Search
jeudi 28 mai 2020
  • :
  • :

COVID-19: le péril pain

S’il n’y a pas de risque de contamination en mangeant un aliment comme du pain, le risque est bien réel si les conditions d’hygiène ne sont pas réunies (contacts avec suspects/manipulation). C’est ce que révèle l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses France). De cet avis d’experts découle que la consommation du pain, dans notre pays, représente un véritable danger, particulièrement en cette période de pleine crise du coronavirus. Pourquoi et comment ?

Nonobstant les efforts de structuration, la filière du pain, dans notre pays, reste hybride et flirte avec l’amateurisme. Le pain emballé dans du plastique placé dans des caissons transportés par les distributeurs ; le concours ‘’Pain d’or’’ organisé par la Jeune Chambre Internationale (OLM Bamako Espoir) et l’Agence de communication Spirit Mcc Cann, entre les boulangeries en vue de créer l’émulation pour un cadre approprié respectant les conditions d’hygiène et de production, une meilleure qualité (composition, poids) du pain sont des mesures qui ne sont pas parvenues à imposer des normes d’hygiène.

Une chaîne de contaminations

Sans vouloir alimenter la panique, sans vouloir contaminer par un discours catastrophiste où la précaution tourne à la psychose, il n’en demeure pas moins que la filière pain, au Mali, est synonyme de chaîne de contaminations. De la boulangerie au consommateur final, c’est une noria de gestes et de comportements prohibés en matière de sécurité sanitaire de l’aliment.

Dans la plupart des boulangeries, et ce n’est pas faire la fine bouche, les conditions d’hygiène sont plus qu’approximatives. Le cadre même laisse souvent à désirer. C’est le premier maillon de la contamination.

Le deuxième maillon, ce sont les distributeurs à moto. En plus du fait que le pain est insuffisamment protégé de la poussière, sur le parcours de la distribution, il y a la manipulation par le distributeur qui est source de contamination. De mémoire de Malien, aucun distributeur ne porte des gants au moment de retirer du caisson la dotation du boutiquier. Le pain est manipulé à main nue. Le risque de contamination au Covid-19 est dès lors patent.

Il y a un troisième maillon qui est le boutiquier ou l’étalagiste. C’est la main qui prend l’argent qui sert le pain. Selon une récente étude, «les coronavirus humains peuvent survivre sur des surfaces inanimées à température ambiante jusqu’à 9 jours». Les pièces de monnaie ont des surfaces inanimées. Donc, là également, la contamination est garantie.

Un quatrième maillon de la chaîne de contamination, c’est la vendeuse de sandwich, de brochettes, dans les auto-gares, devant les services publics ; le vendeur de café au coin de la rue. Ils manipulent tous l’argent et le pain, sans s’encombrer de fioritures. Peut-on se représenter les ravages au sein de la population si d’aventure un seul de ces commerçants était atteint de la maladie à coronavirus ?

Une urgence nationale

Il faut sortir des hypothèses, parce que selon des scientifiques, « une personne infectée peut contaminer les aliments au cours de la préparation ou en les manipulant ». Il est également établi que la contamination au coronavirus se fait par la main (celle qui manipule indistinctement l’argent potentiellement contaminé et le pain potentiellement contaminé). Or, le pain est un produit de grande consommation, en milieu urbain et qui fait également de plus en plus une percée en milieu rural. Il serait catastrophique si le virus tant redouté s’installait dans le rouage de la production et de la distribution du pain. Il ferait des victimes à très grande échelle ; il n’y a point à en douter. Ce qui fait que la sécurisation du pain est une urgence nationale, une des priorités les plus pressantes du moment.

Qu’on ne s’y méprenne pas, la gestion rationnelle de la filière pain est une question de sécurité nationale qui interpelle au plus haut point, non seulement les autorités politiques de ce pays, mais également les syndicats de boulangers, les associations de défense des droits des consommateurs, les responsables des services techniques de la santé.

L’alternative

Quelle alternative à ce péril sur le pain et par ricochet sur la sécurité des consommateurs ? Il faut une mesure radicale qui ne manquera pas de faire grincer des dents et qui pourrait même mettre à mal la politique de création d’emplois du Gouvernement, c’est l’élimination pure et simple des intermédiaires dans la distribution du pain. D’autres pays l’ont fait et sont en train de le réussir sans coup férir, pourquoi pas nous ? Après tout, la mesure ne vise personne spécifiquement ; il s’agit d’une question de sécurité nationale.

Au Sénégal, par exemple la vente de pain interdite dans les boutiques, depuis ce 23 mars. Il y a eu une interdiction officielle aux boutiquiers de quartier de vendre du pain pour des raisons sanitaires essentiellement liées aux risques de propagation du coronavirus Covid-19. Les populations doivent désormais s’approvisionner dans les boulangeries qui sont invitées à améliorer les mesures d’hygiène.

En Côte d’Ivoire, il a été annoncé depuis le mardi 23 décembre 2014, l’interdiction de la vente ambulante de baguettes de pain et dans les boutiques de quartier, à partir du 1er janvier 2015. Le transport de pain dans les charrettes, les véhicules de transport en commun est interdit. Sont également proscrites la distribution ambulante à pied ou autrement, les ventes de porte à porte, les ventes dans les boutiques de quartier à partir du 1er janvier 2015.

Les professionnels, fait-on savoir, veulent ainsi imposer des normes d’hygiène dans la distribution du pain.

L’ilot épargné par le coronavirus dans la sous-région ne l’est plus ; le Mali est contaminé et n’a visiblement pas les moyens de faire face à une attaque à grande échelle, contrairement à des pays voisins. La preuve, le ministre sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou HOTT, a annoncé, jeudi 19 mars 2020, que le gouvernement va affecter 64 milliards FCFA aux actions de réduction des effets de la pandémie de maladie à coronavirus sur l’économie nationale.

Au Mali, vu l’urgence de la situation, le Président de la République a décidé la mise en place d’une enveloppe initiale de seulement 6 300 000 000 FCFA pour lutter contre la pandémie de Coronavirus.

L’état d’indigence de l’État est flagrant imposant aux responsables du pays d’avoir la politique de leurs moyens. Ainsi, ne disposant pas de ressources illimitées (et même si c’était le cas), le salut du Mali passera davantage par la prévention de la maladie à coronavirus que par son traitement. Il est impérieux de rompre la chaîne de propagation de la maladie. À cet égard, le ministre de l’Industrie et du Commerce est vivement interpellé quant au regard à porter sur la filière du pain qui se présente comme une chaîne de contaminations. En ces moments de doute, le ministre Ag ERLAF saura-t-il se montrer à hauteur de challenge ?

PAR BERTIN DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *