Search
jeudi 13 décembre 2018
  • :
  • :

Carnet secret de la présidentielle

Présidentielle 2018 :
Ras Bath proclamera
aujourd’hui le nom de son candidat
Le chroniqueur, Ras Bath et porte-parole du Collectif pour la défense de la république (CDR) anime ce matin une conférence de presse au Carrefour des jeunes de Bamako. L’objet de la rencontre est d’informer ses militants du nom du candidat à soutenir au scrutin du 29 juillet prochain.
Très agité contre le régime en place, le porte-parole du CDR, Mohamed Youssouf BATHILY dit Ras Bath, est très attendu ce matin au Carrefour des jeunes par ses partisans du mouvement pour l’alternance en 2018.
L’enjeu de la rencontre est le choix du candidat à soutenir à la présidentielle du 29 juillet prochain. Selon des proches de la direction du CDR, le choix du candidat à soutenir pour le collectif sera en fonction de son projet de société pour le pays. C’est dans ce cadre que le CDR, il y a quelques semaines, a rédigé un manifeste à l’attention des candidats et des hommes politiques.
Parallèlement à cette action, la direction du CDR a rencontré plusieurs candidats à l’élection présidentielle en vue d’échanger avec eux sur leurs visions pour le Mali. Parmi ces candidats, il y a notamment Choguel Kokalla MAIGA, Cheick Modibo DIARRA, Soumaila CISSE. Mais dans cette démarche, le chroniqueur a carrément exclu le candidat Ibrahim Boubacar.
« Nous allons écouter tous les candidats sauf IBK. Même s’il le demandait, nous n’allons pas accepter », avait déclaré Ras Bath à la présentation de leur manifeste à la Maison de la presse.
Le choix du candidat à soutenir constitue également un sujet très sensible au sein du CDR parce que quelques jours plutôt, il a fait l’objet de vive tension entre des membres du collectif sur les réseaux sociaux. En effet, certains avaient estimé que Ras Bath avait déjà choisi Soumaila CISSE comme le candidat du CDR et montré leur indignation quant à ce choix.

Présidentielle 2018 :
La direction de campagne de Poulo constituée
Le Candidat du parti de la Convergence pour le développement du Mali (CODEM), Housseini Amion GUINDO, a désigné le
Docteur Abdoulaye Amadou Sy et Abdel Kader Sidibé à la tête de sa direction de campagne pour l’élection présidentielle de 2018.
Désormais, le Dr Abdoulaye Amadou Sy, connu pour son sens du RASSEMBLEMENT, président des Partis Unis pour la République (PUR), fera office de directeur de Campagne. Il sera secondé par Abdel Kader Sidibé, 3e vice-président de la Codem. Pour rappel, les PUR sont un regroupement de partis et d’associations, créé il y a plus de cinq ans pour matérialiser une convergence de vues sur les questions nationales. Tout comme en 2013, ce regroupement dont la Codem est membre, a décidé de soutenir la candidature du président Housseini Amion GUINDO lors de la présidentielle du 29 juillet prochain.
De manière plus concrète et moins métaphorique, le directeur de campagne est celui qui définit la stratégie avec le candidat, qui sait fédérer et mobiliser les énergies militantes, qui structurent et planifient les actions à mener. Fin organisateur, le directeur de campagne est aussi un excellent planificateur et un habile coordinateur. Loin d’être au-dessus de la capacité de ces deux avertis, ce challenge est aussi celui de toute une communauté de vision et d’actions.
Un organigramme bien détaillé et moins lourd, en cours d’élaboration, permettra de compléter l’architecture sur le plan déconcentré.

Mise en œuvre des régions non opérationnelles :
Nioro se désolidarise de la déclaration du président du collectif
Dans un communiqué, le bureau du collectif des régions non opérationnelles de la région de Nioro du Sahel a pris ses distances par rapport aux propos du président du CRNOP au plan national.
Le Bureau CRNOP de la Région de Nioro, conscient de l’engagement du Président de la République du Mali et de son gouvernement, se réjouit et salue leur volonté de nommer très prochainement les Gouverneurs des régions de Nioro, Koutiala, Bougouni et Dioila, en attendant celle des Gouverneurs des cinq autres Régions prévues en 2019, en application de la loi N° 2012-017 du 31 janvier 2102 promulguée le 02 mars 2012.
Par ailleurs, le Bureau CRNOP de la région de Nioro se désolidarise de la déclaration unilatérale et sans fondement du Président Mamba COULIBALY sur certains médias et les réseaux sociaux, rejetant cette noble décision des plus hautes autorités et exigeant la nomination, le même jour, des Gouverneurs de neuf (09) Régions.
Le Bureau CRNOP de la région de Nioro reste toujours attacher aux idéaux du Bureau national jusqu’à l’opérationnalisation tant attendue de toutes les Régions énumérées dans la loi référée ci-dessus.

Gourma-Rharous :
Le fleuve Niger à sec
Alors que l’hivernage continue de s’installer timidement, le fleuve Niger ne s’est pas encore remis de la mauvaise pluviométrie de l’année dernière. En effet, une grande partie du fleuve Niger dans le cercle Gourma-Rharous s’est asséché. Le cours d’eau peut être traversé à cette période à pied. Ce qui est une menace très grave pour ce patrimoine commun.
À cause de la baisse du niveau d’eau, selon nos informations, aucune pinasse ne se rend dans cette contrée très enclavée. En cette année de grande disette, les éleveurs de cette localité ont déjà perdu plus de 70 % de leur cheptel, les denrées alimentaires sont rares, a-t-on appris. Au-delà du cercle de Rharous, la plupart des autres contrées des régions du nord de notre pays est dans un état de famine accentué.
Dans les zones touchées, précisent nos sources, on ne parle pas d’élections, mais plutôt des prix de l’aliment bétail, des céréales et des nouvelles des précaires pâturages et points d’eau.
« Nous en appelons aux autorités maliennes, à la communauté internationale et aux organismes humanitaires d’agir très rapidement pour sauver des vies humaines », lance un responsable local.

Enquêtes sur les incidents de Boulkessy
La MINUSMA confirme des exécutions sommaires de la force G5 Sahel
Après les incidents de Boulkessy de mai dernier, la MINUSMA a ouvert une enquête. Les résultats de cette enquête confirment les informations d’exécutions sommaires des civils par des éléments de la force conjointe du G5 Sahel.
Communiqué de la MINUSMA
La MINUSMA demeure préoccupée par les graves violations et abus des droits de l’homme commis dans les régions du centre du pays ayant entraîné la mort de plusieurs civils depuis ces derniers mois.
Suite aux allégations récurrentes d’exécutions sommaires extrajudiciaires, de disparitions forcées, d’enlèvements ainsi que des destructions et incendies de biens, conjuguées à des violences meurtrières intercommunautaires, la MINUSMA avait déployé des équipes d’enquête dans le centre et publié deux communiqués de presse, respectivement le 30 mars et le 10 avril sur la gravité de cette situation. La MINUSMA a également souligné ses efforts d’appui aux autorités maliennes dans la conduite de ses enquêtes dans les régions de Mopti et Ségou.
Le 19 mai, à la foire hebdomadaire de Boulkessy, en représailles à la mort d’un des leurs, abattu par un élément non identifié, des militaires du bataillon malien de la Force conjointe du G5 Sahel auraient tué des civils sur les lieux.
À cet égard, la MINUSMA a diligenté une enquête destinée à déterminer les circonstances de ces violations et abus et établir les faits et les responsabilités afin que les présumés auteurs soient traduits en justice.
L’enquête de la MINUSMA a permis de conclure que, le 19 mai, des éléments du bataillon malien de la Force conjointe du G5 Sahel ont sommairement et/ou arbitrairement exécuté 12 civils au marché de bétail de Boulkessy. Le rapport de cette enquête a été communiqué au Gouvernement du Mali.
La MINUSMA salue toutes les actions prises immédiatement par la Force conjointe du G5 Sahel et les autorités maliennes, notamment la mise en place d’une commission d’enquête mixte composée de la Gendarmerie nationale et de la Force conjointe du G5 Sahel ; l’ouverture d’une enquête judiciaire par le Procureur militaire de Mopti ; ainsi que les mesures administratives du ministère de la Défense et des anciens combattants à l’encontre des éléments présumés suspectés d’avoir commis ces graves violations.
Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies M. Mahamat Saleh Annadif « appelle les autorités maliennes à s’assurer que l’enquête judiciaire en cours puisse s’effectuer dans les meilleurs délais » et « exhorte les autorités maliennes et celle de la Force conjointe du G5 Sahel, à conduire leurs opérations militaires conformément au droit international des droits de l’homme et au droit international humanitaire et à protéger la population civile ».

Enseignement des valeurs éducatives de l’olympisme en milieu scolaire :
Les encouragements de la première Dame
L’Épouse du Chef de l’État, Keïta Aminata Maiga, Présidente de l’ONG AGIR, et Présidente de l’Académie Nationale Olympique du Mali, a présidé le mardi 26 juin 2018 à l’École fondamentale Sainte Thérèse du fleuve de Bamako, la cérémonie solennelle de remise de prix du concours du « Programme d’éducation aux valeurs olympiques ». Ce concours pédagogique est organisé dans le cadre du partenariat entre l’ONG AGIR et le Comité national olympique sportif du Mali CNOSM.
Il a opposé 10 écoles fondamentales du District de Bamako dans trois matières, qui selon les spécialistes, agissent favorablement sur les enfants indépendamment de leur culture et de leur genre et peuvent servir de vecteur de transmission des valeurs éducatives de l’olympisme : la poésie, le dessin et l’art oratoire. Au total, 35 prix ont été décernés aux heureux gagnants, dont 20 prix d’encouragement. Le premier prix est composé d’un kit scolaire comprenant une tablette avec des applications éducatives, 01 dictionnaire, des cahiers, 13 crayons couleur, 2 bics et 01 gomme. Les prix d’encouragement comprennent des cahiers, bics, gommes, crayons couleurs.
Pour Keita Aminata Maiga, l’initiative vise la valorisation des valeurs olympiques dans les écoles depuis quelques années, c’est un moyen efficace pour inculquer ces valeurs aux enfants. Elles sont, entre autres, la joie de l’effort, le fair-play, le respect des autres, la recherche de l’excellence, l’équilibre entre la volonté, un esprit sain dans un corps sain.
« Quand on visite certaines écoles et quand on voit certains élèves, il suffit d’un petit quelque chose pour que l’enfant s’épanouisse et sorte le meilleur de lui-même », a indiqué Madame Keita.
La Présidente de l’Académie Nationale Olympique du Mali a remercié les membres du gouvernement qui accompagnent au quotidien cette initiative et la Direction de l’école Sainte Thérèse.
La présentation du Drapeau olympique, l’Art oratoire, le défilé des écoles partenaires, la visite des œuvres, la proclamation des résultats et la remise des cadeaux ont été les temps forts de la cérémonie.
La Première Dame, Présidente de l’Académie Nationale Olympique du Mali, Keita Aminata Maiga, avait à ses côtés pour l’occasion plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre de l’Éducation nationale.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *