USA: quand l’Amerique se trump

3

« Nous devons rendre à notre pays sa destinée et rêver en grand», dixit Donald Trump. L’Amérique a finalement choisi l’homme qui incarne le mieux son rêve de suprématie et de domination. Cependant, entre les promesses électorales et leur mise en œuvre, il y a tout le poids de la realpolitik américaine.

UNE CAMPAGNE ELECTORALE TRES DIFFERENCIEE
SOUTENUE PAR UNE COMMUNICATION POPULISTE ET AGRESSIVE
La conduite d’une campagne électorale est une opération hautement stratégique fondée d’abord sur une très bonne connaissance de l’environnement et des hommes, ensuite sur l’art de l’attaque de l’adversaire sur son projet de société. A ce jeu, Donald Trump a été manifestement le meilleur. Les problèmes actuels des Américains sont essentiellement d’ordre économique et sécuritaire. Sur le plan économique, Trump est un homme d’affaires qui a plutôt réussi et qui promet des emplois en affirmant qu’il sait comment en créer. Sur le plan sécuritaire, il charge les latinos et les musulmans de tous les péchés, soutenant qu’ils apportent des problèmes à l’Amérique. Plus neuf et moins politique que son adversaire démocrate qui est une figure de proue du système Obama-Clinton, il se sait plus crédible sur le terrain des promesses. Aux alliés de l’OTAN, le message est sans ambigüité : « Nous recourrons à la force militaire seulement en cas de nécessité vitale pour la sécurité nationale des Etats-Unis » ou encore « Nos alliés sont obligés d’assumer une grande partie des dépenses financières, politiques et sociales». Au contraire de Hilary qui dit aux Américains « venez me rejoindre », il saute allègrement les barrières et déclare « je suis avec vous ». L’Amérique profonde est séduite, l’Amérique blanche est aux anges tenant une sorte de revanche. L’élection assurée, Trump se retrouve désormais face à des promesses dont certaines paraissent totalement irréalisables, mais la realpolitik va contribuer à arrondir les angles parce qu’aux Etats-Unis les institutions sont plus puissantes que les hommes.

LES PROMESSES ELECTORALES A L’EPREUVE DES REALITES DE LA GOUVERNANCE, DU SYSTEME ET DES INSTITUTIONS
L’élection de Donald Trump est pleine d’enseignements : les sondages se sont tous plantés et la réaction de la communauté internationale a compté pour peu dans le choix des Américains. En fait, cette élection ne doit rien au hasard car Trump a su écouter son peuple, son désarroi et ses attentes. Sûr de son fait, il a préparé et conduit sa campagne avec beaucoup de ténacité et de rigueur, même lorsque des soutiens financiers importants et des caciques de son propre parti l’ont lâché pour ne pas partager la responsabilité de certaines de ses déclarations et prises de position. Condamné par de nombreux Etats européens qui voyaient en lui une véritable calamité, il est resté inflexible, sachant que l’Amérique profonde adhère à son projet. Au décompte final, n’est-il pas arrivé à faire basculer des Etats votant traditionnellement démocrates dans son camp et à ruiner les chances de son adversaire ? Maintenant qu’il est élu, le recadrage a déjà commencé parce que les Etats-Unis, c’est d’abord un système et une administration. C’est aussi et surtout la gestion très sensible des groupes de pression. La fougue du candidat Trump sera progressivement canalisée vers des eaux moins tumultueuses, pour permettre au président Donald de gouverner. Le candidat n’avait-il pas promis de mettre un terme à l’Obamacare ? Le président soutient désormais qu’il en retiendra quelque chose, comme il soutient que tous les musulmans ne sont pas des terroristes, que les latinos à combattre sont ceux qui apportent la drogue, la violence et aggravent le chômage. On peut également se rassurer pour la politique extérieure car tout sera fait pour sauver les partenariats stratégiques. Républicains et Démocrates ont en commun le souci de défendre les intérêts vitaux des USA. Seuls les moyens peuvent changer. C’est ce qui fait la force et la stabilité du système américain. Pour Donald Trump, la fin justifie les moyens.
Les messages politiques stéréotypés ont montré leurs limites. En changeant de langage et de style, Donald Trump vient d’entraîner les Etats-Unis dans un rêve de grandeur retrouvée. En attendant 2020, advienne que pourra !

Mahamadou CAMARA
Email : camara.mc.
camara@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *