Search
jeudi 3 décembre 2020
  • :
  • :

Vivre ensemble au Mali: unanimité sur le rôle des leaders religieux

Après deux mois et demi sur l’étude du rôle des leaders religieux dans le vivre ensemble au Mali, initiée par l’Institut Africa monde, l’équipe de cette étude a organisé un atelier de restitution de son travail, ce samedi 14 novembre 2020, au Centre Djoliba, en présence de Gorges DIAWARA, PCA du Centre Djoliba, des personnalistes religieuses du pays, dont le Cardinal Jean ZERBO, le pasteur Kalan Djibril TOURE, ainsi que plusieurs autres leaders musulmans.

Financée par ‘’Association of master chin kung ‘s friends’’, en collaboration avec une branche de l’UNESCO’’, cette étude a été menée par Berilega DATHOR Antoine, Nestor DABIRE et Ibrahim HAIDARA.
L’objectif de cette étude, selon les initiateurs, consiste à enquêter et à voir le rôle des leaders religieux et traditionnels dans la construction du vivre ensemble au Mali.
Dans ses explications, Nestor DABIRE, un des enquêteurs, a fait savoir que l’équipe qui avait mené l’étude a rapproché plusieurs acteurs de la société malienne. Au cours de leurs entretiens dans les différentes localités du pays, il y a eu une unanimité, selon Nestor, que les leaders religieux ont un rôle très important à baisser la tension entre les communautés au Mali. Pour lui, cette restitution permet aux enquêteurs d’approfondir leur étude sur la question, suite aux recommandations issues de l’atelier, avant que le rapport final soit rendu public.
S’agissant des grandes lignes de la restitution, le présentateur Nestor DABIRE a parlé des pratiques coutumières comme des socles du vivre ensemble au Mali. Ensuite, il a parlé des donsos qui ont également une fonction de protection dans la sécurité. Pour lui, ces donsos sont également des agents traditionnels de santé qui pérennisent le vivre ensemble.
Il est ressorti des propos des présentateurs qu’au cours de cette étude, les agents de ‘’l’Institut Africa monde’’ se sont rendu compte qu’il y avait beaucoup d’éléments socioculturels qui favoriseraient le vivre ensemble.
Parmi ces éléments socioculturels, M. DABIRE a fait le cas des coutumes, des patraques coutumières, du sinankouya, du voisinage, etc.
Malgré tous toutes ces valeurs traditionnelles, il n’ ya pas de paix au Mali, s’est étonné Nestor DABIRE. Selon lui, les problèmes ne sont peut-être pas résolus avec les bons outils.
Enfin, l’enquêteur de ‘’l’Institut Africa Monde’’, Nestor DABIRE a fait savoir que les gens se focalisaient beaucoup plus sur l’approche militaro-politique ; alors qu’il faut intégrer les questions culturelles et les valeurs.

Par SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *