Search
vendredi 21 janvier 2022
  • :
  • :

Sans Tabou: sale temps pour la France

Alors que le pays est en pourparlers pour baisser la tension avec certains de ses partenaires européens et américains, en Afrique la politique française est également fustigée. Le Mali et l’Algérie, deux anciennes colonies, désapprouvent la politique extérieure de l’Hexagone.

En plus de la tension entre la France et l’Angleterre, les USA et l’Australie sur l’affaire de sous-marins, l’image du pays de Emmanuel MACRON est également mise à rude épreuve en Afrique. L’Hexagone est décrié dans plusieurs secteurs et domaines (économie, militaire…) de sa coopération avec des pays africains.
Après la réaction algérienne aux propos français, c’était au tour du Mali d’emboiter le pas. Son ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Abdoulaye DIOP a convoqué le mardi dernier l’ambassadeur français, Joël MEYER, pour protester tout en lui signifiant son indignation suite aux propos de Emmanuel MACRON.
Le ministre Abdoulaye DIOP qualifie la sortie du président français, dans un communiqué, de ‘’regrettable’’, ‘’d’inamicale’’ et de ‘’désobligeante’’. De même, il a invité les autorités françaises à la retenue en évitant des jugements de valeur et appelé « à une approche constructive basée sur le respect mutuel, en vue de se concentrer sur l’essentiel, notamment la lutte contre le terrorisme dans le Sahel ».
Une réaction d’empreinte de courage, d’engagement et de volonté d’un pays qui a envie d’une nouvelle approche de la coopération basée sur le respect mutuel et beaucoup plus avantageuse.
Avant lui, c’était le Premier ministre Choguel Kokalla MAIGA, à la tribune de la 76e assemblée générale des Nations unies qui avait mis à mal le discours des responsables français sur l’opération militaire contre le terrorisme.
Egalement, le ministre des Affaires étrangères algérien en mission au Mali a exhorté l’Etat français à revoir sa politique de coopération avec les Africains. En exprimant sa solidarité au peuple malien, il souligne « nos partenaires doivent aujourd’hui décoloniser leur propre histoire et s’inscrire dans une dynamique respectueuse, cohérente et responsable ».
Ces différentes sorties portent un coup dur à l’image de la France en Afrique où sa politique extérieure est taxée d’être à la base des problèmes de ses anciennes colonies. Certaines d’entre elles ne cachent plus sur leur soif d’avoir mieux et plus.
Par ailleurs, l’opinion publique malienne dans sa majorité est opposée à la politique française telle que confirmée par l’enquête de sondage de l’expert GUINDO qui soutient que 91.43% ont une opinion défavorable de la France.
Sur le terrain, depuis des années, des populations ne cessent de monter au créneau, à travers des manifestations et sur les réseaux sociaux, pour demander une autre coopération entre la France et le Mali. Elles veulent que les relations entre les deux pays soient revisitées puisqu’elles sont déséquilibrées et que les clauses renferment toujours l’esprit de la ‘’ Françafrique’’ et du néo-colonialisme.
En dehors des frontières du Mali, des citoyens d’autres pays, à l’image du Niger, du Burkina-Faso, ont également manifesté, en son temps, contre la France qui est loin de résoudre le problème sécuritaire ayant motivé sa forte présence militaire sur ces territoires.

Par SIKOU BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *