Search
mercredi 18 octobre 2017
  • :
  • :

Conférence africaine des humanités à Bamako: les sciences humaines à l’honneur

En prélude à l’organisation de la Conférence mondiale des humanités, qui se tiendra, du 6 au 12 août 2017, à Liège en Belgique, notre pays abritera la Conférence africaine des humanités, du 28 juin au 1er juillet prochain. Les organisateurs de l’événement étaient devant la presse, le 15 août, pour informer l’opinion nationale et internationale des objectifs de cette rencontre continentale.

Les conférenciers étaient, Adama SAMASSEKOU, coordonnateur général de la commission d’organisation ; le Pr Issa N’DIAYE du comité scientifique ; le Pr Macky SAMAKE du comité national d’organisation et M. HERVE de l’UNESCO.
Le thème retenu pour cette Conférence africaine des humanités est : « Langues, Cultures, Histoire et Territoires ». Elle sera le lieu privilégié pour les sommités d’engager le débat sur le rôle des sciences humaines dans le monde. L’accent sera mis sur le pouvoir politique et le monde scientifique.
Le coordonnateur général de la commission d’organisation, Adama SAMASSEKOU, a justifié la tenue de cette conférence régionale africaine par des enjeux spécifiques au double niveau intellectuel et institutionnel, au niveau du continent.
Les conférenciers ont expliqué que la Conférence africaine des humanités visait entre autres à : contribuer à la Conférence mondiale par des communications de haut niveau ; favoriser l’émergence d’une vision africaine du devenir des sciences humaines issue d’une large consultation, qui puisse être portée devant la Conférence mondiale pour en influencer les conclusions ; souligner l’importance stratégique des Humanités face aux défis actuels du monde ; participer à la refondation des institutions de recherches stratégiques sur les politiques publiques en Afrique en l’inscrivant dans les agendas de l’Union africaine et des États membres.
Aussi, cette rencontre africaine sera l’occasion d’amener les chercheurs du continent à apporter aux décideurs politiques un éclairage nouveau sur les défis actuels du continent ; d’en montrer, au-delà de leur complexité, les clés endogènes d’analyses et de compréhension, susceptibles d’esquisser des stratégies alternatives aux politiques menées jusqu’ici et qui ont atteint aujourd’hui leurs limites ; d’offrir des alternatives aux blocages et impasses actuelles sur les questions de choix de politiques, de stratégies économiques, institutionnelles et autres.
Les sous-thèmes qui seront débattus au cours de la conférence sont : Langues, Cultures et Éducation : héritages culturels, écoles coloniales et blocage linguistiques, savoirs endogènes et locaux, éducation et besoin de connaissances universelles ; les nouveaux défis liés à l’ère du numérique. Histoire, Territoires, Migrations et Conflits : traditions anciennes et déplacements, migrations intra et inter États, conflits et chocs identitaires, exploitations des ressources et migrations internationales. Démocratie, crises institutionnelles et radicalisme religieux.
Rappelons que l’idée de la conférence mondiale des humanités a été proposée pour la première fois à l’UNESCO, lors de sa 36e Conférence générale, en octobre 2009, par le président du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH), Adama SAMASSEKOU. Elle a été validée par l’Assemblée générale du CIPSH en décembre 2010 à Nagoya au Japon et est désormais inscrite dans le plan d’activités de l’UNESCO.
Ainsi, dans le souci de préparer la Conférence mondiale, l’idée de conférences régionales par zone géographique a été avancée et validée. En accord avec le président honoraire du CIPSH, Adama SAMASSEKOU, et l’UNESCO, le CIPSH a sollicité le gouvernement de notre pays pour l’organisation à Bamako d’une conférence pour la région Afrique sur le thème « Langues, Cultures, Histoire et Territoires ».

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *