Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Cercle de Yélimané: Coup de pouce de l’AMSCID aux femmes rurales

L’Association malienne de solidarité et de coopération internationale pour le développement (AMSCID) a lancé son projet de renforcement des capacités des femmes du cercle de Yélimané; offert deux moulins aux femmes de Diabougou et de Salaka et des attestations aux auditrices des cours en soninké et fulfuldé. La cérémonie à 3 volets, qui s’est déroulée à Yélimané, était présidée par le secrétaire général du ministère du Développement rural, Daniel KELEMA.

Dans la salle de conférence de Madioké DIARRA, de l’OMRIB (Organisation malienne pour la réalisation et le renforcement des initiatives à la base), le secrétaire général du ministère du Développement rural était entouré, entre autres, par Siaka FOFANA, conseiller technique; du président de l’AMSCID, Bassirou DIARRA; du préfet de Yélimané, Alou GUINDO; de la présidente de la Fédération nationale des femmes rurales (FENAFER), NIANGATTE Goundo KAMISSOKO.

Autre présence à signaler est celle du directeur des services de l’AMSCID, Amidiata OUATTARA, et les partenaires de l’AMSCID, dont la fondation orange.

Les bénéficiaires sont venues très nombreuses de plusieurs communes du cercle de Yélimané.

«Par cette manifestation d’aujourd’hui, notre Association souhaite faire d’une pierre trois coups: Procéder au lancement officiel du projet de renforcement des capacités de vingt groupements de femmes du cercle de Yélimané, à travers des activités de maraîchage. Procéder à la remise d’attestations de participation à 62 femmes auditrices qui ont suivie avec assiduité des cours d’alphabétisation en Soninké et en Fulfuldé. Procéder à la remise de moulins à mil aux groupements de femmes de Diabougou dans la commune rurale de Marékafo et Salaka dans la commune rurale de Diongaga», a déclaré le président de l’AMSCID, dès l’entame de son intervention.

Selon Bassirou DIARRA, durant deux ans, son association, en collaboration avec ses partenaires, s’est engagée dans une campagne d’alphabétisation en direction des femmes rurales du cercle de Yélimané. Cette campagne d’alphabétisation, a-t-il précisé, a concerné 18 groupements de féminins, soit 540 femmes.

‘’Parmi lesquelles, les meilleures ont été sélectionnées pour parfaire leur formation. Ce sont ces 62 qui vont recevoir leur attestation de participation’’, a indiqué M.DIARRA.

S’agissant du projet de renforcement des capacités de 20 groupements féminins dans le domaine du maraîchage, il est le fruit d’une coopération avec l’ONG espagnole ACP (Association catalane pour la paix) et de l’AECID (Agence espagnole de coopération internationale pour le développement).

‘’Ce projet, d’un montant de 103 millions FCFA, sur trois ans consiste, à la réalisation de quatre nouveaux périmètres maraîchers en faveur des femmes de Kersignané-Diafounou, Kanguéssanou, Diongaga et Yaguiné. Des périmètres totalement équipés en grillages, en puits, avec des semences et des formations aux techniques de maraîchage pour les animateurs. Il y a aussi la réalisation de trois puits maraîchers en faveur des femmes de Yélimané-cébé, de Bandiougoula, de Tango; la réhabilitation ou le surcreusement de treize puits maraîchers’’, a détaillé le président de l’AMSCID.

Selon Bassirou DIARRA, son association s’inscrit dans le cadre des orientations de l’organisation des Nations-Unies, qui ont décidé de faire de l’année 2014, celle internationale de l’agriculture familiale.

A l’image du Brésil, pour M.DIARRA, le Mali a des potentialités pour devenir une puissance agricole, en faisant de l’agriculture le moteur du développement économique et social du pays.

L’AMSCID compte poursuivre ses efforts engagés, depuis 15 ans, dans le processus de développement du cercle de Yélimané.

Bassirou DIARRA a exprimé toute la reconnaissance de son association à l’ensemble de ses partenaires.

Selon Daniel KELEMA, le  projet renforcement des capacités des femmes rurales pour promouvoir leurs droits économiques et sociaux dans le cercle de Yélimané est la parfaite concrétisation du thème de la journée internationale de la femme rurale, célébrée au Mali, le 25 octobre dernier, à savoir: ‘’L’émergence socioéconomique et politique des femmes rurales pour un développement durable du Mali’’.

Le projet, a soutenu le secrétaire général du ministère du Développement rural, va renforcer les capacités des groupements de femmes en améliorant la sécurité alimentaire et les droits économiques et sociaux des femmes.

‘’Je suis persuadé que ce projet va avoir un impact certain sur les femmes rurales de Yélimané. Car, il s’agit d’aider des populations laborieuses démunies afin d’augmenter leurs revenus. Ces femmes rurales jouent un rôle essentiel et incontournable dans l’économie locale voire du Mali. Elles participent à la production agricole, fournissent la nourriture, l’eau et le combustible pour leur foyer et se chargent de la totalité des opérations de transformation des aliments de base du ménage et contribuent au renforcement de la sécurité alimentaire’’, a martelé M.KELEMA.

Selon lui, c’est conscient des nombreux défis auxquels les femmes rurales sont confrontées que le département du Développement rural a pris soins d’intégrer dans la Politique de développement agricole, la politique genre, dont les orientations sont données par le Loi d’orientation agricole (LOA).

Au nom des bénéficiaires, Siba KEBE, Mariam SYLLA…ont remercié l’AMSCID et ses partenaires pour cet appui. La présidente de la FENAFER, Goundo KAMISSOKO, a joint elle aussi sa voix au deux citées pour remercier l’association.

Le préfet de Yélimané, Alou GUINDO, a fait un témoignage sur les réalisations de AMSCID dans son cercle, notamment vers la frontière avec la Mauritanie.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestations aux 62 auditrices des cours d’alphabétisation en Soninké et en Fulfuldé et le don de deux moulins aux groupements de femmes de Diabougou et de Salaka.

 

Par Hamidou TOGO

Envoyé spécial




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *