Search
jeudi 13 décembre 2018
  • :
  • :

Code de bonne conduite des partis et candidats: le NDI soumet le texte à l’approbation des acteurs

Dans le cadre de la mise en œuvre de son Programme « EMERGE », en Anglais (Empowering Malians through Elections, Reforms and Governance Efforts), le National Democratic Institute (NDI) a organisé, hier mardi, à son siège, à Badalabougou, un atelier de mise à jour du Code de bonne conduite des partis et candidats à la présidentielle du 29 juillet prochain au Mali.

Placée sous le patronage du directeur résident du NDI au Mali, le Dr Badiè HIMA, la rencontre s’est déroulée en présence des responsables des partis politiques, des experts, des personnes-ressources et des Organes de gestion des élections.
Selon ces initiateurs, le présent atelier vise à adopter un nouveau Code de bonne conduite de 2018 pour des élections apaisées. En effet, indiquent les organisateurs, la rencontre permettra aux participants de faire une appropriation de la Loi électorale modifiée ; d’échanger sur tout le contenu du Code de bonne conduite de 2013, avec des observations et suggestions pour sa mise à jour.
Tout en félicitant tous les participants pour leur déplacement qui dénote de leur engagement et intérêt en faveur du processus électoral, le Dr Badiè HIMA a insisté sur deux points dans le processus électoral, à savoir : la régularité et l’apaisement (l’un produit l’autre).
Pour cela, a-t-il indiqué, il y a plusieurs outils, notamment la loi électorale. La loi électorale établit les règles et les procédures de la compétition politique, que sont les élections.
Le Code de bonne conduite a une longue histoire. En effet, la nécessité de la régulation du processus politique et électoral est devenue un enjeu majeur ces dernières années tant pour les acteurs politiques, la société civile que les partenaires techniques et financiers. Cette régulation a pour élément principal la loi électorale qui est renforcée dans bon nombre de pays africains par un Code de bonne conduite. Engagement moral entre les acteurs du processus politique, le Code de bonne conduite est devenu un instrument essentiel du jeu politique et électoral à travers le monde.
Dans bien des cas, il a permis de régler et d’apaiser le climat électoral et post électoral. Même si aucun code ne peut prévoir la diversité des situations susceptibles de se présenter au cours d’un processus électoral, un code de bonne conduite a cependant une force indéniable et fondamentale : il permet de prévenir les dérives et les abus, quelle que soit la situation. Ce qui, in fine, permet de préserver la stabilité sociale sans laquelle rien de positif et de durable ne se peut dans une communauté politique.
Globalement, le Code de bonne conduite vise à informer et sensibiliser les représentants des partis politiques, des candidats et leurs militants sur les comportements à adopter et propos à tenir avant, pendant et après les élections. En effet, il a pour finalité de renforcer le climat de confiance et de dialogue entre les partis politiques et de créer davantage les conditions et du respect de ces dispositions pertinentes, en particulier ; et de la loi électorale en général.
À l’agenda de la journée, les participants, sous la modération du Dr Mamadou DIAMOUTANI, ancien président de la CENI, auront droit à une brève présentation de la Loi électorale et les nouvelles révisions qu’elle a connues.
Ainsi, ils auront à évaluer la mise en œuvre du Code de bonne conduite de 2013 ; y apporter d’éventuels amendements en vue de l’adapter au nouveau contexte et enfin valider le Code amendé ; et mettre à la disposition des partis politiques le Code de bonne conduite de 2018 qui sera soumis à la signature des partis politiques et des candidats à la présidentielle du 29 juillet 2018.
Pour rappel, élaboré en 2002, révisé en 2007, 2012, 2013 et réédité en 2014, le Code de bonne conduite est à ce jour signé par une centaine de partis politiques de notre pays.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *