Trophée Keita Aminata Maiga pour l’intégration africaine: six pays pour une consécration

8

Après une première édition qui mit aux prises le Mali et le Sénégal au terme de laquelle notre pays est sorti vainqueur, les préparatifs vont bon train pour le lancement de la deuxième édition Trophée Keita Aminata Maiga pour l’intégration africaine. Les organisateurs, qui sont à pied d’œuvre pour la réussite de cette vision panafricaniste de la présidente de l’ONG Agir, ont procédé, hier au siège de ladite ONG, au tirage au sort des six pays participants.

Après la première phase du Trophée Keita Aminata Maiga pour l’intégration africaine qui vu mettre aux prises deux pays pilotes, le Mali et le Sénégal, nous voilà à présent à la deuxième phase de ce grand projet. Une deuxième édition qui mettra six pays en compétition, notamment le Mali, le Niger, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry et le Sénégal. Le tirage au sort s’est déroulé, hier au siège de l’ONG Agir, sis à l’ACI 2000. Les différents pays étaient représentés à travers les représentants de leurs Ambassades.
Au cours de cette compétition à l’allure d’une coupe d’Afrique de débat, ces pays doivent s’affronter autour de cinq thématiques concoctées par les organisateurs : « L’Afrique pouvait-elle échapper à la colonisation ? », « Les pays africains sont-ils des Etats ? », « La littérature africaine a-t-elle sa raison d’être ? », « La compagnie aérienne du continent (Air Afrique) peut-elle justifier la cause de son échec ? », « Les Etats-Unis d’Afrique : réalité ou rêve ».
Aux termes donc du tirage au sort, c’est le Sénégal et la Guinée Conakry qui vont ouvrir le bal de la grande compétition panafricaine autour de la première thématique. Le Niger et la Côte d’Ivoire s’affronteront autour du second thème. Quant au Mali et le Burkina, ils croiseront le fer sur le sujet : « La littérature africaine a-t-elle sa raison d’être ? ».
Le principe établi pour cette deuxième édition du Trophée Keita Aminata Maiga pour l’intégration africaine c’est que les confrontations qui se dérouleront toutes à Bamako du 20 au 24 décembre prochain, sont à l’élimination directe.
Aussi, est-il prévu, le pays qui totalise le plus de points sera qualifié d’office pour la finale.
Quant aux deux autres pays gagnants de leur derby, ils s’affronteront au cours d’un match de demi-finale autour de la quatrième thématique: «La compagnie aérienne du continent (Air Afrique) peut-elle justifier la cause de son échec ? ». Le gagnant recevra en finale le pays qui a totalisé le plus de points autour, cette fois-ci, du cinquième thème : « Les Etats-Unis d’Afrique : réalité ou rêve ».
Ce concours africain de débat universitaire, initiative de la présidente de l’ONG Agir et de l’ACC, qui s’entend ainsi à quatre autres pays, et ce après l’engouement qu’a suscité la première édition, vise à promouvoir la citoyenneté et le dialogue intergénérationnel ; former les jeunes africains à la culture du débat et à la recherche ; promouvoir l’intégration africaine (le Panafricanisme) et renforcer les bases de la démocratie participative.
Il est aussi un défi que Mme Keita Aminata Maiga a lancé avec comme souci majeur de cultiver l’excellence au sein de la jeunesse africaine. Une quête qui est en train de baisser non seulement au Mali et dans le reste du continent. D’où son souhait de voir la jeunesse du continent relever très rapidement ce défi afin qu’elle soit, dans les années à venir, au rendez-vous de l’histoire dans le concert des nations.
En tout état de cause, les représentants des pays présents ont tous salué cette initiative de Keita Aminata Maiga laquelle, selon eux, est un grand projet africain pour la jeunesse de demain.
De la conviction faite par les uns et les autres, on ne peut construire l’unité africaine qu’avec les jeunes qui se connaissent, qui ont les mêmes ambitions et partageants les grandes questions et les défis qui assaillent le continent.

Par Mohamed D. DIAWARA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *