Vacances Citoyennes: rôle de la jeunesse dans la construction citoyenne

10

Avant-hier a eu lieu, au Ministère de la Jeunesse et de la Construction Citoyenne, le lancement de la semaine de la jeunesse sous le haut parrainage du Président IBK. Dramane SIDIBE, président de la sous-commission, a expliqué l’objectif des vacances citoyennes.

Les Vacances citoyennes, édition 2016, seront une opportunité, selon les responsables concernés, pour la jeunesse de s’interroger sur la problématique et sur comment l’on se doit de s’organiser pour contribuer à la construction citoyenne, c’est-à-dire aboutir aux changements recherchés ou attendus.
Aujourd’hui avec l’élaboration de la Politique nationale de construction citoyenne en cours, il est opportun de déterminer les positionnements des différentes couches sociales notamment, la jeunesse dans la mise en œuvre de cette politique.

La force du changement
Cette jeunesse qui représente plus de 60% de la population constitue la principale force à même d’impulser le changement pour un Mali émergent. Elle a besoin d’être encadrée pour en faire le levain de la cohésion sociale, mais aussi, et surtout le moteur pour la transformation sociale en vue de la promotion de la citoyenneté.
Depuis 2008, le Ministère en charge de la jeunesse organise les vacances citoyennes en collaboration avec le Conseil National de la jeunesse du Mali. En 2015, les localités de Sanankoroba, Sanando, Douentza et de Gao ont abrité la 6e édition des Vacances Citoyennes.
Depuis 2014, les vacances citoyennes ont été couplées avec la journée internationale de la jeunesse, le 12 août.
Le couplage de ces deux activités majeures a connu un véritable succès dans le domaine de la mobilisation des jeunes, la formation, l’éducation citoyenne et civique à travers diverses activités (conférence, causerie-débats, chantiers, art, culture, sports, animations, folkloriques, etc.)
Le thème central de ces vacances citoyennes, édition 2016 est : « Rôle de la jeunesse dans la construction citoyenne ». Cette contribution se traduit par la participation citoyenne des jeunes aux chantiers de reconstruction des infrastructures de base, la culture et la consolidation de la paix.

Mobilisation de 5 000 jeunes
Il s’agira de mobiliser 5.000 jeunes sur les sites retenus et cela dans différentes régions. Pendant ce regroupement appelé « camp », il sera inculqué aux jeunes les valeurs d’engagement citoyen, de civisme, de patriotisme, à travers des activités (conférences, causeries-débats, animations sportives, excursions) et des actions de participation aux différents chantiers, séances de la levée et le salut des couleurs nationales, le réveil musculaire.
Les vacances citoyennes, édition 2016, porteront sur des activités ciblées.
La réhabilitation du service de jeunesse de Bandiagara (région de Mopti). Le service de jeunesse de Bandiagara, contiguë au stade municipal et au centre culturel est construit en banco et se trouve aujourd’hui dans un état de dégradation avancé.
La réhabilitation du foyer des jeunes de Bla (région de Ségou). Le foyer des jeunes de Bla est un bâtiment vétuste qui ne correspond plus aux normes actuelles de foyer des jeunes. À l’occasion d’une visite de terrain du Ministre de l’Emploi, de la Formation Professionnelle, de la Jeunesse et de la construction citoyenne à Bla, le conseil local des jeunes et la population de cette localité lui ont demandé la réhabilitation de leur foyer des jeunes.
La réalisation du bosquet de la jeunesse à Bandiagara (région de Mopti), à Bla (région de Ségou) et à Yanfolila (Sikasso).
Notre pays est aujourd’hui beaucoup affecté par l’avancée du désert. En plus de bosquets, des actions d’assainissement seront effectuées dans ces localités.
La formation des jeunes sur le Code de la route ; la sensibilisation sur le port du casque et sur certaines maladies comme le paludisme, le VIH Sida, la maladie à virus Ebola, seront à l’ordre du jour.

Des travaux d’intérêt collectif
En marge des travaux de chantiers ; des conférences-débats sur la citoyenneté, le civisme, la réconciliation nationale, la consolidation de la paix et de la sécurité seront organisées en vue de sensibiliser les jeunes, sur les bienfaits de nos valeurs sociétales et du vivre ensemble. Des causeries-débats seront organisées sur certaines maladies et des animations récréatives en passant des messages sur le lavage des mains au savon. Dans chaque localité, l’émission Maxi-Jeunes sera organisée.
L’organisation de compétitions sportives entre les campeurs et les jeunes des localités ou autorités administratives est prévue.
Les vacances citoyennes permettront de contribuer à la construction citoyenne à travers la participation des jeunes aux travaux d’intérêt public, le brassage inter-jeunes et culturel.
De façon spécifique, elles permettront de : éveiller chez les jeunes le goût des travaux d’intérêt collectif ; renforcer le civisme et le patriotisme chez les jeunes ; créer des emplois temporaires ; sensibiliser les jeunes sur le respect du Code de la route et le port du casque ; informer et sensibiliser les jeunes sur le VIH/SIDA, le paludisme et la maladie à virus Ebola ; organiser des activités sportives et culturelles.

Une tradition bien ancrée
Notre pays a une longue tradition de regroupements de sa jeunesse, tant au niveau national, régional que local.
Consacrées aux activités de promotion de la citoyenneté chez les jeunes, les vacances citoyennes, en milieu jeune, peuvent être perçues comme une mobilisation massive des jeunes à l’occasion d’un événement en vue d’apporter leur contribution à l’œuvre de développement communautaire ou de construction nationale.
De 1960 à nos jours, différents camps de regroupement des jeunes ont été organisés à l’échelle nationale. Il s’agit notamment des manifestations artistiques et sportives de la jeunesse ; les sessions connaissances du Mali ; les caravanes de l’amitié ; les chantiers de jeunes ; le festival national de la jeunesse ; les vacances citoyennes, a-t-on rappelé.
Les vacances citoyennes sont donc perçues, précise-t-on, comme un moment fort de brassage, mais aussi un canal de communication et d’investissement physique des jeunes dans des actions d’intérêt public.
La question de la citoyenneté retient l’attention des autorités au plus haut niveau du pays. C’est certainement, ce qui justifie la création d’un département ministériel dédié à cette épineuse question qui figure parmi les promesses électorales du chef de l’Etat.
Le fondement de toute nation est et demeure l’attachement sans faille de ses habitants aux valeurs de citoyenneté et au patriotisme marqué par des comportements jugés respectueux des intérêts du plus grand nombre.
L’évolution sociopolitique récente du Mali de 1960 à nos jours, laisse apparaître de profonds changements perceptibles dans l’attachement des populations, en général, et des jeunes, en particulier, aux valeurs promues par les riches cultures léguées par les ancêtres, et ce, depuis des temps immémoriaux. L’on note un effritement des valeurs sociétales de l’éducation des jeunes à tous les niveaux.
Avant, fait-on savoir, l’éducation était une œuvre sociale collective et chaque personne était concernée, peu importe que l’on soit parent biologique ou non. De nos jours, ces aspects qui fondaient notre société, ont disparu de façon drastique et laissant la place à l’individualisme et à de nouveaux comportements déviants qui ont tendance à rendre impuissant tout le système éducatif dans son ensemble. Cela ne se limite pas seulement aux grandes agglomérations, mais à l’ensemble du pays.
Il s’agira de travailler à reprendre la main face à une situation qui n’est pas loin du point de non-retour.
C’est dans ce contexte précis qu’il a été organisé dans les 8 régions administratives et dans le district de Bamako, des consultations régionales avec toutes les parties prenantes dans le but de recenser les problèmes liés à la citoyenneté, leurs causes, leurs conséquences et leurs propositions de solutions à court, moyen et long terme.

PAR Koumbeli DIAW (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *