Search
mercredi 24 février 2021
  • :
  • :

Déontologie des agents publics: vers un nouveau programme de réforme de l’administration

Depuis un certain temps, l’administration notre administration souffre de plusieurs maux, dont des grèves récurrentes, des détournements des deniers publics, l’absentéisme des agents, leur partialité, ainsi que la lenteur dans le traitement des dossiers.… Pourtant, notre pays dispose d’une politique nationale de transparence (PNT), axée sur les objectifs de développement durable qui devrait le mettre au-dessus de ces contingences. Nous avons rencontré pour vous, M. Abraham Bengaly, Commissaire du développement institutionnel, sur ce qui est fait en la matière.

Depuis sa mise en place, le Commissariat au développement institutionnel est à l’œuvre, non seulement pour une mise à niveau des agents de notre administration, mais aussi pour l’élaboration de textes en conformité avec les Objectifs de développement durable.
Selon les explications de M. Bengaly, la déontologie des agents publics repose sur un corpus de règles spéciales, inhérentes à l’exercice de la puissance publique et à la responsabilité des charges d’intérêt. Il révèle, selon lui, que ce corpus, qui est inscrit dans le statut général des fonctionnaires, est aussi ancien que l’administration malienne.
« Donc, ces exigences de probité, d’intégrité, d’impartialité et de dignité auxquels se sont ajoutés les devoirs de neutralité et de laïcité sont le fondement de l’éthique du service et de la vocation de leurs serviteurs », a-t-il expliqué.
Pour apporter un remède aux maux de l’administration dans le contexte actuel, le commissariat au développement institutionnel s’est doté d’un plan intérimaire pour l’année 2016 qui intervient dans un contexte marqué par la nécessité de relancer le processus de réforme de l’administration publique après une période d’hibernation de 2012 à 2015, nous a-t-il expliqué. Selon M. Bengaly, le plan intérimaire pour l’année 2016 s’inscrit dans le cadre du relèvement de l’État et de la continuité des mesures innovantes préconisées par le Plan opérationnel 2010-2013 du PDI.
Ce plan, dit-il, a pour vocation d’impulser la dynamique de la réforme de contribuer au renforcement des capacités organisationnelles et opérationnelles des structures de l’administration, de contribuer à l’amélioration des méthodes et procédures de gestion des affaires publiques de contribuer au renforcement des compétences des agents publics.
Pour le nouveau programme de réforme de l’administration publique (2016-2027), il est en cours de finalisation, selon le responsable administratif. Le Commissaire Bengaly explique qu’il vise à traduire, en actions concrètes, la vision politique des plus hautes autorités, en tenant compte des défis liés au contexte post-crise et des leçons tirées des réformes antérieures.
« Il s’articule autour des orientations stratégiques des cadres de référence relatifs à la réforme de l’État : le Programme présidentiel, la déclaration de politique générale du Plan d’action du gouvernement de 2013 à 2018, le cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2016-2018), la Politique nationale de Transparence (PNT), la politique nationale de gestion axée sur les résultats (GAR) et les Objectifs du Développement durable (ODD) », a-t-il conclu.

Par Christelle KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *