Search
samedi 23 octobre 2021
  • :
  • :

Afrique-France: le temps de la cinquième colonne

En difficultés face aux nouveaux dirigeants plus que jamais décidés à suivre leurs opinions publiques, la France coloniale renoue avec sa vieille politique : diviser pour régner.

Sous le fallacieux prétexte que les dirigeants africains sont désormais disqualifiés de porter la voix de l’Afrique, MACRON décide de les mettre au musée et de jeter son dévolu colonial sur une jeunesse qui ne rêve que de tour Eifel et de Champs-Elysées. La 5e colonne française d’Afrique, celle sur qui la métropole compte pour continuer sa domination sur le Continent.
Ce Sommet Afrique–France, du futur, tel que le veut MACRON, s’ouvre ce vendredi 8 octobre dans la ville française de Montpellier. Il sera exclusivement consacré à la jeunesse d’Afrique et de France qui, chaque jour, dans la litanie élyséenne bâtit l’avenir de la relation entre la Métropole et le continent noir. A ce sommet, est assignée par son concepteur l’ambition de mettre en chantier le renouveau de la relation de l’ex-colonisateur avec ses ex-colonies.
Au cours de cette grand-messe axée autour de cinq grandes thématiques (l’engagement citoyen, autrement dit la défense des intérêts français ; l’entreprenariat et l’innovation ; l’enseignement supérieur et la recherche ; la culture et le sport), les jeunes triés sur le volet en fonction de leur docilité envers Paris échangeront pendant une demi-journée sur la manière de nouer des nouveaux réseaux, de concevoir des projets communs, de bâtir dit-on, des ponts.
Il paraît que le Nouveau Sommet Afrique-France donnera la parole et mettra à l’honneur celles et ceux qui font vivre au quotidien la relation de la Métropole (la cinquième colonne) et qui contribuent à construire un avenir commun entre l’Afrique et la France : acteurs issus des diasporas, de l’entrepreneuriat, des domaines culturels, artistiques, sportifs… et dans notre cas, mercenaires et activistes de notre noble métier.
Pour rappel, le 28 novembre 2017, à Ouagadougou, le président de la République française Emmanuel MACRON a présenté son ambition de renouveler la relation entre la France et le continent africain à travers différents engagements. Aussi, ce sommet permettra, dit-on, de faire un point d’étape sur les principales priorités. Lesquelles priorités ont été définies par l’Élysée de manière unilatérale, en fonction des intérêts exclusifs de la France, donc loin des attentes africaines, à savoir entre autres: faciliter l’accès à l’éducation et à l’enseignement supérieur, notamment en multipliant les mobilités ; apporter un soutien à l’entrepreneuriat et l’innovation ; permettre la construction d’un nouvel imaginaire commun, notamment par le renforcement de nos liens mémoriels ; accompagner le continent qui se place aux avant-postes de la transition climatique ; œuvrer à la refondation de notre aide au développement au profit d’une relation partenariale.

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *