Search
mardi 20 avril 2021
  • :
  • :

Taoudénit: le gouverneur contesté

Le Collectif pour la promotion de la paix et la justice de Taoudénit a animé, le samedi 27 février, une conférence de presse, pour porter à la connaissance de l’opinion nationale les problèmes dans la région consécutifs aux agissements du gouverneur. C’était à la Maison de la presse avec comme principal conférencier, le Coordinateur du Collectif Jamal El Oumrani. C’était en présence des représentants des collectivités, des chefs de tribus, de fractions, des cadres et personnes ressources de la région de Taoudénit.
Le Collectif a tout d’abord dénoncé le fait que le gouvernorat de Taoudénit et toutes les directions régionales soient à Tombouctou. Les responsables du Collectif soutiennent que la région de Taoudénit n’existe que sur le papier.
Ils ont informé que sur les 30 communes de la région de Taoudénit, l’installation des autorités intérimaires a posé des difficultés dans 12 communes. Face à ces difficultés, le Collectif affirme avoir pris acte de la validation de ce qu’il qualifie de projet arbitraire des autorités intérimaires dans les communes querellées par le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation. Le Collectif déplore que cette validation ait été faite sans prendre en compte les problèmes énumérés par le Gouverneur lui-même dans son rapport et les nombreuses saisines des populations lésées.
«La situation actuelle a résulté du long et sévère ostracisme dont nos populations ont été victimes, suite à une gouvernance à couverture limitée, voire inexistante dans cette partie du pays laissée à l’abandon », critique le Collectif.
Le Collectif a salué l’engagement héroïque et responsable qui a enclenché une procédure pour sauver la région des errements, de l’incompétence et la corruption.
M. El Oumrani a affirmé que malgré ses défauts, l’actuel gouverneur de Taoudénit a été soutenu par les populations pendant trois ans. Selon lui, aujourd’hui, ces mêmes populations regrettent de constater que la désillusion a remplacé l’espoir.
Le Collectif a dénoncé le Gouverneur habillé en administrateur civil qui a retourné son arme létale contre les populations aux mains nues, dans la cours du gouvernorat de Taoudéni. ‘’Le collectif tient les autorités de la transition comme seule responsable du laisser-aller du Gouverneur. Le collectif prend responsable le General Ould Meidou Gouverneur de la région de Taoudéni pour tous les abus et demande sa démission pure et simple sans condition pour sauver la région d’une éventuelle crise. Un Gouverneur partisan ne peut représenter dignement le Président dans une région’’, peut-on lire dans la déclaration.
Le collectif a affirmé sa détermination à rester mobiliser conformément aux lois de la République pour informer et prévenir tout conflit intercommunautaire dans la région.
Comme bilan du gouverneur pendant trois ans, les conférenciers ont affirmé qu’il a offert un spectacle d’indignation, de désolation et de désespoir, dans une ambiance folklorique frisant souvent le ridicule. ‘’Il a simplement trahi son serment, et la confiance des plus hautes autorités militaires et politiques. Il devrait passer devant une cour martiale, pour haute trahison, les faits pouvant constituer une infraction comme le prévoit l’article 40 du Code de procédure pénale’’, souhaite le Collectif pour la paix et la justice.
Face à la gestion du gouverneur marquée par la souffrance et le recul, malgré les conseils, les propositions de solutions et les orientations de gens de bonne foi qui ont été tous sans effet, le collectif a décidé de lui demander pacifiquement de rendre le tablier pour le seul intérêt des populations qui ont souffert de cette gestion qu’il qualifie de chaotique.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *