Search
samedi 17 avril 2021
  • :
  • :

Les vagues des faux diplômes

Comme pendant la Transition de 2012, les autorités de cette transition ont aussi décidé de débarrasser les services de l’Etat des détenteurs de faux diplômes. Une décision qui a été saluée par la plupart des internautes. Mais une minorité reste très sceptique, estimant que ces fraudeurs pourraient revenir après la Transition comme cela a été le cas après l’arrivée du Président IBK en 2013. Votre Facebookan du jour !

Sow échos : environs 10 personnes ont été virées de l’ORTM et 18 de L’AGEFAU pour faux diplôme. Si on cherche dans l’administration publique malienne, la majeure partie sera au chômage. Cette purge contre les faux diplômes ne doit pas se limiter à l’ORTM. Elle doit être étendue à tous les services.

Mariam Traoré : les gens et leurs parents ont investi des millions de FCFA et des centaines de milliers d’heures de travail, de fatigue, de stress, de dépression, de succès, d’échec, de nuits blanches pour obtenir leurs diplômes et au finish ne parviennent pas à trouver de boulot, parce qu’un aisé a acheté un diplôme tranquillement assis dans son salon pour occuper un poste.
Stop!

Hama Domo : Les licenciés de l’ORTM et de l’AGEFAU, bien qu’ils aient des faux diplômes, s’ils attaquent en justice et se font assister par un bon avocat, seront remis dans leur droit.
Dura lex Sed lex

Traoré Drissa : Lol ! Ko remettre dans leur droit. Merde ! Pour quelque chose qui s’est octroyé illégalement. Ils n’oseront même pas !

Domboué Kamaté : ‘’une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi […] mais elle doit être loi parce qu’elle est juste’’. Montesquieu

Bourama Bina Keïta : malgré leurs faux diplômes, ces Gars ont servi non ! Il ne faut jamais profiter de la situation pour faire mal à son prochain. Ils travaillent là-bas depuis quand ?

Hama Domo : effectivement, 3 mois après leur recrutement, on ne plus les licencier. Il y a une loi qui protège le travail pour ne pas le rendre précaire.

Bourama Bina Keïta : voilà ce monsieur-là verra le monde derrière lui .Un faux diplômé honnête est mieux qu’un diplômé malhonnête qui détourne l’argent public. Un studio à 60 millions ! On n’a pas oublié.

Bourama Bina Keïta : Hama Domo, il a seulement refait un studio à 60 millions. Qu’il remette les gens dans leurs droits, le plus rapidement possible.

Aly Sanogo : voici des gens qui encouragent le vol. Pourquoi les indemniser, pourquoi ? Un faux reste faux.

Hama Domo : Ali Sanogo, non nous n’encourageons pas le vol. C’est juste la loi que nous disons. Dans le domaine du travail, il faut faire tout pour ne pas laisser passer un faux diplôme au moment du recrutement. Et cette même loi dit aussi qu’un travailleur ne peut pas être licencié sur ces genres de fautes. Donc, celui qui était responsable de vérifier leur diplôme au moment du recrutement est le premier responsable. Surtout que contrôler un diplôme est la chose la plus simple.

Magnan Coulibaly : c’est la conséquence directe du parentisme dans nos modes de recrutement. Le mérite. L’homme qu’il faut à la place qu’il faut laisse à désirer. Merci !

Doumbia Yah Zanfing : Mon master en journalisme et communication, et celui de traductologie et interprétariat sont des originaux. Wallaye !

Abdoul Toure : continuez sans cesse et vérifier dans les coins et recoins des structures étatiques, vous verrez des surpris

Diallo Mamadi : ne reculez jamais, aidez-nous les sans soutiens à avoir la chance. Boubou a miné ce pays avec son père IBK. Mais le jour du Grand Jugement viendra.

Natene Makan Keita : qu’ils fassent un tour dans toutes les structures (éducation, armée, etc.) . Il y’aurait beaucoup de gros poissons au niveau de la Police nationale et de la Gendarmerie avec leur tête plate comme la Coline de Kenema. En tout cas, j’ai ma licence propre, très propre même en lettres modernes. C’est peut-être notre tour qui arrive. Je vais commencer à constituer mes dossiers propres en attendant un recrutement massif dans l’une de ces structures

Abdoul Toure : merci ! Il faut vérifier toutes les structures étatiques, vous verrez des gens qui ne disposent d’aucun diplôme. Ils sont là-bas, car ce sont des protégés du ministre. Fini la récréation ! Contrôlez dans tous les services ! J’ai entendu un professeur de l’université parler français, je ne demande comment il enseigne ses étudiants.

Ummah Ridaar : Ils sont nombreux à l’université aussi dans plusieurs secteurs. Les détenteurs de faux diplômes doivent aller en prison. Ils doivent s’expliquer sur la manière dont ils ont obtenu leur diplôme. Cela devrait permettre de remonter aux sources du mal. Ils volent le pays en percevant des salaires indus et resquillent la place de vrais diplômés. Une fois cette équation résolue, on se donnera rendez-vous pour constater la baisse du nombre de jeunes diplômés sans emploi.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *