Search
lundi 25 janvier 2021
  • :
  • :

Affaire des blindés non conformes: chronique d’un scandale

Après des révélations faites par des confrères dénonçant l’acquisition de tocs en lieu en place de blindés de type TYPHOON MRAP, l’Armée s’est fendue hier d’un communiqué qui suscite plus d’interrogation qu’il n’apporte de réponses. Qu’est-ce qu’on ne nous dit pas dans cette affaire d’acquisition d’engins blindés ?

Dans le communiqué daté du 17 février, signé du ministre de la Défense et des anciens combattants, la Direction du Matériel, des Hydrocarbures et du Transport des Armées (DMHTA), constate effectivement la non-conformité des blindés dont elle s’est abstenue de faire la réception demandant au fabricant leur remplacement. Ce à quoi celui-ci n’a opposé aucune objection. Le remplacement des engins non conformes est même en cours, à en croire le communiqué officiel.

A la lecture du Communiqué du ministère de la Défense et des anciens combattants, il est établi que c’est de la pacotille qui a été fourguée au Mali tenant lieu de blindés de type TYPHOON. En tout cas, le constat est établi qu’ils ne répondent pas aux caractéristiques techniques exigées par l’Armée malienne en pleine guerre contre les Groupes Armés Terroristes.

Alors, deux hypothèses se présentent.

La première est qu’il y a eu une défaillance dans la chaîne d’acquisition des engins blindés. Or, c’est le Premier ministre qui s’est trouvé au cœur de la commande à Doha. En s’abstenant de réceptionner les blindés non conformes, les militaires ont-ils alors voulu dégager la balle de leur camp ?

La deuxième hypothèse qui n’est pas non plus farfelue est que le fabricant a voulu flouer le Mali en lui livrant du matériel, en violation flagrante des termes du contrat.

Dans tous les cas, de nombreuses questions restent sans réponse : comment un pays en guerre peut-il se laisser gruger sur sa commande d’engins de guerre ? Pourquoi fait-on l’impasse sur le nombre de blindés non conformes en cours de remplacement sur le parc attendu de 130 blindés acquis avec nos partenaires émiratis et dont une trentaine en donation ? Pourquoi le fabricant tout en disposant des caractéristiques techniques stipulées dans le contrat en a-t-il fait à sa tête ? Où se situe la défaillance dans la chaîne d’acquisition de ces blindés de type TYPHOON MRAP ? Pourquoi est-ce qu’on n’envisage aucune sanction dans ces errements ?  Comment en est-on arrivé à traiter avec les Émirats Arabes Unis ? Cette dernière question n’est pas superflue, d’autant plus que les MRAP sont les descendants des véhicules développés pour résister aux mines durant la guerre du Bush de Rhodésie du Sud entre 1972 et 1980 par l’Afrique du Sud qui, dans les années 2010, est un des grands pays producteurs avec les États-Unis, et dont une entreprise, Mobile Land Systems, a vendu la totalité de la propriété industrielle d’un MRAP de nouvelle génération à l’entreprise publique chinoise China Poly Group en 2010 qui depuis produit et exporte des MRAP  et construit également des MRAP aux Émirats Arabes Unis.

Il faut noter qu’un MRAP pour Mine Resistant Ambush Protected, est une famille de véhicules blindés conçus pour résister aux EEI, pour Engins Explosifs Improvisés, et aux embuscades.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *