Search
samedi 21 octobre 2017
  • :
  • :

Bilan des negociations coses-gouvernement: 1 point d’accord, 6 désaccords et 7 accords partiaux

A quelques encablures de la date de sa menace d’arrêt de travail, les négociations entre le gouvernement et la Coordination des syndicats de l’enseignement secondaire (COSES) butent encore sur de nombreux obstacles. Les deux parties se sont séparées, mercredi dernier, dans l’après-midi, sans parvenir à un accord sur le fond des 14 points de revendication, déposés sur la table du ministre du Travail et de la fonction publique, il y a bientôt deux semaines.

De sources proches de la commission de conciliation, mise en place, le gouvernement et la COSES ne sont pas parvenus à un accord pour empêcher la menace de grève de 72 heures du mardi prochain qui plane à l’enseignement secondaire.

A l’issue de la rencontre du mercredi dernier, avec la commission de conciliation, un seul point sur les 14 du cahier de doléances a fait l’objet d’accord entre les 2 parties, nous a indiqué une source proche du dossier.

Il concerne, selon la source, le point relatif à la nomination, sans délais, d’inspecteurs en nombre suffisant.

Selon Adama KONATE, secrétaire général de la COSES, au-delà de ce point, on enregistre sur les doléances posées, 7 autres points ont fait l’objet d’accords partiaux. Sur les six autres points de revendication, aucun accord n’a pu être dégagé entre les parties, dit-on.

Pour le secrétaire général de la COSES, le bilan tiré de ces dernières discussions avec le gouvernement n’est pas du tout fameux.

«Le gouvernement n’est pas concret dans sa démarche et ses propositions. Nous nous voulons être plus pragmatique», nous a confié le secrétaire général de la COSES.

Selon lui, les négociations sont terminées pour le moment. Donc, la COSES reste sur la logique de grève, prévue pour les 28-29 et 30 octobre prochain.

Si l’on reconnait volontiers que ces premières négociations n’ont rien donné, l’espoir ne semble pas être totalement perdu. Car, le secrétaire général de la COSES nous a confié qu’il allait rencontrer une autorité plus compétente, hier dans l’après midi, sans nous donner plus de détail.

La COSES est composée de 5 syndicats au niveau de l’enseignement secondaire, qui sont: le SYNTES (Syndicat national des travailleurs de l’enseignement secondaire), le SYPESCO (Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire des collectivités), le SYNESTP (Syndicat national de l’enseignement technique et professionnel), le SYPESCA (Syndicat des professeurs de l’enseignement secondaire catholique) et le SYNAPEF (Syndicat national des professeurs de l’enseignement fondamental).

La COSES, faut-il rappeler, a saisi le ministre du Travail, de la fonction publique et des relations avec les institutions d’un préavis de grève de 72 heures, à compter du mardi 28 octobre 2014, si à cette date ses doléances n’étaient pas prises en compte.

Les doléances du bureau exécutif national de la COSES sont sous-tendues par les mauvaises conditions de vie et de travail des enseignants; la négligence du département de l’Education dans le traitement des points de revendications de la plateforme de la COSES, déposée depuis le 3 mars 2014, suivie d’une lettre de rappel et d’une demande d’audience; le désagrément causé par l’intégration des enseignants à la fonction publique des collectivités; la disparité créée entre les enseignants par l’intégration dans les fonctions publiques; le non respect du caractère volontaire de l’AMO et le non remboursement des sommes indûment prélevées sur les salaires des non adhérents.

Pour corriger ces situations qu’elle dénonce, la COSES exige la satisfaction de 14 points de revendication.

Il s’agit de l’intégration effective de tous les enseignants à la fonction publique de l’Etat; l’amélioration du statut particulier du personnel enseignant de l’enseignement secondaire; la réparation de la disparité de traitement provoquée par l’intégration dans les fonctions publiques de l’État et des collectivités; la signature des arrêtés d’avancement des enseignants du secondaire de 2013 et 2014; le paiement sans délais de tous les arriérés de prime de hiérarchisation, intégration, avancement, heure supplémentaire; la hiérarchisation, sur titre, des professeurs de l’enseignement secondaire recrutés de 2006 à 2010; la diligence du concours d’agrégation au niveau de l’enseignement secondaire; la nomination sans délais d’inspecteurs en nombre suffisant; le respect strict du caractère volontaire de l’AMO, l’arrêt immédiat du prélèvement sur les salaires des non adhérents et le remboursement intégral des sommes indûment prélevées. La COSES réclame également la régularisation de la situation administrative et financière des sortants de l’EN-Sup au même titre que ceux de l’ENI et de l’IPR-IFRA; la formation et la dotation des enseignants en kits pédagogiques conformément aux exigences de l’approche par compétence; l’approvisionnement correct et régulier des établissements d’enseignement technique en matériels didactiques et en matière d’œuvres et d’outillages; la création de passerelle entre le secondaire et le supérieur; la dotation des conseillers pédagogiques des CAP en moyens matériels et logistiques pour le suivi pédagogique et l’octroi de prime aux DAE adjoints et DCAP adjoints.

Par Sidi DAO

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *