Search
vendredi 23 avril 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: transition, la maldonne de Aboubacar Sidick Fomba

Pour une transition ‘’réussie, inclusive et apaisée’’, le Président du Parti ADEPM, Aboubacar Sidick FOMBA, membre du Conseil National de Transition (CNT) vient de faire des propositions pour le moins surprenantes parmi lesquelles, la formation d’un nouveau Gouvernement de transition. Mais, ce que le Dr FOMBA ne dit pas, c’est que le CNT dont il est membre fait incontestablement partie des problèmes de cette Transition. Pour cause ! Sa mise en place a été émaillée de plusieurs irrégularités qui mettent en cause sa légitimité.

Après la fin de la mise en place des organes de la Transition, Aboubacar Sidick FOMBA, Président du parti ADEPM et membre du Conseil National de Transition (CNT), fait une série de propositions pour «une Transition réussie, inclusive et apaisée».
Il suggère notamment la formation d’»un nouveau gouvernement avec un Premier ministre d’envergure, la révision de la Charte de la transition et la Feuille de Route, la dissolution de toutes les milices, la tenue d’une conférence nationale inclusive «.
Pour lui, le Premier ministre doit avoir une capacité de recadrage des ministres et très rigoureux dans la gestion des ressources humaines. Aussi, les FAMa et le M5-RFP devraient être à égalité dans ce gouvernement avec six ministres chacun.
Certes, nous concédons au Dr FOMBA sa promptitude de faire des propositions concrètes aux problèmes de la nation là où beaucoup préfèrent se contenter de critiquer. Mais, ce qui intrigue dans cette question, c’est la légitimité du Dr FOMBA à faire de telles propositions d’envergure dont l’issue est visiblement incertaine. Car, tout homme politique qu’il est, Aboubacar Sidick FOMBA a-t-il la légitimé pour parler au nom d’une certaine majorité du peuple quand on sait que son parti l’ADEPM n’a aucun élu ? Ce qui est indéniable, c’est que son parti est beaucoup plus présent sur les réseaux sociaux que sur le terrain.
Mieux encore, notre analyste siège au sein d’un organe important de la transition, le CNT qui est loin d’être un exemple de légitimé. Sa légitimité a toujours été mise en cause par différents acteurs pour diverses raisons. Tout d’abord, parce que le décret de création du CNT signé par le Chef de l’État a été violé en plusieurs endroits, constituant une violation de la charte de la transition. Par exemple, le quota qui devait être attribué à certaines organisations membres du CNT, à l’image de la presse, n’a pas été respecté. Aussi, la procédure de nomination qui veut que le candidat envoie ses propres dossiers a été violée avec la nomination surprise de certains membres qui n’ont jamais postulé.
Au regard de tout ce qui précède, si ‘’notre FOMBA’’ était animé de bonne foi, il devrait plutôt balayer devant sa case, en proposant une réforme du CNT plutôt qu’un renversement du Gouvernement. Mais, il est évident que cette décision serait difficilement acceptée par l’homme qui se verrait débarquer sans une possibilité certaine de revenir au cas où on venait à édicter des critères drastiques.

PAR ABDOULAYE OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *