Search
samedi 23 octobre 2021
  • :
  • :

ANR: le boycott du Cadre est un non-événement

Après son communiqué, le Directoire du Cadre d’Echange des Partis et Regroupements des partis politiques pour une Transition réussie au Mali écrit une correspondance au Premier ministre. Dans cette lettre, il évoque les Assises nationales de la refondation, la création de l’Organe unique de gestion des élections. Le Cadre d’échange des partis politiques réaffirme sa décision de ne pas participer aux « Assises Nationales de la Refondation » qui, selon lui, ne sont plus opportunes pour le temps restant de la Transition de 18 mois.
Plusieurs internautes ont réagi à cette lettre d’une partie de la classe politique malienne qui est dans la dynamique d’opter pour une politique de la chaise vide. Sur le NET, ils sont nombreux des Maliens à désapprouver l’approche. Parce qu’ils sont à la base des problèmes auxquels le pays est confronté. Ça se fera avec ou sans eux, car nul n’est indispensable, s’insurge-t-on.
C’est le sujet de votre Facebookan.

Maimouna Maimouna Sidibé : Hee partis politiques aw yé Sabaly ! Si vous n’êtes pas pour le peuple, vous dégagez. On sait que vous avez déjà préparé votre terrain. Alpha Oumar KONARE a fait son 2e mandat avec Maribatourou, parce que les partis politiques n’étaient pas partants. Vous croyez que vous allez gagner les élections si on les organisait aujourd’hui? Non, non et non ; laissez les gens respirer. Chaque jour ce sont des attaques sur notre territoire. Nos maris, nos enfants, nos petits-enfants meurent au front. Des villages entiers sont en voie de disparition à cause de l’insécurité. Pendant ce temps, votre souci est la tenue des élections. De grâce, laissez-nous essuyer nos larmes. Si le Président et son Premier ministre vous écoutaient le Mali, ne serait pas en guerre.

Issiaka Traore : Que ceux qui ne se sentent pas concernés se démarquent. Au moment opportun, ils pourront se faire valoir par les urnes. Sinon, nous avons vu les limites de nos politiques.

Ibrim Traore : Ils ne représentent rien d’autre aux yeux du peuple malien que le désastre, et le chaos, ces pilleurs patentés.

Djibril Diaga : Une question : qu’est-ce que ces partis politiques ont fait pour le Mali? Attends, une autre dans le sens contraire : qu’est-ce que le Mali n’a pas fait pour ces partis politiques ? Tous des opportunistes.

Traoré Abdoulaye : Pas d’élections jusqu’en 2023, allez y travailler, c’est mieux. Vive la transition prorogée pian !

Zakaria Traore : Tant pis pour eux, le MALI se fera.

Sarr Aicha : Pour moi, ces assises n’ont pas d’importance. Nous voulons la sécurité, la libération de nos régions et cercles qui sont assiégés.

Issa Konate : Que la transition fasse son travail et laisse ces partis politiques dans leur schéma, puisqu’ils qui n’ont jamais bien servi ce peuple.

Moulaye Idriss : Malgré tout ça, on va prolonger et élargir la transition de Assimi jusqu’à 10 ans, sinon plus que ça. En plus de ça, une autre surprise vous attend, parce que Choguel sera le futur président du Mali.

Mohamed Traore : On s’en fout de tous ces partis politiques qui sont à la base de tous les problèmes du Mali.

Soumaila Touré : Ces partis politiques ne peuvent rien faire au Mali, car c’est le peuple qui décide. C’est lui qui a le dernier mot.

Abdoulaye Traore : S’ils veulent boycotter les Assises nationales de la refondation, ce n’est pas notre problème. En réalité on n’a pas besoin d’eux.

L’ange Djibril Coulibaly : Les assises concernent le peuple parce que ces politiciens sont vendus à la France. Qu’ils participent ou pas, ces assises auront bel et bien lieu.

Moussa Sangaré : Ça se fera avec ou sans eux, nul n’est indispensable. Vivement les assises.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *