Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

Campagne agricole 2022-2023: les prévisions pluviométriques sont bonnes

L’Agence Mali Météo a organisé, hier jeudi 19 mai, son atelier annuel consacré à l’évaluation de la prévision saisonnière 2021 et la restitution des résultats de la prévision saisonnière des caractéristiques agro-climatiques 2022. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le conseiller technique du ministère des Transports et des infrastructures, le Dr Moussa TELLY ; en présence du directeur de Mali Météo, Djibrilla A MAIGA ; des techniciens et des journalistes venus de plusieurs localités du pays.

Dans ses mots de bienvenue, le représentant du maire de la commune V du district de Bamako, Adama KONATE, a salué l’initiative qu’il qualifie d’importante puisqu’il s’agit des prévisions. Il a déclaré que celui qui veut aller loin doit se munir des prévisions fiables. ‘’Un homme averti en vaut deux’’, a-t-il affirmé, avant d’appeler à une application rigoureuse de ces prévisions.

Le conseiller technique du ministère du Transport et l’équipement, le Dr Moussa TELLY, a souligné que notre économie était fortement dépendante de l’évolution des caractéristiques des saisons des pluies, telle que la répartition et la quantité de pluies, les dates de début et de fin de saison, et les débits des fleuves.

Selon lui, l’élaboration et la diffusion des caractéristiques de la saison des pluies, un à deux mois en avance, constituent un outil important d’anticipation à la prise de décisions et devraient permettre aux producteurs ruraux, aux gestionnaires des ressources en eaux, aux décideurs de disposer d’informations appropriées pour la planification stratégique de leurs activités en saison pluvieuse.

« Elles contribuent à renforcer les mécanismes nationaux de suivi et d’alerte précoce afin de prévenir les risques de catastrophes, sauver des vies humaines, préserver les moyens de subsistance et renforcer les capacités de résilience face à la variabilité et aux changements climatiques », a expliqué le Dr TELLY.

Le conseiller technique a précisé que ces informations aussi importantes sont-elles n’auront aucune valeur ajoutée si elles ne sont pas accessibles à temps voulu, aux utilisateurs finaux sous forme de services compréhensibles et facilement exploitables.

C’est pourquoi il a appelé à une plus grande communication autour de ces prévisions saisonnières ainsi que les caractéristiques agro-climatiques de la saison des pluies en cours.

Le directeur de Mali-Météo, Djibrilla A MAIGA, a indiqué qu’il est important que les gestionnaires aient des informations sur la pluviométrie pour pouvoir planifier.

Selon lui, en fonction de la pluviométrie attendue, les paysans doivent savoir qu’elle genre de variété il faut semer.

En effet, cette journée d’échanges a été l’occasion de mieux expliquer les impacts et conséquences des conditions agro-hydrauliques météorologiques attendues au cours de la saison des pluies 2022, afin de formuler des stratégies, des pratiques et des actions faciles à appliquer.

Ce qui permet de prévenir les risques et de saisir des opportunités dans l’Agriculture et la sécurité alimentaire, les ressources en eau, la santé et la sécurité.

D’une manière générale, selon les explications des techniciens, il est attendu au Mali une saison des pluies 2022 humide avec des dates de démarrage précoces à moyennes, des dates de fin à moyennes, des séquences sèches courtes à moyennes dans la partie ouest et moyennes à longues dans la partie est et des écoulements globalement excédentaires à moyens dans les principaux bassins fluviaux.

Au regard de ces prévisions, les techniciens ont recommandé entre autres de : renforcer la communication, renforcer la veille et les capacités d’intervention des agences en charge du suivi des inondations ; éviter l’occupation anarchique des zones inondables par les habitations et les cultures.

De même, il s’agit de renforcer les digues de protection et assurer la maintenance des barrages et des infrastructures routières ; curer les caniveaux ; suivre de près les seuils d’alerte dans les sites à haut risque d’inondation.

Par ailleurs, les techniciens préconisent aux autorités de prévoir des sites d’accueil pour  les populations exposées au sinistre ; favoriser la culture des plantes adaptées à la persistance des situations d’excès d’eau dans le sol ; maintenir la garde et suivre les mises à jour de ces prévisions saisonnières et les prévisions de courtes et moyennes échéances…

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *