Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Terrorisme: le plan secret de Iyad

À en croire un responsable du Front de libération du Macina (FLM), Iyad Ag Ghaly, le chef historique de Ansar Eddine, dispose d’un programme auquel son organisation se conforme scrupuleusement.

Aucun doute n’est plus permis quant au fait que le FLM n’est qu’une succursale des grandes organisations narco-jihado-terroristes. Il vient de le confirmer, à travers une déclaration d’un de ses responsables à un confrère étranger. Ledit responsable fait également une révélation en parlant d’un plan de Iyad dans lequel son mouvement s’inscrit pour effectuer ses opérations terroristes. En effet, le Front de libération du Macina (FLM), qui a revendiqué deux attaques contre les forces armées et de sécurité du Mali, a indiqué que ceci « n’est qu’une suite logique de leur lutte contre les envahisseurs et les mercenaires » et est en « conformité avec le programme tracé par l’émir Iyad Ag Ghali ».
À la lumière de ces affirmations, les cibles du mouvement djihadistes à la solde de Iyad sont, d’une part, les forces internationales (MINUSMA et Barkhane) qui sont engagées pour la sécurisation de notre pays. Ceci explique qu’ils essuient des tirs de roquettes et que de plus en plus, des voies sont minées pour faire des victimes à chacune de leurs sorties. Ce sont ces forces internationales qui volent au secours de notre pays dans le cadre de la lutte antiterroriste qui sont qualifiées d’envahisseurs.
L’autre cible concerne les mercenaires qui ne sont d’autres que les Forces armées maliennes et de sécurité, mais également les autorités politiques accusées d’avoir ouvert les portes du pays à des étrangers qui viennent combattre l’islam. Pour le Front de libération du Macina, ces dernières doivent être également combattues.
La stratégie de combat ou programme de Iyad Ag Ghaly, quel est-il ? Au regard de la déclaration de ce chef djihadiste du FLM qui rattache les attaques contre les Forces armées et de sécurité, elle saute aux yeux. Il s’agit de tuer, de harceler. Dans tous les cas, semer la terreur. Cela est le plan opérationnel du programme de Iyad que le FLM se fait le devoir d’exécuter scrupuleusement.
Mais il y a un autre élément déterminant dans ce programme démoniaque, à savoir celui de se métastaser. En effet, comme on l’a vu en de multiples occasions, Iyad ne frappe plus que par son mouvement Ansar Eddine. Il a d’autres organisations, à l’instar du Front de libération du Macina, à sa solde. Lui obéissant au doigt et à l’œil, elles ne reculent devant rien pour la réalisation de son plan machiavélique. Ceci expliquant cela, le profane se perd généralement face au nombre des revendications des attentats terroristes. À titre illustratif, après l’attaque de l’hôtel Radisson qui avait, le 20 novembre dernier, fait plusieurs morts, il a eu deux revendications : une d’al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et l’autre de Al-Mourabitoune. Cela, avant qu’un communiqué audio, du chef al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ne confirme que l’attaque a été menée conjointement avec un autre groupe djihadiste qui est Al-Mourabitoune.
Comme tout programme, celui de Iyad a nécessairement une finalité. Quelle peut être cette finalité ? Les experts concordent à soutenir que Iyad vise à se poser en personnage incontournable pour ce qui est des questions du Nord. Manifestement, il n’est pas loin de parvenir à ses fins. Et pour cause, même les plus sceptiques emboîtent désormais le pas au PARENA qui a toujours prôné un dialogue avec les djihadistes maliens.
Pour rappel, le ministre de la Réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mohamed, déclarait que le gouvernement n’a jamais fermé la porte du dialogue avec qui que ce soit, mais il a toutefois demandé de lui apporter la preuve de la bonne foi d’Iyad.
Effectivement, le Mali a tendu et tend encore la main à l’ensemble de ses fils pour que la paix et la réconciliation soient une réalité en vue de booter ensemble le développement du pays. Pour autant, rien n’indique que l’on était particulièrement enclin à dialoguer avec Iyad avec qui il n’y a de toute façon pas matière à dialoguer. Ce, d’autant plus qu’il combat l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger et qu’il n’a pas l’intention d’abandonner l’application de la charia dans un pays laïc. Autant dire que si Iyad a remporté une importante victoire en forçant l’unanimité pour que les portes du dialogue lui soient ouvertes, il n’en demeure pas moins que devenir le personnage central auquel on le prédestine serait quelque peu problématique.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *