Search
jeudi 26 novembre 2020
  • :
  • :

Taxe de la formation professionnelle du FAFPA: le ministre Mohamed Salia Touré en fait une priorité

Le ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, Mohamed Salia TOURE, a effectué, le vendredi 16 octobre, une série de visites dans certaines structures rattachées à son département. Le ministre et sa délégation se sont rendus tour à tour à l’APEJ, à l’ANPE, à l’ACEFOR et au FAFPA. Au Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (FAFPA), le ministre a rassuré de tout faire pour restaurer la taxe de la formation professionnelle suspendue depuis 2018.

Après la visite des locaux, le ministre Mohamed Salia TOURE a longuement échangé avec les travailleurs regroupés autour du directeur Mohamed Albachar TOURE. Le directeur du FAFPA a affirmé que l’arrivée de Mohamed Salia TOURE au département de l’Emploi constitue un espoir pour les services rattachés. Il a souhaité plein succès au nouveau ministre pour la réussite de sa mission.
Le directeur Mohamed Albachar TOURE a saisi l’occasion pour présenter sa structure, ses missions, les difficultés et les perspectives. Selon lui, le FAFPA contribue à la politique du gouvernement en matière de formation professionnelle qualifiante, continue et par apprentissage.
M. TOURE a affirmé que la mission de sa structure est d’améliorer le niveau de qualification de la main d’œuvre locale afin de répondre au besoin du marché de l’emploi ; de renforcer le développement des compétences…
Comme difficulté, il a évoqué la suspension de la principale ressource du FAFPA depuis 2018 et son remplacement par une contribution forfaitaire.
Mohamed Albachar TOURE a expliqué que depuis la suspension de la taxe de la formation professionnelle du FAFPA, la structure fonctionne de façon aléatoire. Comme perspective, M. TOURE a informé que le FAFPA envisage de réaliser 183 plans, actions et projets de formation pour un coût de 6 718 067 891 FCFA.
Dans son intervention, le secrétaire général du syndicat des travailleurs, Madani CAMARA, a affirmé qu’il y a un climat social apaisé au sein du FAFPA. Il a profité de l’occasion pour soumettre au ministre la préoccupation majeure de la structure qui est la restauration de la taxe de la formation professionnelle, principale ressource du fonds.
A son tour, le ministre Mohamed Salia TOURE a reconnu que le FAFPA est une structure qui a beaucoup contribué à l’employabilité des jeunes. Il a déclaré qu’il est nécessaire d’échanger ensemble sur les difficultés pour aider la structure à améliorer sa performance.
« Je vais accorder beaucoup d’intérêt au principal problème évoqué, c’est-à-dire la suspension de la taxe de la formation professionnelle », a rassuré le ministre Mohamed Salia TOURE. Il a affirmé qu’il sera concret et pragmatique dans sa démarche pour mettre le curseur sur des problèmes, les améliorer en vue d’avoir des résultats concrets.
Le ministre TOURE a rassuré qu’il va poser des actions de redressement afin de donner des perspectives aux jeunes. Il a déclaré que la réponse à la crise que traverse notre pays n’est pas seulement avec les armes, mais aussi donner espoir à la jeunesse. Pour ce faire, il s’est engagé à aller chercher les ressources et veiller à leur utilisation efficiente.

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *