Search
samedi 16 février 2019
  • :
  • :

Sans Tabou: scandale des 50 millions, ce que l’imam DICKO n’a pas dit

L’actualité nationale reste marquée depuis le jeudi dernier, par la remise de 50 millions FCFA par le Premier ministre, au président du Haut conseil islamique, Imam Mahmoud DICKO, qui a renvoyé l’argent. Si les uns et les autres sont unanimes sur la véracité des faits (le geste et son rejet), nombreux sont les Maliens qui se demandent comment est venue cette affaire.

Selon des sources concordantes, confirmées dans une déclaration postée de Chérif Mouhamadou Chouala Bayaya HAIDARA, guide spirituel de l’Association Hizbourahamane, le tout serait parti de coups de téléphone incessants de l’Imam DICKO au Président de la république IBK qui n’aurait pris son appel que sur conseils d’un de ses proches collaborateurs.

Au téléphone, rapporte notre source, l’imam Mahmoud DICKO aurait informé le Président IBK de la tenue d’un meeting du Haut conseil islamique, pour prier et faire des bénédictions pour le Mali. Par la même occasion l’imam aurait sollicité de son ‘’ex-ami’’, le président de la république, un appui moral et financier pour accompagner l’initiative.

Après avoir souhaité la bonne réussite du meeting, le Président IBK, comme à son habitude, aurait rassuré son interlocuteur que l’État ne saurait ne faillira pas à sa mission de solidarité nationale à l’endroit de toute initiative pour la paix et la cohésion sociale.

C’est ainsi, la source, à la fin de la réunion du Conseil des ministres du mercredi le 6 février dernier, le Président IBK, avant de lever la séance, aurait instruit au Premier ministre d’apporter son soutien au président du Haut conseil islamique dans le cadre de l’organisation di meeting.

Sans préciser la nature du soutien, encore moins le montant. Il nous revient qu’avant de se déplacer chez l’Imam, le porteur de valise du PM a bel et bien téléphoné à ce dernier pour lui expliquer l’objet de sa visite. En réponse, l’Imam, en raison de son calendrier surchargé, aurait demandé au Premier ministre ou à son émissaire d’apporter l’argent à la maison.

Aussitôt, le Premier ministre aurait dépêché un proche collaborateur à apporter la somme à l’Imam DICKO à son domicile. La suite est connue.

L’argent est exhibé au public par le biais d’une conférence de presse, avant de fournir des motifs pour lesquels le HCIM le refuse. En tout cas, si l’on peut s’en prendre à un gouvernement de gaspiller de l’argent du contribuable, par ce geste, alors que des urgences ne manquent pas, il y a lieu de dénoncer le manque d’humilité de la part d’un imam qui a agi par populisme.

Par Sékou CAMARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *