Search
mardi 2 mars 2021
  • :
  • :

Campagne « Aucun enfant oublié »: la première dame invite au respect des engagements

L’épouse du Président de la République, Mme KEITA Aminata MAIGA, a présidé, le mardi 26 avril dernier, au CICB, la cérémonie de lancement de la nouvelle campagne de sensibilisation et de plaidoyers dénommée : « Aucun enfant oublié ». L’objectif de cette campagne initiée par l’ONG Save the children vise à renforcer les efforts des autorités maliennes dans le domaine de la santé, de l’éducation et de la protection des enfants, d’ici l’horizon 2018.

Au lancement de cette campagne, des membres du gouvernement du Mali, des partenaires techniques financiers, des autorités administratives, des organisations de la société civile étaient présents en grand nombre dans la salle de Banquet du CICB archicomble. Sur les banderoles affichées dans cette salle, qui a abrité le cérémonial de la rencontre, on pouvait lire des messages d’interpellation et d’engagement des acteurs, des décideurs en faveur du bien-être des enfants au Mali.
Cet événement, qui marque le lancement de cette campagne, a été riche en messages et plaidoyers pour la défense de la cause des enfants, dont le ton a été donné par le représentant du maire de la commune III qui a souhaité la bienvenue aux invités. Lui qui pense que ce combat est également celui de toutes Collectivités territoriales du Mali a saisi l’opportunité pour exprimer aussi son engagement à accompagner cette campagne, dont la finalité est de garantir le bien-être des enfants du pays.

La douleur des enfants
À la suite de l’élu communal, la présidente du Parlement des enfants du Mali, Fadimata SANGARE, a indiqué que c’était la première fois au Mali qu’une campagne de telle envergure soit portée sur les enfants. Ce qui est, pour elle, l’illustration parfaite du droit à la participation des enfants aux débats et sujets leur concernant avant de s’empresser de définir les objectifs stratégiques de cette campagne.
Elle vise, sur l’ensemble du territoire national, à rendre accessibles les soins de santé pour tous les enfants, de favoriser l’émergence d’un environnement protecteur pour tous les enfants afin de leur assurer une éducation de base qualitative et durable avec comme finalité de contribuer à changer positivement les conditions de très nombreux enfants maliens.
Selon elle, il y a encore près d’un million de ses camarades enfants âgés de 7 à 12 ans, dont plus de 500 000 filles qui sont actuellement hors du système scolaire et sont sujets à toute sorte de vulnérabilités. À ce triste constat, elle ajoute le cas des 16 % de jeunes filles qui sont mariées avant d’atteindre l’âge de 15 ans ; des 55,8 % des enfants de 5 à 17 ans impliqués dans le travail des enfants ; des 76 % des petites filles ayant subi une mutilation génitale féminine (excision).
« Chers pères, chères mères, chers frères et sœurs, convenez avec moi que cette situation est tout simplement déplorable, voire inacceptable. Une nation se doit de protéger ses enfants, ses innocents enfants qui en sont l’avenir. N’oublier aucun enfant. Tous les enfants naissent libres et égaux en dignité et en droits ; de ce fait, nous pensons que toutes les formes de discrimination, volontaires ou involontaires, à leur égard doivent prendre fin », a-t-elle interpelé.
Elle souhaite, au nom de ses nombreux camarades que cette situation change et en guise de solutions, elle propose aux autorités politiques de prendre les mesures urgentes en vue notamment de rendre effective, d’ici à la fin de 2016, la couverture maladie universelle en mettant en œuvre la nouvelle politique de financement de la santé ; de prendre des mesures adéquates pour prévenir les mariages précoces, de mettre au centre des préoccupations la scolarisation des filles et leur rétention aux niveaux primaires et secondaires.
Après elle, les enfants slameurs (en chanson) vont décrier avec des mots pleins amertumes la situation d’injustice, de violence, de marginalisation des enfants avant d’inviter les autorités au respect de leurs engagements en faveur du bien-être des enfants.

La vision de l’initiative « Aucun enfant oublié »
Selon le Directeur pays de Save the Children, Raphael SINDAYE, cette cérémonie de lancement de la campagne « Aucun Enfant Oublié », marque un tournant décisif, dans les efforts de Save the Children et de ses partenaires à promouvoir et à défendre les droits des enfants, la couche qui est, au-delà de toute considération, la plus chère. Un tournant qui devra, d’ici à 2018, espère-t-il, se matérialiser par des changements importants dans la réalisation des droits des enfants, dans le monde en général et au Mali, en particulier. Il a également signalé que l’initiative, « Aucun enfant oublié », rentrait dans le cadre de l’atteinte des nouveaux Objectifs de développement durable (ODD) d’ici 2030 et va couvrir la période 2016-2018 pour sa première phase.
Pour parvenir à leur objectif, M. SINDAYE pense que nous devons éliminer les différents obstacles résultants de la pauvreté, de la discrimination et de l’insuffisance des ressources économiques et financières. En même temps, ajoute-t-il, ‘’nous devons ensemble mener des changements spécifiques durables dans les politiques, les lois, les budgets et les normes publiques et socio culturelles pour aboutir à une discrimination positive qui soit à même de combler le déficit d’investissement et d’attention en faveur des enfants démunis, exclus ou injustement exploités’’.
Avant de lancer officiellement cette campagne, l’épouse du Président de la République a tenu à rappeler aux autorités, le respect de certains de leurs engagements pour la promotion des droits des enfants. À son humble avis, il est opportun pour le gouvernement d’œuvrer davantage pour la « généralisation du tiers payant en couverture de risque Maladie, d’ici à 2018 et à l’amélioration des indicateurs qualitatifs de l’éducation, notamment pour la scolarisation des filles », tel que stipulé dans son Programme d’Action gouvernementale (PAG) 2013-2018.
Au-delà du gouvernement, en tant que mère, grand-mère, la 1ere dame s’est aussi engagée à accompagner cette campagne et à porter la voix des enfants partout où il le faudra au Mali comme ailleurs.
D’autres moments marquants de cette cérémonie ont été aussi la prestation musicale du jeune artiste Sidiki DIABATE, ambassadeur de cette campagne, un sketch sur le mariage précoce et enfin la signature du livre d’Or de la campagne par les responsables.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *