Search
samedi 18 août 2018
  • :
  • :

Visite du ministre Namibien de l’Agriculture: la ferme animalière Klédu en vedette

Le ministre de l’Agriculture, des eaux et des forêts de la République de Namibie a entamé, depuis hier dimanche, et ce, jusqu’au mercredi 13 avril, une visite d’amitié et de travail dans notre pays. La première journée de son séjour, dont l’objectif est de s’enquérir de l’expérience malienne, a été consacrée à la visite de la Ferme animalière du Groupe Klédu à Titibougou et à Faya. Une étape qui a émerveillé John MUTORWA.

Pour cette visite très instructive et trop passionnante, le ministre de l’Agriculture, des eaux et des forêts de la République de Namibie était accompagné de ses homologues maliens de l’Agriculture, Kassoum DENON, ainsi que de l’Élevage et de la Pêche, Nango DEMBELE, lesquels étaient accompagnés par leurs très proches collaborateurs.
En ce jour dominical et au programme de cette première journée de la visite d’amitié et de travail, c’est la Ferme animalière du Groupe Klédu à Titibougou et à Faya qui a eu le privilège d’accueillir l’hôte de marque.
Réalisée entièrement par l’opérateur privé national, Mamadou Sinsi Coulibaly, la ferme Klédu s’étend sur 300 hectares et dispose d’une riche diversité biologique. Elle accueille des autruches, des nandous, des tortues terrestres, des bovins, des ovins, des dromadaires, des abeilles, des pintades, des paons, des kangourous et des caïmans.
Sur le plan végétal, la ferme abrite une multitude d’espèces naturelles et d’autres ayant fait l’objet de croisement. Il s’agit entre autres de manguiers, de papayers, de jujubiers greffés, d’orangers, de citronnelle, de tamariniers. Une forêt artificielle qui est aménagée sur environ 200 hectares avec près d’une centaine d’espèces arboricoles à dominance d’eucalyptus.
La visite de la délégation ministérielle a duré plus de trois heures d’horloges.
C’est à 10h30mn que la délégation a été accueillie à Titibougou par Mme Kady Camara, la Chargée du suivi et de la coordination de la Ferme Klédu et ses collaborateurs.
Dans son mot de bienvenue, la Coordinatrice a tenu à remercier les trois ministres et la délégation qui les accompagne pour l’insigne honneur fait à leur Ferme, à travers cette visite de terrain. Elle a rappelé que la Ferme Kledu avait été créée en 2005, avec comme objectif de contribuer au développement économique du Mali.
« En plus de nos compatriotes, plusieurs autres nationalités travaillent ici, y compris des Asiatiques », a-t-elle fait savoir, avant de poursuivre que l’objectif du promoteur, qui n’est autre que notre compatriote Mamadou Sinsin Coulibaly, est de faire de la Ferme Klédu un important centre d’attraction touristique tout en développant l’agrobusiness par la production intensive des produits d’origines animales et végétales.
Ici, la délégation a eu droit à une visite de la salle incubatrice des œufs d’Autriche. Au passage des ministres, ce sont environ 600 œufs qui se trouvaient dans l’incubateur qui seront ensuite commercialisés vers des pays comme le Nigéria, le Tchad, la Côte d’Ivoire ou encore le Burkina. Cependant, des explications de la Coordinatrice, il faut attendre 70 000 sujets pour se lancer dans la grande commercialisation.
Après Titibougou, le cap a été mis sur Faya dans la commune rurale de Baguinéda.
Ici également, les visiteurs ont pu voir l’unité de production de miel, les parcs d’autruches et de tortues. Avant de contempler les produits dérivés finis et bien emballés de la Ferme qui sont commercialisés à travers la boutique « Les douceurs de la ferme ».
Comme gamme de produits proposés, l’on note plusieurs qualités de savon à base d’huile, de sésame et du miel, du lait et de la carotte ; du miel non brûlé ; de l’huile de baobab aussi bon pour les cheveux que pour la peau.
« Les douceurs de la ferme », c’est aussi la promotion du lait naturel et aromatisé (à base de citronnelle, vanille, menthe du vinaigre de miel utilisé comme tout autre vinaigre ; des brisures de maïs emballés dans des sachets d’un kilo et 500 grammes ; de Fonio précuit [1 kg et 500 g] et à base d’arachide ; de l’huile de sésame à base uniquement de sésame ; de l’huile d’Autriche fait à base de la graisse d’Autriche et guérissant les plaies ouvertes. Elle soulage aussi les brûlures et les douleurs musculaires osseuses.
Autres bienfaits de ce produit exceptionnel : ils soignent les problèmes de peau, les piqures d’insectes et les allergies, les migraines et certains autres maux comme les otites ou l’acouphène.
Avec les autruches, considérées à juste raison comme les stars de la ferme, les visiteurs ont été émerveillés. En effet, cet oiseau est devenu si rare dans notre pays que peu de gens l’ont vu en chair et en os. Seuls quelques anciens forestiers et chercheurs de l’Institut d’économie rurale [IER] se souviennent de l’avoir approché et même touché.
La ferme Klédu, est l’une des fermes d’élevage d’autruche en intensification en Afrique de l’Ouest, qui compte présentement 3000 sujets.
Mme Kady Camara a annoncé que l’objectif est de disposer de 10 000 sujets à d’ici 3 ans.
Le parc des Autriches a suscité de nombreuses questions relatives essentiellement à l’adaptabilité de cet animal, à son âge de maturité [5 ans], son poids qui peut atteindre 250 kg. Mais ici, le promoteur qui emploie 90 permanents et 150 saisonniers fait en sorte que le poids du mâle et de la femelle ne dépasse pas respectivement 150 et 125 kg.
Visiblement comblé par la visite, le ministre namibien n’a pas manqué d’exprimer son grand satisfecit.
« Depuis la récupération de ces œufs jusqu’à l’utilisation des Autriches, il y a beaucoup de potentiels pour le Mali qui pourraient venir de ces fermes, mais aussi pour les autres pays aux alentours ».
Pour l’expérience que son pays pourra tirer de cette visite, John MUTORWA a rappelé le récent voyage du Président IBK à Namibie à l’occasion du 26e anniversaire de l’indépendance du pays au cours de laquelle il a eu des entretiens par rapport à l’agriculture. De l’aveu du ministre, les deux présidents ont eu à déterminer des zones et puis des activités principales à mener.
« Et moi-même en tant que ministre ainsi que mes collègues maliens ici nous avons des tâches bien précises qui nous ont été confiées par nos différents présidents et avec tout cela on va arriver à quelque chose de très positif pour tout le Mali », a-t-il conclu.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *