Search
mardi 13 novembre 2018
  • :
  • :

Dialogue national au Mali: ARGA-Mali ouvre le débat

L’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA-Mali) a organisé, hier mercredi 22 novembre, un atelier d’échanges sur le dialogue national. C’était à la Maison du partenariat Bamako-Angers sous l’égide du coordinateur de ARGA-Mali, Ambroise DAKOUO et de l’ancien ministre Ousmane SY, personne ressource et modérateur. C’était en présence de représentants de plusieurs organisations de jeunes.

Cet atelier s’inscrit dans le processus de recherche afin de consolider l’étude initiale intitulée : «Dialogue national au Mali : Leçons de la Conférence nationale de 1991 pour le processus de sortie de crise. Il a été l’occasion d’échanger sur le processus de la Conférence d’entente nationale (CEN), notamment sur sa démarche, ses résultats et les leçons à retenir.
Pour le Coordinateur de l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique, Ambroise DAKOUO, il est pertinent d’ouvrir un cadre de recherche, afin de recueillir les besoins de dialogue au Mali et susciter un processus de dialogue plus vaste.
L’objectif, à son avis, étant de rassembler les expériences, tirer les leçons et analyser les pratiques pour aborder les problèmes sociaux du dialogue national.
Pour ce faire, a noté le Coordinateur DAKOUO, leur organisation a déjà fait une revue documentaire sur la Conférence d’entente nationale, appuyée par une série d’entretiens et d’ateliers d’échanges.
Selon lui, le présent atelier a été initié pour ouvrir le débat sur la récente Conférence d’entente nationale en vue de tirer les points de vue de tous les participants.
Le modérateur Ousmane SY, membre de l’équipe de recherche sur le dialogue national au Mali, a beaucoup entretenu les jeunes sur l’importance et la nécessité du dialogue national dans un pays.
Aussi, a-t-il attiré l’attention des participants à faire la différence entre le dialogue et une juxtaposition de monologue.
«Le dialogue national est une modalité de vivre-ensemble, un pan essentiel pour construire l’Etat », a-t-il défini. Et de précisé que le dialogue n’est pas un événement, mais plutôt un processus continuel pour croiser les regards en vue de trouver une solution consensuelle.
« Dans un processus de dialogue, ce n’est pas une partie qui gagne mais l’ensemble des parties. C’est ce qui fait la vertu du dialogue », a enseigné l’ancien ministre SY.
S’agissant du cas spécifique du Mali, l’ancien ministre Ousmane SY a déclaré que notre pays traverse une crise profonde qui nécessite un dialogue pour renverser la tendance.
«Le Mali a été réputé d’être un pays de dialogue. S’écouter et construire ensemble les solutions est très important dans un pays’’, a affirmé Ousmane SY.
Par ailleurs, il a souligné que l’esprit de l’Accord pour la paix et la réconciliation est de laisser les armes pour chercher les solutions à la crise à travers le dialogue. S’agissant de la Conférence d’entente nationale, M. SY a noté que cette rencontre a été organisée pour décortiquer les problèmes entre Maliens et trouver des solutions ensemble.
« Le Mali a une culture de dialogue par excellence, mais qui a été malheureusement entachée au lendemain du coup d’Etat du 22 mars 2012 avec l’incapacité pour les Maliens de trouver une solution à l’interne», dira Ousmane SY qui fait allusion aux négociations ouvertes entre Maliens en avril 2012 à Ouagadougou pour arriver à la signature d’un accord préliminaire.
Notons que les thèmes abordés au cours de cet atelier d’échanges sur le dialogue national au Mali sont entre autres : ‘’Les crises institutionnelles et sécuritaires et la question du dialogue national: Contexte, défis et enjeux pour la paix’’ ; ‘’Le dialogue national au Mali : Etat des lieux, les types de dialogue, les expériences et les perspectives’’ et ‘’La conférence d’entente nationale : Mise en œuvre, les leçons à tirées et perspectives’’

PAR MODIBO KONE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *