Search
dimanche 8 décembre 2019
  • :
  • :

Sans Tabou: Tabacoro, des occupants illicites défient l’Etat

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed ARBI, a effectué une visite de terrain sur le site des logements sociaux de N’Tabacoro en vue de s’imprégner de l’État des lieux des travaux sur le site et sensibiliser les occupants illicites des lieux de déguerpir, pour permettre aux ingénieurs de travailler convenablement. À l’allure de provocateurs, certains jeunes ont déclaré qu’ils ne bougeront pas d’un iota de ces lieux qu’ils considèrent, comme « les terres de leurs ancêtres ».

Des maisons entièrement terminées, d’autres, déjà habitées, et une grande partie en chantier se dressent côte à côté sur le site des logements sociaux de N’Tabacoro. Voilà l’image ahurissant de ce site, qui est depuis des années, l’objet d’une grande convoitise des spéculateurs fonciers.

Avec une superficie de 1000 hectares, ce site doit abriter 20 000 logements sociaux de différents types. Mais c’est dans l’indifférence totale que les occupants illicites continuent de vaquer à leurs occupations, ignorent les décisions et autres mesures des plus hautes autorités. La preuve, pendant la visite, Modibo DRAME, un chauffeur de taxi, qui habite déjà dans sa nouvelle maison, sur le site montre ses muscles aux autorités maliennes.

« Moi, mes papiers m’ont été offerts des fonctionnaires du ministère des Domaines et ils veulent que je quitte, je ne quitte pas », a protesté le chauffeur Dramé.

« Je suis ici il y a dix ans. Ce n’est pas un gouvernement qui va me faire déguerpir d’ici. Nous n’allons pas bouger d’un iota », a-t-il dit au milieu d’une dizaine de jeunes. Un autre jeune qui n’a pas voulu décliner son identité lance le défi aux autorités : « qu’elles viennent nous déguerpir ! Nous les attendons de pied ferme », a-t-il clamé.

Pourtant, le gouvernement du Mali, par décret n° 2011- 090/ P- RM du 7 mars 2011 a autorisé et déclaré d’utilité publique les travaux d’extension des logements sociaux à N’Tabacoro dans la Commune de Kalaban-Coro, cercle de Kati. Malgré tout, ces habitants ignorent toute propriété de l’État sur ces espaces et font ce qu’ils veulent sans être inquiétés.  On se rappelle déjà de la décision du PM sortant, Soumeylou Boubèye Maiga qui avait fait démolir des maisons sur place, l’année dernière en vue de dégager des voies d’accès obstruées par des constructions illicites.

Quant au ministre ARBI, sur place, il été clair : « ces lieux vont être assainis de ces occupants, compte tenu de son caractère public. J’en appelle au bon sens de tout un chacun pour que nous puissions avoir un heureux dénouement de ce problème », a-t-il dit.

En tout état de cause, cette affaire qui n’a fait que trop durer doit être résolue, par une application rigoureuse de la loi.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *