Search
vendredi 24 septembre 2021
  • :
  • :

Sans Tabou: URD, sous le vent des oppositions

En raison du véritable casse-tête chinois provoqué par l’arrivée des militants de la 25e heure, qui du reste, sont très ambitieux, l’Union pour la République et la Démocratie (URD), doit faire face à une pétition contre la direction du parti. Cette dernière est accusée par certains militants de traîner les pieds pour la convocation de la prochaine conférence nationale. Autant dire que l’URD s’enfonce chaque jour peu plus dans la tourmente, depuis le décès de Soumaila CISSE, fondeur du parti.

La mémoire de Soumaila CISSE sera-t-elle souillée par ses héritiers politiques ? La question a son pesant d’or face à la tournure que prennent les événements au sein de principal parti de l’opposition malienne sous l’ère IBK.
Déjà sévèrement critiqué par l’opinion, après l’adhésion en grande pompe du dernier Premier ministre d’IBK, Boubou CISSE, le parti est au cœur d’une nouvelle polémique.
Des militants, mécontents de la gestion du parti par l’actuelle direction viennent de lancer une pétition. Ces derniers estiment que face aux problèmes que traverse le parti ces derniers temps, relatifs au choix de son candidat pour la prochaine élection présidentielle, il est nécessaire de tenir une conférence nationale extraordinaire pour se pencher sur cette épineuse question. Selon eux, cette assise est conforme aux textes du parti, notamment à l’article 54 des statuts du Parti qui stipule :
«La conférence nationale extraordinaire est convoquée par le BEN au moins 15 jours avant sa tenue, ou à la demande des 2/3 des membres du BEN, ou des 2/3 des Sections. Elle ne peut porter que sur son ordre du jour».
Mais cette volonté de trouver une issue rapide aux maux du parti, à travers la convocation de la conférence nationale extraordinaire, se heurte au refus du bureau exécutif national qui voit dans la convocation d’une telle assise un grand risque d’ouvrir la boîte de pandore dans le contexte actuel.
Dans une correspondance en date du 16 août 2021, adressée aux membres du BEN et aux secrétaires généraux de sections, le 1er-vice-président, le Pr Salikou SANOGO, appelle les responsables et militants du parti au calme.
«Il me revient que certains de nos camarades sont entrepris, par voie d’huissier, pour la signature d’une pétition aux fins de l’organisation d’une conférence nationale extraordinaire de notre parti.
Je voulais attirer l’attention de tous et toutes sur les dangers que comporte une telle démarche pour notre parti », peut-on lire dans le communiqué.
Présenté pendant longtemps le parti de l’espoir et de la dignité grâce au leadership incontesté de Soumaila CISSE, l’URD est devenu aujourd’hui la risée du monde depuis qu’il a accepté de dérouler le tapis rouge devant Boubou CISSE.
En plus de l’indignation de ceux qui considèrent Boubou CISSE comme l’un des bourreaux de l’URD et de son défunt président, ses partisans au sein de l’URD n’évoquent que sa richesse et sa prédisposition à financer les différentes campagnes du parti comme principale raison de son choix.
Pour certains observateurs, cet argument est à la fois fallacieux et déshonorant pour l’URD de Soumaila CISSE qui n’a jamais accepté de compromission avec le régime défunt.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *