Search
mercredi 27 mai 2020
  • :
  • :

COVID-19: le plan du secteur privé malien

Le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et le ministère de la Santé et des affaires sociales ont mis en place hier lundi une coalition dans le cadre de la prévention du coronavirus. À cette occasion, le secteur privé a adressé des doléances à l’État. Il s’agit des aménagements exceptionnels, afin de réduire les conséquences de la prévention du coronavirus sur les entreprises.

Le Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et le ministère de la Santé ont mis en place ce lundi 23 mars une coalition dans le cadre de la prévention du coronavirus. La cérémonie était présidée par le président du CNPM Mamadou Sinsy COULIBALY et Michel SIDIBE. La mission de cette coalition est d’accompagner l’État dans la prévention du coronavirus et éventuellement dans le traitement de la pandémie.

Dans ses mots de bienvenue, le Patron du patronat malien a indiqué que le Mali  son pays est menacé par une très grave maladie et crise sanitaire. Pour lui, c’est un moment d’épreuve nous donnant l’occasion de penser à la réforme du système de santé du Mali. Car, il concède que le domaine de la santé a de nombreux défis à relever.

Profitant de la tribune, le président du CNPM a abordé la question et ses conséquences sur le fonctionnement des entreprises. Les mesures de préventions imposées par l’État, selon lui, sont en train d’affecter le secteur privé malien. L’application de celles-ci a occasionné des pertes économiques pour les entreprises. « La fermeture des frontières a contraint les entreprises à réduire leur mobilité. La consommation a baissé. Au même moment, nous faisons des dépenses supplémentaires. Ceux-ci constituent pour nous une perte énorme », a expliqué le président du patronat malien, Mamadou Sinsy COULIBALY.

Déjà, certains grands restaurants, des dancings ont mis la clé sous le paillasson, le temps que prennent fin les mesures restrictives.   

Au regard des difficultés, le CNPM demande aussi des aménagements exceptionnels à l’État. Ainsi dans un plaidoyer, le CNPM fait 8 propositions au gouvernement comme mesure d’accompagnement.

En effet, le secteur prive sollicite la prolongation des délais de paiement d’échéances sociales et ou fiscales (INPS, Impôts) ; l’application, dans les situations les plus difficiles, de remises d’impôts directs ; l’allègement provisoire du dispositif du chômage technique.

Également, le secteur demande un soutien de l’État et de la Banque centrale (BCEAO) pour la négociation avec les banques dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie ; la mobilisation du Fonds de Garantie du secteur privé pour garantir des lignes de trésorerie bancaires, dont les entreprises commerciales d’un rééchelonnement des crédits bancaires ;  la reconnaissance par l’État du coronavirus comme un cas de force majeure dans l’exécution des marchés publics. En conséquence, pour tous les marchés, le CNPM souhaite la non-application des pénalités de retards.

Enfin, il sollicite la diligence dans l’exécution des procédures de dédouanement et l’appui de l’État au traitement des conflits avec des clients ou fournisseurs.

L’objectif de ces aménagements est de permettre au secteur privé de supporter autant que faire se peut, les effets du coronavirus sur les entreprises.

Par ailleurs, si à ce jour aucun cas positif au coronavirus n’a été déclaré au Mali, les dispositifs de prise en charge restent rudimentaires. Preuve pour une maladie comme le Covid-19 dont la propagation est très rapide, le pays ne dispose seulement que 37 lits avec des capacités très faibles de respiratoires.

Un partenariat privé/public selon le président du Conseil national du patronat du Mali permettra de pallier au problème. « Nous pouvons avec nos partenariats procurer des lits, des kits d’urgence, des respiratoires, des masques et des hôpitaux démontables à des prix très concurrentiels », a affirmé M. COULIBALY avant d’assurer qu’ils sont disposés à accompagner le plan d’actions du ministère.

Sa conviction dans la guerre à coronavirus est la rapidité dans la prise de décision et dans l’action. Et le gouvernement malien doit tirer les leçons de ce qui se passe dans les autres pays pour éviter la pénurie de certains kits essentiels, a-t-il indiqué. Pour lui, les discours doivent faire place à l’action.

Par ailleurs, il a affirmé que pour mieux gérer la santé, il faut lutter contre la corruption et la mauvaise gestion. De même conseille-t-il de digitaliser les services privés et publics.

De son côté, le ministre SIDIBE a salué la mise en place de cette coalition. À sa connaissance c’est le 1er regroupement dans la sous-région dans la prévention et lutte contre le coronavirus. « Il faut anticiper, prévenir et mutualiser les efforts et potentiels », a indiqué le ministre de la Santé.

Le ministre qui vient d’une visite des cordons au niveau des frontières terrestres n’est pas très rassuré. À Zégoua à Hérémakono en passant par Koury, il a constaté que des individus contournent les cordons sanitaires. « Nos frontières sont poreuses. Ces zones sont le point de passage de 15 000 individus par jour. Cela constitue de vrais risques d’explosion du virus dans le pays », a regretté Michel SIDIBE.

Il a rappelé que depuis 1918, c’est le coronavirus qui est la pire pandémie de l’histoire. Donc, c’est une maladie à ne pas négliger, a mis en garde le ministre.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *