Search
jeudi 28 mai 2020
  • :
  • :

Violation des Libertés publiques, insécurité, pauvreté: nouveau chantage de la CMAS sur le régime

Dans un message audio posté sur les réseaux sociaux ce 16 mai 2020, le Coordinateur général de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (CMAS), Issa Kaou N’DJIM, annonce la reprise des manifestations de son organisation contre la gestion du pays.

Pour l’heure, la date et le lieu de ces manifestations ne sont pas connus, mais Issa Kaou N’DJIM est formel : « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à la violation des libertés publiques, face à l’insécurité, à la pauvreté endémique dans notre pays ».
Selon ledit message audio, une conférence de presse devrait bientôt annoncer la date et le lieu de ces manifestations. Issa Kaou N’DJIM, qui jure sur le Coran quant au sérieux de son annonce, est formel sur la tenue de la marche et invite les internautes à transmettre le message au président IBK. Au passage, il a rappelé le succès des précédentes marches du 10 février et du 5 avril 2019 contre le régime IBK.
Pour lui, les raisons de son initiative vont de la situation sécuritaire difficile du pays à la paupérisation des masses en passant par la gestion chaotique du pays… Aussi, l’élection de Moussa TIMBINE comme N° 2 national, c’est à dire Président de l’Assemblée nationale en violation, dit-il, de toutes les lois du Mali, est un signe fort annonciateur de la volonté du régime d’IBK de museler tout un peuple après près de 30 ans de gouvernance démocratique.
« Nous allons sortir pour dire non à ce qui se passe dans ce pays. Je vous demande de rester mobiliser. Je vous jure que nous allons sortir. Nous disons à IBK que le pays ne l’appartient pas. On ne peut pas continuer comme ça. IBK n’en fait plus qu’à sa tête et selon son bon vouloir. Et celui qui dénonce est arrêté et mis en prison, ou est enlevé. Nous n’avons peur de rien encore moins de lui. Nous n’irons nulle part. Nous allons sortir.
La date et le lieu de la manifestation vous seront communiqués ultérieurement. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés face à la violation des libertés publiques, face à l’insécurité, à la pauvreté endémique dans notre pays. Tout le monde est témoins aujourd’hui du fait que le président est en train de préparer sa succession en imposant ses hommes au peuple. Il vient faire de Moussa TIMBINE, la deuxième personnalité du pays en violation de toutes les lois de la République. Tout le monde sait que Moussa TIMBINE n’a pas gagné en commune V. Il a été repêché. En plus de cela, le président Ibrahim Boubacar KEÏTA a fait de lui le président de l’Assemblée nationale. Nous disons que Dieu est grand.
Mais sur le plan politique, nos chemins se croiseront. Je m’adresse au président IBK, nous allons sortir. Nous sommes sortis le 10 février, le 5 avril, et très prochainement, nous allons sortir pur dire non à ce qui se passe dans ce pays. Pour ce faire, nous allons organiser une grande conférence de presse pour donner les détails », a-t-il mis en garde.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *