diongounda TRAORE envisage d’envoyé des émissaires auprès des chefs terroristes du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), notamment Amadou Kouffa et de Iyad AG Aghali, pour que cesse ce bain de sang qui martyrise les Maliens, le village d’Ogossagou, qui était déjà presque une ville fantôme vient d’être frappée de la manière la plus cruelle. Bien que n’ayant pas été encore revendiquée par un groupe terroriste, les observateurs attribuent cette attaque aux éléments de la Katiba du Macina. Est-ce à dire que l’initiative de négocier avec les jihadistes a échoué d’avance ?

Il y a deux semaines, le représentant spécial du Président de la République pour la résolution de la crise au centre, le Professeur Dioncounda Traoré a publiquement annoncé lors d’une conférence que toutes les options sont sur la table y compris dialoguer avec les deux leaders religieux qui n’ont pas renoncé à leur nationalité malienne.

En outre, Maitre Hassane BARRY, à la faveur d’une conférence de presse, animée le mercredi 12 février 2020, par le Mouvement démocratique et populaire (MDP) sur la situation actuelle du pays en général, a estimé que les pouvoirs publics avaient trainé les pieds pour dialoguer avec les responsables djihadistes Amadou Kouffa et Iyad Ag Ghali. Il a ainsi confirmé avoir rencontré Kouffa et que ce dernier était pour le dialogue.

« J’ai rencontré Amadou Kouffa accompagné des colonels de l’armée du Mali parce que nous nous sommes dit qu’il est mieux de convaincre que de vaincre, car celui qui est convaincu est déjà vaincu. Nous nous sommes dit pourquoi ne pas tenter le dialogue, car malgré la présence de plus de 30 mille militaires étrangers sur notre territoire, nous n’avons pas encore vu le bout du tunnel », a indiqué Me Barry. Selon Me Hassane Barry, sa rencontre avec Kouffa a permis de ramener l’accalmie et de libérer des détenus.

« Nous nous sommes dit que le plus important, c’est de parvenir ensemble et lorsque nous nous retrouvions dans une même assemblée, les retrouvailles peuvent certainement permettre de changer certaines positions. Nous nous sommes dit qu’il vaut mieux dialoguer. Notre rencontre a permis de ramener l’accalmie à l’époque et mieux nous avons réussi à faire libérer des militaires détenus à leur niveau à travers le dialogue », a-t-il dit. Et d’ajouter que Kouffa a dit ceci : « Si vous êtes pour le dialogue, je vous ferai la route pour Iyad Ag Ghali et je m’impliquerai pour que vous puissiez voir Iyad Ag Ghali, mais je ne peux avoir une position contraire à celle d’Iyad Ag Ghali ». Et si ces belles déclarations de la part d’un djihadiste n’étaient que mirage ?

En tout cas, avec OGOSSAGOU II et d’autres attaques terroristes enregistrées ces derniers temps, les jihadistes ne semblent envoyer un message des plus rassurants aux autorités suite, à leur offre de dialogue. En plus de Ogossagou qui vient d’être une nouvelle fois martyrisée, les Famas continuent d’enregistrer de lourdes pertes dans leurs rangs. Les attaques des camps d’Indelemane, de Tambakort et de Sogolon ont toutes été revendiquées par le (GSIM). Autant dire que la nouvelle marche doit être menée avec beaucoup de précautions par les autorités maliennes dans le cadre du retour de la paix et la concorde nationale.

PAR CHRISTELLE KONE.   




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *