Search
samedi 19 septembre 2020
  • :
  • :

Bétisier

L’histoire de l’accord entre les bidasses de Kati avec les michés ressemble à une looping avec vrille retournée, parce qu’à Gao, avec le gargouillement du ventre pour raison de non-récolte du blé du mois d’août, difficile de résister à la tentation de se la jouer en solo. Mais, la galère, c’est aussi à Bamako où des intrus aux grandes palabres nationales des 10, 11 et 12 septembre dernier, au CICB, se contorsionnent et gémissent sur leur tribulation d’avoir été gazés sans pour autant avoir la consolation du dédommagement en termes de prix de djègué woussou pour préparer la soupou, traitement radical contre le rhume. Voici votre BÊTISIER du jour.

École à Gao : bons comptes, bons amis !

Dans une lettre datée du 12 septembre 2020 adressée au Gouverneur de la Région de Gao, on peut lire : ‘’Nous, Collectif des syndicats de l’éducation de la région de Gao venons par la présente vous informer de notre arrêt de travail qui commence ce lundi 14 septembre 2020 jusqu’au paiement intégral des salaires du mois d’août des enseignants de Gao’’. C’est quoi cette histoire avec les Michés de Gao ? En prenant l’Ordonnance n°2020-002/P-CNSP du 11 septembre 2020 le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) remplissait sa part du contrat au stade actuel des choses. La seule contrepartie pour les hommes de craie était : ‘’la reprise effective des cours et activités pédagogiques dans les écoles de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale pour compter du lundi 14 septembre 2020 sur toute l’étendue du territoire national’’.
L’accord a été passé entre le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) et les Syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 (SYPESCO, SYNEB, SYNEFCT, SYNESEC, SYLDEF, FENAREC, COSES) le 11 septembre dernier. Paf ! Le 12 septembre, le lendemain de l’accord, les coordinations régionales du SYNESEC, le SYNEFCT, du SYLDEF, du SYNEB, le SYPESCO décrètent une grève illimitée jusqu’au paiement du dernier centime de leurs sous dus au titre du mois d’août. Mais oh, ces coordinations régionales ne font pas partie des coordinations nationales des syndicats cités ou bien Gao ne fait plus partie du territoire national de la ‘’République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque, et sociale’’ du Mali ? Parce qu’on a annoncé dans le procès-verbal de conciliation ‘’la reprise effective des cours et activités pédagogiques dans les écoles de l’enseignement secondaire, de l’enseignement fondamental et de l’éducation préscolaire et spéciale pour compter du lundi 14 septembre 2020 sur toute l’étendue du territoire national’’. Ou bien ça coupe à Bamako et ça décale à Gao. Bon, en attendant le projet d’arrêté interministtériel relatif à la transposition du personnel concerné ; l’alignement de l’indice plafond A à 1 267 sur le salaire du mois de novembre ; le paiement des rappels différentiels des mois de janvier à octobre 2020 sur le salaire du mois de novembre ; le paiement de la première moitié des arriérés de 2019 au mois de décembre 2020 ; le paiement des arriérés de la seconde moitié de 2019 au mois de mars 2021, l’alignement de l’indice plafond de la catégorie A à 1 382 à compter du 1er janvier 2021, les collègues de Gao ont besoin de brouter aujourd’hui. Les histoires de novembre, décembre, janvier, mars, ça ne permet pas à l’intestin du poulet de se tenir droit. Ils ont besoin de jaffer hic et nunc, c’est-à-dire wassa wassa. Donc, il faut payer leur blé rapidos ! Sinon, ayiwa, ça ne rigole pas à Gao deh ! Hum ! Commencer par le niveau maximum de grève, on voit bien qu’ils ont les yeux rouges et certainement la panse qui gargouille ! À prendre très au sérieux ces michés de Gao et leur affaire de graille ; parce que ça va cailler.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *