Search
mercredi 16 octobre 2019
  • :
  • :

Sans Tabou: régime IBK, la prime à l’incompétence

Complaisance, mystification de la population, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la décision du Président de la République qui vient de nommer le général de brigade Abdrahamane BABY, chef d’État-major général adjoint des armées. Cela intervient moins de 4 moins après son limogeage, suite au drame de Ogossagou qui a fait plus de 150 morts, le 23 mars 2019. A quoi joue donc le chef de l’État qui fait semblant de bien gérer la situation avec un même officier qui est sous le coup d’une sanction à peine purgée ?

Suite à l’attaque du village de Ogossagou, le 23 mars dernier, le Gouvernement avait pris la décision de dissoudre la milice Dan Nan Ambassagou. Une dissolution qui semble d’ailleurs rester au stade de l’effet d’annonce, si bien que la milice continue toujours ‘’sa mission de protection des populations’’ faute de présence des Forces armées dans plusieurs localités du pays dogon.  Après l’annonce de la dissolution de la milice Dan Nan Amassagou, à la faveur d’une session extraordinaire du conseil des ministres, le Président de la République a limogé le chef d’état-major général des armées, le général de division M’bemba Moussa KEITA, le CEM de l’armée de terre, le général de brigade Abdrahamane Baby, le Directeur du renseignement militaire. Même le Gouverneur de Mopti en a pris pour son grade.

Ces sanctions au sommet de la hiérarchie militaire étaient un signal fort pour dire : plus jamais ça au Mali. Aussi, cette mesure visait à insuffler une nouvelle dynamique dans l’organisation de nos forces armées et de sécurité. Mais hélas, aujourd’hui il y a cette décision qui réhabilite l’ancien chef d’État-major de l’Armée de terre. Certains Maliens estiment que peut-être le chef de l’État s’était trompé en limogeant le général de brigade Abdrahamane BABY. D’autres trouvent qu’il n’en est rien. Pour eux, c’est juste de la poudre que le Président IBK a jetée aux jeux de la population en faisant semblant de bien gérer la situation, en trouvant de parfaits boucs émissaires.

En tout cas il est paradoxal qu’un officier supérieur relevé après la mort de plus de 150 personnes soit promu en un laps de temps. Il y a une gestion chaotique des hommes sur fond de népotisme qui ne dit pas son.

Comment comprendre que parmi tant d’officiers généraux que compte le Mali, l’on ne parvienne pas à trouver une nouvelle tête qui puisse donner espoir à la population, au lieu de faire recours à quelqu’un qui a déjà montré ses limites dans un passé très récent ?

La triste réalité est qu’il est devenu une tradition au Mali, sous le régime d’IBK, de récompenser la médiocrité. Les cas de cadres limogés et puis réhabilités au vu et au su de la population sont légion sous l’ère IBK. L’un des cas les plus anecdotiques étant la promotion fulgurante du monteur financier du dossier d’achat de matériels et d’équipements militaires, Ben Barka, ministre limogé et propulsé Secrétaire général de la Présidence de la République.

Cette incohérence au sommet de l’État donne raison à ceux qui ne cessent de critiquer les nominations par affinité. Et dire que le pouvoir ne rate aucune occasion pour faire l’apologie de l’excellence ! Allez-y savoir.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *