Search
samedi 8 mai 2021
  • :
  • :

Agriculture, assainissement, décentralisation: l’Allemagne met 56 milliards dans la cagnotte

Dans le cadre des relations de coopération bilatérale entre le Mali et la République fédérale d’Allemagne, les deux parties ont procédé, hier lundi, à la signature de cinq conventions de financement dans les domaines de l’Agriculture et le développement communal. D’un montant de 85,6 millions d’Euros, soit 56 milliards de francs CFA, ces financements entre le Mali et l’Allemagne vont principalement renforcer les capacités de la BNDA, de l’Office du Niger et certaines collectivités de notre pays.

Les documents ont été parafés côté allemand par l’ambassadeur, le Dr Dietrich Pohl et du côté malien par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Zeiny Moulaye. On y notait également la présence du directeur général de la BNDA, Souleymane Waïgalo ; et le PDG de l’Office du Niger, Abdel Kader Konaté.
Cette signature, qui est le témoignage des bonnes relations d’amitié et de coopération entre le Mali et l’Allemagne, boucle une année difficile marquée par la crise du COVID et la celle politico sécuritaire au Mali, par une note positive.
« Nous soutenons le but de l’État malien de financer le secteur de l’eau et l’assainissement avec 5 % du budget national et d’utiliser le budget agricole pour les investissements durables comme l’irrigation de proximité et à grande échelle. Aujourd’hui, on signe les contrats pour un don allemand de 85,8 millions d’euros ou 56 milliards de francs CFA, inclus un cofinancement de 4 millions d’euros ou 2,5 milliards e francs CFA de l’UE. Il servira 5 projets importants réalisés par notre banque de développement », a confié le Dr Dietrich Poh.
Les cinq projets concernent, selon lui : une extension du projet à l’Appui aux collectives territoriales » destinée aux villes moyennes (4,5MEUR) ;
Une extension du projet IRRIGAR de l’irrigation de proximité (4 MEUR EU+1MEUR BMZ) ;
Un nouvel engagement d’irrigation à grande échelle au sein de l’Office du Niger (40MEUR) ;
Une promotion du financement agricole pour les très petites et moyennes entreprises, à travers la BNDA (16,3 MEUR) et enfin un projet soulagement des eaux pluviales à Bamako (20 MEUR).
L’Allemagne, a rassuré le diplomate, restera aux côtés du Mali même dans les situations plus difficiles.
Le DG de la BNDA, Souleymane Waïgalo, qui a lui aussi salué l’initiative, a indiqué qu’il s’agit, pour la banque verte, d’une convention de rétrocession, à travers laquelle, l’État rétrocède une partie du financement signé avec l’Allemagne. Ce fonds sous forme de prêt sur 10 ans, d’un montant de 16 millions d’euros, soit 10,8 milliards de francs CFA, va appuyer la BNDA dans ses efforts de financement du développement du secteur agricole, notamment le Crédit Agricole, a expliqué M. Waigalo.
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Zeïni Moulaye, a indiqué qu’il s’agit du témoignage concret de la vitalité et de l’excellence des relations entre le Mali et la République fédérale d’Allemagne et le résultat d’un travail minutieux entre nos deux pays dans des secteurs primaires au Mali.
En ce qui concerne particulièrement le contrat de financement agricole au Mali phase II, d’une enveloppement de 16 328 455,46 millions d’euros, soit 10 692 845 863,40 francs CFA, il sera mis en œuvre dans le cadre de l’initiative spéciale ‘’un monde sans faim’’ (SEWOH). Les fonds seront alloués à la République du Mali sous forme de don et rétrocédés par composante de crédit de 1,7 millions d’euros à la Banque Nationale de développement agricole (BNDA).
Ils permettront d’améliorer l’accès durable aux services financiers agricoles et d’accroitre la productivité des très petites, petites et moyennes entreprises le long des chaines de valeurs agricoles.
« À travers ces contrats de financement dont l’enveloppe totale est évaluée à plus de 85,6 millions d’euros, soit 56 milliards de francs CFA, la République fédérale d’Allemagne contribuera à soutenir les énormes efforts du Mali dans les domaines aussi prioritaires que stratégiques dont les impacts sont directs sur l’amélioration des conditions de vie des populations », a conclu le ministre.

Pr Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *