Search
dimanche 24 octobre 2021
  • :
  • :

Approvisionnement: les transporteurs tournent le dos à Dakar

Depuis l’accident meurtrier à Kaolack impliquant un taxi et un camion conduit par un chauffeur malien, le syndicat des chauffeurs a décidé, lors d’une assemblée générale tenue le lundi dernier, de ne plus aller dans ce pays voisin. L’assemblée a eu lieu en présence de deux membres du gouvernement qui étaient en visite au Sénégal.

Suite à l’accident de route qui a fait 4 morts à Kaolack, des habitants de cette ville sénégalaise se sont pris aux chauffeurs maliens en vandalisant leur véhicule. En représailles à cette agression, des Maliens se sont révoltés contre des chauffeurs sénégalais à Diboli.
Face à la situation, une délégation malienne conduite les ministres en charge des Transports et des infrastructures et des Maliens Établis à l’extérieur, respectivement DEMBÉLÉ Madina SISSOKO et Alhamdou AG ILYENE, s’est rendue le lundi dernier au Sénégal.
L’objectif de la mission était d’aller présenter les condoléances du peuple malien aux familles des victimes de l’accident. Aussi, il s’agissait également pour la délégation de rencontrer les opérateurs économiques, les transporteurs, les chargeurs et les chauffeurs au siège des entrepôts maliens au Sénégal.
Ainsi, dans la journée d’hier mardi les ministres ont rencontré ces acteurs. La réunion a été l’occasion pour le syndicat des transporteurs d’exprimer son ras-le-bol face aux souffrances qu’ils vivent au quotidien sur le territoire sénégalais où transite l’essentiel des produits d’importation de notre pays.
Leur porte-parole, Adama COULIBALY, a, pour la circonstance, restitué aux autorités maliennes la conclusion de leur assemblée générale tenue la veille.
« Tous les chauffeurs se sont réunis. Et Nous avons pris une décision. Nous avons décidé de ne plus venir au Sénégal pour transporter les marchandises. Nous ne demandons pas à l’État de mettre fin à sa coopération, mais nous n’allons plus venir au Sénégal. Ainsi, nous demandons aux opérateurs économiques de chercher un autre moyen pour faire parvenir leurs marchandises au de changer de port », a indiqué M. COULIBALY.
Pour lui, ce que les transporteurs maliens vivent sur le territoire sénégalais est plus qu’un calvaire. « Nous avons assez encaissé et nous ne pourrons plus continuer dans ce calvaire. On a souffert au Sénégal. Nous n’allons plus accepter et tolérer les menaces et les tentatives d’assassinat. C’est pourquoi, nous ne voulons plus transiter entre le Mali et le Sénégal. A cet effet, nous demandons aux opérateurs et aux autorités d’explorer d’autres pays. Pour ce qui concerne le Sénégal, il n’en est plus question », a rapporté le porte-parole du syndicat.
Dans son intervention, il a aussi souligné les tracasseries routières entre Bamako et Dakar, le manque de parkings de stationnement et des aires de repos pour les camions gros porteurs, la rénovation du parking de M’Bao (Dakar), l’insécurité des chauffeurs et conducteurs maliens.
Il a rappelé que c’est tout récemment que les marchandises du Mali transitent par le Sénégal. Or, le corridor Dakar-Bamako représente près de 70% du fret malien dans les ports de transit.
En clair, les chauffeurs disent être disposés à faire le trafic avec tous les pays sauf le Sénégal.
Conséquence : des centaines de véhicules de transport conduits par des chauffeurs maliens sont stationnés au Sénégal suite à cette décision.
De son côté, la DEMBÉLÉ Madina SISSOKO, prenant bonne note ces préoccupations, a rassuré les transporteurs d’apporter des solutions idoines aux problèmes soulevés.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *