Search
jeudi 4 mars 2021
  • :
  • :

Assemblée parlementaire francophone: les d »fis climatiques et sécuritaires en débat

L’Assemblée parlementaire francophone (AFP) tient, depuis hier jeudi au CICB, sa 24e Assemblée régionale dont les travaux se poursuivront jusqu’au 28 mai prochain.
«Défis et espoirs de la COP21 pour l’Afrique» ; «Médias sociaux et le développement démocratique en Afrique francophone» ; ainsi que les questions sécuritaires sont les principaux sujets de ce rendez-vous de Bamako.

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée par le président en exercice de l’organisation, le Congolais Aubin MINAKU qui avait à ses côtés le président de l’Assemblée nationale du Mali, l’honorable Issiaka SIDIBE. On y notait également la présence du Premier ministre du Mali, Modibo KEITA ; des présidents des Assemblées nationales des Etats francophones ; des représentations diplomatiques au Mali ; des délégués des Etats membres de l’AFP ; des autorités politiques et administratives du Mali.
Donnant le ton de la rencontre, l’honorable Issiaka SIDIBE a souhaité la bienvenue aux fortes délégations qui ont fait le déplacement de Bamako à la faveur de cette 24e assemblée régionale.
Pour lui, la présence d’autant de sommités dans notre pays à quelques mois de la tenue du prochain Sommet Afrique-France au Mali est vigoureusement réconfortante pour le Mali, et prouve à suffisance si besoin en était que notre pays n’est pas seul dans son combat pour le retour de la paix.
«Merci de nous avoir fait confiance en venant chez vous au Mali et merci pour le soutien constant dont notre pays continue de bénéficier de la part de l’ensemble de vos pays et de toute la communauté internationale dans le cadre de notre processus de paix et de la réconciliation nationale », a remercié l’honorable Issiaka SIDIBE.
Aussi, a-t-il saisi l’occasion, situation du pays oblige, pour faire le point sur le processus de sortie crise malienne tout en rassurant que depuis la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation, les 15 mai et 20 juin 2015 à Bamako, le Mali sort lentement mais sûrement de la situation douloureuse de crise sécuritaire et institutionnelle.
Ainsi, a-t-il témoigné que chaque jour des actes sont posés allant dans le sens de la consolidation de la paix, de l’unité, de la laïcité de la République du Mali, et de la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.
Malgré les difficultés d’ailleurs inhérentes à tout processus, note-le président de l’AN, le processus enregistre de réelles avancées.
A son avis, cette évolution de la situation se manifeste, aujourd’hui, par le démarrage de la phase de Désarmement, démobilisation et réintégration (DDR) qui connait des progrès significatifs avec l’identification et la construction des sites de cantonnement.
En outre, a-t-il ajouté, la mise en place des autorités intérimaires, qui fait partie des chapitres de l’accord à mettre en œuvre, est enclenchée.
Selon l’honorable SIDIBE, la contribution de ces organes sera d’un appui inestimable en vue de renforcer les patrouilles mixtes et le redéploiement rapide de l’administration dans les zones où elle est absente. Ce qui présage de la bonne tenue des prochaines élections communales prévues avant la fin de 2016, est-il convaincu.
Pour ce qui est de la sécurité dans le pays, l’honorable Issiaka SIDIBE a déploré la fragilité de la situation en dépit des efforts multiples formes consentis par l’Etat et ses partenaires. Ce n’est pas seulement au Mali que la situation sécuritaire reste préoccupante. Elle l’est de façon générale dans la sous-région, marquée par la recrudescence du terrorisme et autres crimes résiduels perpétrés par des groupes armés, souligne le président de l’AN du Mali, avant d’ajouter :
«Cette situation rappelle plus que jamais l’importance de la solidarité entre nos Etats et l’intérêts des travaux de notre Organisation commune, l’AFP».
Enfin, l’honorable Issiaka a terminé sa revue de l’actualité malienne par notifier à l’assistance les nombreuses réformes envisagées par les autorités maliennes dans le cadre de la refondation de l’Etat du Mali.
La relecture du Code électoral, de la Charte des partis politiques ainsi que la révision de la Constitution du 25 février 1992 constituent les principaux textes concernés par ces réformes politiques, a-t-il révélé.
Les 2 thèmes majeurs qui seront débattus au cours de la présente rencontre sont, «Les défis et espoirs de la COP21 pour l’Afrique » et « Les médias sociaux et le développement démocratique en Afrique francophone ainsi que les questions sécuritaires».
Quant au président en exercice de l’AFP, il a focalisé l’essentiel de son intervention sur les enjeux de ces deux thèmes pour le Continent africain, l’évolution politique du Continent, la croissance de l’économie africaine.
Par ailleurs, indique-t-on, à l’issue de travaux de la rencontre de Bamako, des fortes recommandations sont attendues pour améliorer les défis sécuritaires, d’améliorer le fonctionnement de l’AFP et de préparer le COP22, prévu au Maroc.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *