Search
jeudi 4 mars 2021
  • :
  • :

Centres ruraux de prestations agricoles: le manuel de procédure de gestion validé

Préconisés comme une alternative pour surtout résorber le déficit d’équipement qui handicape la promotion et le développement de notre agriculture, le ministère de l’Agriculture ambitionne de créer 2 500 centres ruraux de prestations agricoles en vue de contribuer à l’objectif de création de 200 000 emplois des jeunes promis par le Président de la république. D’où la validation, hier jeudi, par les acteurs, du manuel de procédure de gestion desdits centres.

C’est à travers un atelier national, tenu à la Direction financière et du matériel du ministère de l’Agriculture que les acteurs, venus de toutes les régions administratives et du District de Bamako, en plus des partenaires techniques du projet, ont procédé à la validation du manuel de procédure de gestion des centres ruraux de prestations agricoles.
La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le Secrétaire général du département, Daniel Siméon KELEMA.
Le centre rural de prestation agricole est un établissement à caractère commercial tenu par des jeunes diplômés sans emploi ou des ruraux déscolarisés et non scolarisés. Il a le statut de GIE ou de toute autre société commerciale constituée par les membres de regroupements ou d’organisations.
L’importance de ces centres a été longtemps perçue par les hautes autorités du pays. Voilà pourquoi le Programme présidentiel annonçait en juin 2013 certaines mesures prioritaires parmi lesquelles figure en bonne place la création des centres ruraux de prestations agricoles, préconisés comme une alternative pour résorber le déficit d’équipement qui handicape la promotion et le développement de notre agriculture.
Accordant un ordre de priorité absolue à ce programme piloté par la Cellule de promotion de l’entreprenariat agricole, le ministère de l’Agriculture ambitionne, d’ici la fin du mandat présidentiel, de créer 2 500 centres ruraux de prestations agricoles, en vue de contribuer à l’objectif de création de 200 000 emplois des jeunes promis par le Président de la république.
Le principe est basé sur le volontariat. L’objectif des centres est de faciliter l’accès d’un plus grand nombre de petits exploitants à la mécanisation agricole afin de rehausser la productivité et de créer des emplois en milieu rural.
En outre, les activités majeures de ces centres sont, entre autres, la fourniture aux producteurs des différentes zones agricoles des services de culture ; la récolte et la post-récolte avec des équipements adéquats ; la vente et la promotion d’intrants de qualité en milieu rural et urbain ; le renforcement du plateau technique agricole à travers les financements acquis auprès du système bancaire et de micro-finance ; et enfin l’insertion des jeunes diplômés sans emploi en vue de résorber le chômage.
Les mesures d’accompagnement de ce programme, qui entre dans le cadre de la promotion de l’entreprenariat agricole, consistent en la mise en place d’un mécanisme approprié de financement permettant aux promoteurs de bénéficier des prêts auprès des banques et des institutions de micro-finance, à des coûts préférentiels ; l’information et la sensibilisation des jeunes pour s’approprier des activités de leur projet et enfin, la formation des acteurs et la mise en place d’un mécanisme de suivi-évaluation des centres.
Le manuel des procédures de gestion est un outil indispensable pour toutes les entreprises, car permettant de fournir un cadre compréhensif et détaillé à toutes les parties prenantes pour une mise en œuvre efficace du programme d’installation des centres ruraux de prestations agricoles. D’où l’intérêt de cet atelier au cours duquel les participants ont pu s’entendre et valider un manuel simple respectant les principes de transparence dans les traitements des dossiers, de programme à coût réduit, de respect de délai et d’assurance de création de Centres ruraux de prestations agricoles viables.
L’élaboration d’un tel manuel des procédures résulte de la franche collaboration entre le département et Swisscontact, qui s’est manifestée par la signature d’un protocole de collaboration et avec d’autres partenaires techniques et financiers comme la BNDA, le Projet « Villages du Millénaire » et le Fonds de garantie du secteur privé dont les rôles ont été déterminants dans la mise en œuvre de la stratégie préconisée des Centres ruraux de prestations agricoles.

Par Mohamed D. DIAWARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *