Search
mercredi 22 novembre 2017
  • :
  • :

Visas pour les titulaires de passeports diplomatiques ou de service: accord sur l’exemption réciproque entre le Mali et la Chine

Bientôt, les citoyens maliens détenteurs de passeport diplomatique et de service n’auront plus besoin de visas pour se rendre en Chine. Il en est de même que pour les Chinois qui détiennent ces précieux documents. L’accord sur l’exemption réciproque de visa pour les titulaires de ces documents facilitera les échanges de haut niveau qui contribuent davantage à la consolidation des relations diplomatiques et de coopération entre nos deux pays

Le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale, Abdoulaye DIOP, et le chargé d’affaires de l’Ambassade de Chine, Cuo Xueli, ont signé, hier, un projet d’accord sur l’exemption réciproque de visas pour les titulaires de passeports diplomatiques ou de service. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au ministère des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale.

«Le gouvernement du Mali n’est aucunement surpris par cette nouvelle preuve de l’attachement de la Chine à notre pays après les nombreux appuis qu’elle ne cesse de lui apporter», a assuré le ministre des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et de la Coopération internationale.

Cet accord facilitera les échanges de haut niveau qui contribuent davantage à la consolidation des relations diplomatiques et de coopération entre nos deux pays. Une coopération qui se consolide et se renforce davantage  avec la récente visite en Chine du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Les résultats enregistrés par la délégation présidentielle lors de cette visite ont permis d’ouvrir un nouveau chapitre de partenariat stratégique entre le Mali et la Chine.

Les différentes promesses faites par le Premier ministre chinois lors de cette visite connaissent actuellement un début d’exécution. Il s’agit, entre autres, d’un don constitué de kits d’environ de 400 millions de francs CFA pour la prévention et le traitement de la maladie Ebola; d’un don estimé à 16 milliards de francs CFA et un prêt sans intérêt de 8 milliards de francs CFA.

Ces deux dernières  annonces doivent faire l’objet, dans un avenir très proche, de signatures d’accords entre nos deux gouvernements.

A ces promesses, il faut aussi noter la signature de plusieurs protocoles d’entente entre les différents ministres qui accompagnaient le chef de l’Etat lors de ce périple et des entreprises pour la réalisation de projets dans notre pays.

«Les résultats auxquels a abouti cette visite présidentielle, dénote si besoin en était, la nécessité d’encourager et de faciliter les déplacements des officiels maliens et chinois, afin de les rapprocher davantage au bénéfice de nos deux peuples», a affirmé le ministre Abdoulaye DIOP, qui dit ne pas être surpris par cette nouvelle preuve de l’attachement de la Chine à notre pays après les nombreux appuis qu’elle ne cesse de lui apporter.

En tout cas, le maître les lieux s’est réjoui que les relations entre nos deux pays se portent à merveille en témoigne la présence de la Chine sur tous les chantiers de développement du pays: industrie, santé,  agriculture, éducation, sécurité, communication ou encore les infrastructures.

Pour le chargé d’affaires de l’Ambassade de Chine, le présent accord, objet de la signature, témoigne de la détermination de la Chine à consolider davantage les liens avec le Mali.

«Je suis convaincu que son entrée en vigueur, soit un mois après la notification du gouvernement chinois, inaugurera une nouvelle ère dans les annales des échanges humains, et donnera ses propres contributions pour intensifier davantage nos relations bilatérales déjà fortes», a annoncé Cuo Xueli. Le diplomate chinois a signalé que chaque année, près de 300 fonctionnaires et officiers maliens sont envoyés en Chine pour suivre des formations dans plusieurs domaines. Et ces derniers seront, selon lui, les premiers bénéficiaires de la mesure d’exemption réciproque de visas.

«Je voudrais souligner à cette occasion que selon l’accord, la demande d’un visa reste obligatoire lorsque les détenteurs se déplacent pour aller travailler, étudier, réaliser un reportage ou exercer d’autres activités nécessitant une autorisation préalable des autorités compétentes de l’autre Etat contractant», a-t-il précisé. S’agissant des membres du gouvernement malien et des officiers ayant rang le rang de vice-ministre ou supérieur et le grade de général, Cuo Xueli a souligné que leur déplacement est conditionné par l’obtention préalable, par voie diplomatique, du consentement des autorités chinoises, pour que la partie chinoise leur offre une réception courtoise à leur arrivée.

Par Mohamed D. DIAWARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *