Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Bicéphalisme à la CAFO: le clan de Oumou CAFO chez le gouverneur du District

A quelques jours de la journée internationale de la femme, les gros foulards de la Coordination des Associations et ONG féminines du Mali (CAFO), avec à leur tête Mme BARRY Aminata TOURE, se font entendre par les autorités, à travers le gouverneur du district de Bamako. En effet, c’est à la faveur d’un sit-in que ces femmes ont remis une déclaration à Yaya WAIGALO, représentant du Gouverneur. C’était hier lundi, dans les locaux de ladite institution.

Faut-il le rappeler, la tendance Oumou CAFO qui revendique la légalité depuis le 23 août 2019, à l’issue d’une Assemblée générale, ne veut plus sentir l’autre présidente proclamée par un autre camp. Tel est sans doute l’objectif de cette manifestation dans l’enceinte du Gouvernorat de Bamako. Ainsi, Mme BARYY, sous la houlette de l’ancienne présidente Oumou TRAORE, a décidé de couper court aux participations de Mme DEMBELE dans les actions de l’état, en tant que la présidente de la CAFO, ce malgré un décret judiciaire.
D’entrée de jeu, Mme BARRY indique qu’un membre de la justice a fait sortir un arrêt qui reconnaît que Mme DEMEBELE Oulématou SOW a gagné la longue guerre de leadership entre elle et l’autre partie de la CAFO. « Elle est en train de brandir cela pour dire qu’elle est la présidente de la CAFO. Mon bureau a été mis en place en août 2019 en toute légitimité et les femmes des six communes et les organisations spécialisées sont avec nous. Il en est de même dans les régions. Et personne ne veut reconnaître Ouley comme sa présidente. Et ce n’est pas la justice qui va imposer une présidente aux femmes du Mali », a-t-elle dit, en rappelant à la justice malienne les principes de la démocratie. « Je pense que nous sommes en démocratie. Il y a des questions de gouvernance. Donc il faut qu’on se respecte ! C’est pour cela nous sommes là ce matin, pour venir voir le gouverneur qui est l’autorité administrative pour l’informer, pour que ce dernier porte notre demande auprès des plus hautes autorités. Nous voudrions que le Gouverneur leur dise que les autres femmes ne sont pas d’accord de la manière dont Ouley est en train de dénigrer la CAFO, qu’elle est en train de se présenter partout comme la présidente nationale de la CAFO. Personne n’est d’accord et on est là pour informer les autorités maliennes sur ce sujet », a-t-elle martelé.
Selon elle, la CAFO a une présidente et que cette dernière n’est pas Mme DEMBELE (NLDR : elle-même). « Dieu a fait que ce flambeau m’a été donné et j’accepte de le porter sur les épaules. C’est pourquoi je suis là avec les femmes aujourd’hui. Ce sont toutes les femmes du Mali qui veulent que nous nous mobilisions, parce que nous ne pouvons pas rester comme ça. Nous, les femmes du Mali, nous voulons contribuer à la réussite de la Transition. Nous voulons contribuer aux actions du CNT et les autres acteurs pour qu’on puisse savoir un jour que les femmes de la CAFO aussi ont contribué au nouveau Mali. Donc, nous ne pouvons pas rester en marge. Ce message pour les plus hautes autorités émane de toutes les femmes du Mali et de sa diaspora. Ouley n’est pas notre présidente, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain », a-t-elle clamé !
Et Mme BARRY Aminata TOURE de révéler que des sit-in similaires sont organisés dans les autres régions du pays pour empêcher Mme DEMBELE de faire ses affaires au nom des femmes du Mali.
Quant au clan Ouley, il évolue aussi avec une franche de femmes qui se réclament des membres légitimes de la CAFO.

PAR CHRISTELLE KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *