Trois ans du président IBK: ce qu’en pensent des acteurs politiques

5

4 septembre 2013-4 septembre 2016 : cela fait 3 ans que Ibrahim Boubacar KEITA (IBK) est élu Président de la république du Mali, à l’allure d’un véritable plébiscite. Dans ce cadre, nos différentes équipes ont recueillis auprès des Maliens de tous les bords politiques, leurs impressions sur les 3 ans du quinquennat du Président IBK. Lisez plutôt les réactions.

Ousmane Ben Fana TRAORE président du PCR
« Les avancées économiques sont indéniables »
Vous savez 3 ans, ça va vite. On a le sentiment que le Président a été élu seulement hier. Les 3 ans me font penser quand on s’est regroupé pour lui apporter notre soutien. A cette époque, nous qui étions jeunes candidats à l’élection présidentielle, nous l’avions fait sur un certain nombre de valeurs parce qu’il était au second tour avec Soumaila CISSE. Nous nous sommes dit qu’il pouvait régler le problème du Mali.
Et ces problèmes étaient à l’époque d’ordre sécuritaire ; institutionnel et social ; parce que le pays était à la limite volatilisé.
Aujourd’hui, sur les questions sécuritaires, certes des efforts sont faits, mais beaucoup reste à faire. Notre pays est toujours sujet d’attaques terroristes. Les groupes armés ne sont pas totalement défaits. Le grand banditisme continue et beaucoup de nos militaires tombent sous les coups lâches de l‘ennemi terroriste parfois même de faux djihadistes. C’est sur cette base que je pense qu’on ne peut pas non plus dire qu’il y a eu quelques efforts. Je pense à la Loi d’orientation et de programmation militaire qui est une bonne loi pour un coût de plus de 1 230 milliards FCFA, entièrement financé par le budget national sur 5 ans.
En plus de l’équipement de l’armée qui est visible, nos militaires ne s’habillent plus en haillons. Ce sont là des éléments qui sont à l’actif du Président IBK. Aujourd’hui, nos militaires prennent de plus en plus conscience qu’ils doivent se battre pour notre paix et notre quiétude. Cela est aujourd’hui à saluer.
Pour faire face à l’insécurité à Bamako et à l’intérieur du pays, les forces de sécurité ont été dotées de moyens roulants au niveau des Commissariats de police. C’est une réalité ! Ce sont des choses qui doivent être dites. Parfois, ce qui est bien n’est pas dit. Lors des tueries de Nampala, le Président IBK a eu à parler de l’équation des appareils volants, les ADAV, les ADAK, des hélicos de combat, les avions de transport de troupes, etc. Je pense également que tout le monde a conscience que le pays a besoin d’une couverture aérienne. Et cela est en train d’être mis en œuvre.
Aujourd’hui, nous nous rendons compte que petit à petit, la cohésion est en train de s’installer. De plus en plus, on laisse les militaires gérés des questions militaires.
Maintenant, il est important que nous pensons aux militaires qui sont tombés sur les champs de l’honneur, à leurs familles, à leurs veuves. Vous savez, la reconnaissance du mérite reste un élément clé de toute vision politique. Sans reconnaissance du mérite, il ne peut pas y avoir de répétition dans le sens.
Sur le plan de l’économie, aujourd’hui, on ne le dit pas assez : la hausse de notre taux de croissance, l’augmentation des salaires de 20 % ne sont pas dites à suffisance.
On ne dit pas assez non plus que le SMIG aussi est passé de 28 860 FCFA jusqu’à 40 000 F en 2016 et à 42 800 F en 2017. C’est pratiquement une augmentation de 40 %. Cela dénote de la volonté du Président IBK à sortir le maximum de Maliens de la précarité, afin qu’ils vivent mieux, au regard du coût actuel de la vie.
On ne le dit pas également : il y a eu l’augmentation des allocations familiales qui ont passé de 1 500 F à 3 500 F et 4 000 F par enfants handicapés. C’est vrai, les syndicats ont joué un rôle ; mais ce sont des actions cautionnées par la volonté politique du Président de la république. Ce sont là des actions encourageantes ; même si on doit faire plus.
Mieux, un autre motif de satisfaction à l’actif du Président IBK, c’est ce que le FMI et la Banque mondiale disent actuellement de la santé de notre économie. Cela est connu de tous. Le taux de croissance que le Mali a enregistré dénote de la relance de notre économie.
La création d’emplois, qui est un pendant, qui reste au-delà des questions sociales, est réelle avec les recrutements des collectivités de 2014 et 2015 qui ont permis de créer 8020 emplois en 2 ans. Je ne parle des 116 000 emplois formels crées sur les 200 000 du programme présidentiel. Le ministère de l’Emploi donne ses chiffres qui sont vérifiables. Mais c’est vrai, beaucoup reste à faire dont la réalisation doit passer par la relance économique et le lancement des grands chantiers, à travers tout le pays.
Regardez l’autoroute Bamako-Koulikoro, le pont de Kayo, les principales voies d’accès à l’intérieur des villes comme Ségou ; ce sont là des réalisations qui vont permettre de booster l’économie. Parce que pour nous, les Libéraux, les grands chantiers boostent l’économie.
Regardez la route de Diafrabé-Macina-Ténenkou qui est actuellement en chantier.
Il ne s’agit pas de parler sur du vide ; mais à partir des actions concrètes visibles et vérifiables. Je ne parle pas de projets de construction de lycées, et d’autres bâtiments publics. Je ne parle pas d’électrification des centres urbains, notamment Bla, de Tominian. Ce sont là, aujourd’hui des réalisations palpables qui n’existaient pas. Parfois on a tendance à dire qu’il n’y a rien et que rien n’est fait. Mais cela n’est pas vrai. Il y a des choses qui se font, mais on doit faire plus. Parce ce que c’est ce plus qui doit faire la différence.
Ceux qui disent qu’il n’y a rien pensent que le monde tourne seulement autour d’eux. Je ne jette pas de cailloux dans la mare de quelqu’un. Mais je dis quelque part qu’il ne faut pas penser que tant qu’on n’est pas impliqué dans la gestion d’une chose ou acteurs d’un certain nombre de choses, dire que cette chose ne marche pas.
Moi, j’ai un parti, option Libérale, qui peut se targuer d’avoir des élus municipaux à travers le Mali ; et qui se bat pour une implantation continuelle avec une vision claire. C’est pour l’amour que j’ai pour mon pays que je peux dire Attention : c’est vrai tout n’est pas bien, mais il y a de bonnes choses qui se font.
Sur le plan politique, l’adoption du Statut de l’Opposition, c’est quelque chose d’extraordinaire. L’Opposition doit le dire et s’en féliciter pour reconnaître que c’est une avancée. Parce que celui qui est à l’Opposition aujourd’hui peut être la Majorité de demain. Quand on est démocrate et républicain, ce sont des choses qu’on valoriser et reconnaître. Malheureusement, des gens aimeraient tout peindre en noir. Et je ne sais pas pourquoi ? Mais cela crée sincèrement une certaine politique du négativisme. Nous ne devons pas peindre en Noir l’avenir de notre pays. Je ne suis pas de ceux-là qui pensent que demain tout va s’écrouler ; mais au profit de qui ?
Je pense qu’aujourd’hui nous, en tant que politique, je ne donne de leçon à personne ; mais je pense que nous devons aujourd’hui peindre l’avenir de notre pays en Blanc. Nous devons dire et nous devons nous battre pour qu’on aille à plus de développement, plus d’action ; plus d’énergie. Et je vais dire quelque chose qui ne va plaire à certains : moins de conservatisme. Sur ce point, je tiens à le dire, sur les 3 années du Président IBK, je pense qu’aujourd’hui, notre pays a atteint un stade : nos ainés doivent fortement réfléchir et se dire qu’à un moment donné, on fait son temps, on s’installe, on fait ce qu’on peut, mais quand il arrive aussi le temps d’une nouvelle génération; il faut que cette génération soit impliquée dans la gestion des affaires publiques. Parce qu’il faut s’attention aux conflits de générations. Le Président IBK fait beaucoup d’efforts dans ce sens. C’est visible. Mais aujourd’hui, je pense encore que des efforts doivent être faits honnêtement. Le Président a la latitude, c’est constitutionnel, de choisir qui il veut pour diriger sa politique gouvernementale. Mais cela devra se faire sur la base de sa vision et de son programme de société : «l’honneur du Mali, le bonheur des Maliens » qu’il a proposé pour être élu. Les hommes et les femmes, devant être choisis pour mettre ce projet en route, doivent être politiquement, au-delà de leurs activités, l’engagement politique et la loyauté nécessaire pour accompagner le Président dans cette vision. Je pense que de ce point de vue, 3 ans, le Président a aussi doit poser un diagnostic clair.

Honorable Yiri KEITA président Commission TP- Domaines- Transports AN :
« Aujourd’hui, le Mali est en chantier »

Dans le cadre du 3è anniversaire du Président IBK au pouvoir, mes impressions sont les suivantes : il s’agit de diriger un pays post-crise. Depuis l’arrivée du Président IBK, on savait que le Mali sortait d’une crise multidimensionnelle où il fallait carrément réformer l’armée pour mieux sécuriser le pays dans son intégralité et recouvrir l’intégralité du territoire national. Ce qui a été la première tâche. Je pense qu’aujourd’hui, on a beaucoup avancé sur ce plan. Il y a eu la signature de l’accord pour la paix et la sécurité dont l’exécution est en cours. Mieux, une Commission de suivi dudit Accord a été mise en place et ses travaux sont également en cours. Je pense en la matière, nous sommes rassurés et ce nous voyons aussi est rassurant pour tout le peuple malien. C’est vrai, c’est difficile à gérer, parce qu’il y a l’aspect terroriste qui complique davantage la situation. Certes, le phénomène n’a rien à voir avec la rébellion. Mais il est inquiétant et existe partout dans le monde.
Dès l’arrivée du Président IBK au pouvoir, nous avons aussi senti dans le domaine de l’Agriculture, la mise à disposition de 15 % du Budget national au compte de ce secteur vital de notre pays. En effet, plus de 80 % de la population malienne vivent de ce secteur. C’est pourquoi l’octroi de 15 % du Budget à l’Agriculture par le Président IBK a été très salutaire pour la population. Car cela a permis de mécaniser l’Agriculture, à travers la subvention de 1000 tracteurs qui ont travaillé cette, année sur les différentes exploitations agricoles. A cela s’ajoute la subvention des intrants agricoles dont la dernière a été la subvention de la chaux agricole qui était méconnue du monde paysan, et qui fait aujourd’hui un effet positif sur nos cultures. Un autre aspect qu’il faut signaler, c’est l’augmentation, cette campagne, du prix du coton graine. Une action à l’actif du Président IBK.
Sur le volet infrastructures routières, il y avait des problèmes à tous les niveaux. Mais aujourd’hui, le Mali est en chantier. C’est vrai la tâche est grande, l’attente des populations l’est également. A tous les niveaux, nous avons besoin d’infrastructures routières en milieu urbain que rural. Pour faciliter l’importation et l’exportation de nos productions vers les zones de consommation, nous avons besoin de routes en nombre et en qualité. Dans ce domaine, en termes de chantiers, nous avons aujourd’hui, au niveau de la Capitale, lancement de l’entretien des routes, il y a 2 mois de cela, qui fait beaucoup de ces routes de Bamako sont aujourd’hui entretenues et bien carrossables. Les gens s’en sont ravis.
Le tronçon Bamako-Koulikoro est en chantier. Il en est de même pour le pont de Kayo qui en train de bien pousser du fleuve Niger.
Le contournement de Kayo, en passant par le village de Zantiguila pour décongestionner le trafic au niveau de Bamako est aujourd’hui salutaire.
Nous avons aussi au niveau de la région de Ségou, la construction de l’échangeur multiple au niveau du carrefour de Markala. Nous avons les 2X2 voies sur 7 Km sur la route de San et les 10 Km de voirie urbaine au niveau de la ville de Ségou. A tous ceux-ci, il convient d’ajouter les travaux en cours dans la ville de Markala qui consiste à bien réhabiliter le cordon de Markala sur 3 km, de Kirango à Diamarabougou, dont la réception technique était prévue pour le 15 août dernier.
De Ségou, nous allons dans la région de Sikasso où a eu lieu le lancement du pont de Kouaro barrage dont les travaux sont en cours. Dans la même région de Sikasso, il est prévu de faire le lancement très bientôt du tronçon Kolondièba-Zantiébougou jusqu’au port de San Pedro. Il y aussi l’autre bout du tronçon Dioila-Massigui- Koualé pour faciliter l’exportation de nos produits agricoles à partir des 2 usines de Fana et Dioila à destination du Port autonome de San Pedro où le Mali a un entrepôt, qui constitue un potentiel pour notre pays, méconnu à cause des problèmes d’accessibilité. Après avoir réalisé ce tronçon, cela va faciliter l’acheminement de nos produits à destination du port autonome de San Pedro. En projet, il y a aussi les bretelles de Kadiolo qui sont en attente, comme d’autres projets qui concernent la région de Sikasso. J’en oublie volontiers !
Au niveau de la région de Kayes, il y a le projet d’entretien routier de Kati jusqu’à Kayes qui doit voir bientôt le jour. Il y a également le pont de Kayes, où il est prévu de faire un nouvel ouvrage, l’ancien ayant montré ses limites. En son temps, le ministère des Transports avait conseillé aux transporteurs de basculer sur le corridor Sud, en passant par Kénièba, Kita pour avoir accès à Kati en direction de Bamako.
Ce que nous devons aussi noter, c’est que le Président IBK est à féliciter avec son gouvernement aussi, mais c’est la gestion d’un pays post-crise que le Mali n’avait jamais connu, qui n’est facile.

Mahamoud TOURE Président Mouvement Jeunes du CNID-FYT
« De gros efforts sont faits, mais la situation est globalement difficile ».

Nous sommes au seuil de la 3è année de la gestion du pouvoir par le Président Ibrahim Boubacar KEITA. C’est pour moi l’occasion de lui adresser mes sincères félicitations et de l’encourager à travailler au service du peuple malien. Comme vous l’avez dit, après 3 années de gestion, il est bon de faire un regard rétrospectif sur la gestion. A cet égard, moi je peux dire qu’aujourd’hui en gros, beaucoup d’efforts ont été faits ; mais la situation est globalement difficile. Des efforts ont été faits dans certains domaines et pas des moindres. Si nous prenons par exemples les secteurs stratégiques et sociaux de base, tels que l’éducation, l’Agriculture, le panier de la ménagère, il y a des efforts qui ont été faits. Par rapport au panier de la ménagère, on sait que la situation économique est très difficile. Mais il faut reconnaître que le pouvoir est arrivé à faire des augmentations globales des salaires. Il y a eu également la réduction du taux de l’ITS. Ce qui n’est pas une mauvaise chose. Et en plus, il y a eu la majoration du Salaire minimum qui atteint désormais 41 000 Francs. A cela, il faut ajouter l’allocation familiale qui a été augmentée de 1 500 à 3 500, voire 4000 Francs pour les handicapés. Ce sont là des actions qui sont importantes à savoir.
Au-delà des augmentations de salaire, il y a d’autres domaines qui ont connu une évolution positive. Il s’agit de l’éducation d’une manière générale, l’éducation de base et de l’enseignement supérieur. Parce qu’il y a eu une accalmie, depuis 2 à 3 ans, même si on ne peut pas dire qu’il n’y a pas eu de mouvements. Au niveau de l’Enseignement supérieur, il y a eu une augmentation des salaires, avec des nouvelles grilles qui ont été adoptées et mises en application.

Au niveau de l’éducation de base, les examens de fin d’année se déroulent normalement. Cette année, Dieu merci, il n’y a pas eu de fuite, ni rien. Ce sont là des efforts qu’il faudrait mentionner.
Dans le domaine de l’Agriculture, il y a eu des efforts également. La mécanisation est en cours. C’est vrai, cela a donné lieu de petits problèmes qui ont amené certains à se poser des interrogations par rapport à la gestion des tracteurs. En tout cas, mettre 1000 tracteurs à la disposition des agriculteurs n’est pas négligeable. Il en est de même quant à l’augmentation du budget national alloué au secteur agricole. Tout cela est à mettre à l’actif du Président IBK.
En dehors de ces secteurs, il y a beaucoup de réformes qui sont en train d’être réfléchies et mises en œuvre. Dans le domaine économique et financier, le ministère est en train d’entreprendre beaucoup de réformes, notamment au niveau du Contrôle financier pour la gestion rationnelle des biens de l’Etat.
Au-delà de toutes ces réalisations, je suis Maliens, et dans ce cas, il faut reconnaître qu’il y a des difficultés de gouvernance. Parce que les actions que je viens de citer, n’ont pas eu de grands échos auprès du grand public parce que la communication a souvent fait défaut ; parce que ces efforts ont été étouffés généralement par des crises ou des problèmes circonstanciels. Certes, ces problèmes ne sont arrivés au niveau de la Justice pour être tranchés ; mais ils ont suscité beaucoup d’interrogations. Ça, il faut le dire et ç’a beaucoup joué sur le bilan du Président IBK.
Au niveau de l’attelage politique, il y a des problèmes. En fait, nous constatons, d’une part, une Opposition qui outrepasse ses prérogatives, mais il y a un manque de solidarité entre les différents membres de la Majorité, d’autre part. Quand on n’est pas sur la même longueur d’ondes ; quand on n’est pas consulté sur certains problèmes ; cela peut entrainer des difficultés. Toute chose qui peut amener les gens à jouer en solo. Et naturellement, le plus gros du problème reste le problème du Nord. Tant que ce problème-là n’aura pas été réglé ; même moi, je ne pourrais pas dire que le bilan du Président IBK est très positif bien que je sois de la Majorité. Parce qu’aujourd’hui, s’il y a une épine dans le pied des Maliens, c’est le problème de gestion du Nord. Donc, il faut tout mettre en œuvre, je sais que des efforts sont en cours, je sais que le problème ne dépend pas seulement du Mali, mais il faut que le Président IBK, encore une fois de plus, s’investisse davantage ; voir toutes les possibilités pour qu’on puisse résoudre ce problème. En cela, le gouvernement aussi doit jouer sa partition et naturellement notre parti, le CNID-FTY ne manquera pas à son devoir. Tout ce qui doit être fait, nous le ferons, et au niveau du parti ; et au niveau de sa jeunesse.
En tant que jeune, aujourd’hui, je pense que des efforts doivent être accomplis pour l’emploi et la formation des jeunes afin qu’ils s’épanouissent davantage. Parce qu’au-delà de tout ce qu’on dit du bilan qui est apparemment positif, mais réellement sur le terrain, on ne sent pas cela. On voit une jeunesse désœuvrée ; une jeunesse devant le thé. Il faut que cela cesse. Il faut que les jeunes soient formés à la citoyenneté ; aillent à l’école. Il faudrait qu’on trouve le juste milieu pour que davantage les média puissent s’épanouir pour que la démocratie ait de la rigueur et que tout marche sur les bons rails.

Réalisé par Sékou Camara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *