Search
jeudi 25 février 2021
  • :
  • :

Droits et devoirs: les enfants dénoncent des violations

Dans le cadre de la mise en œuvre de la campagne «Aucun enfant oublié», initiée par l’ONG Save the Children, le Parlement des enfants du Mali et l’Association malienne pour la promotion de la femme et de l’enfant (AMJFE) ont tenu, le samedi dernier, à Baguinéda, une journée d’échanges et d’information sur les droits de l’enfant au Mali.

Le sous-préfet de Baguinéda, Abdoulaye DICKO, a présidé cette rencontre qui s’est fixé comme objectif de contribuer à la mobilisation sociale en faveur de la promotion des droits à l’éducation, la santé et la protection des enfants maliens notamment les filles et les enfants issus des couches les plus démunies
A Baguinéda, l’activité a mobilisé les chefs des services déconcentrés de l’État, les autorités administratives, politiques, traditionnelles, des responsables et militants de l’AMJFE ainsi que des organisations faîtières de structures pour enfant au Mali. Y étaient également présents des représentants des partenaires techniques et financiers de la campagne « Aucun enfant oublié » qui a soutenu l’organisation de cette journée d’échanges entre enfants maliens.
En accueillant cette manifestation dans sa commune, le maire de Baguinéda, Mahamadou SAMAKE, a indiqué que cette initiative est salutaire parce qu’elle rentre dans le cadre de la formation des enfants sur leurs droits et devoirs dans notre société. Aussi, contribue-t-elle au plaidoyer pour le respect des droits des enfants dans les domaines de l’éducation, de la santé et à leur protection.
Emboîtant le pas à l’élu communal, la présidente du parlement des enfants du Mali, Fadimata SANGARE, a, souligné que les gouvernements successifs du Mali ont fourni d’énormes efforts pour la cause des enfants au Mali. Elle a rappelé à cet effet la ratification de plusieurs documents de protection des droits de l’enfant. Pour ce faire, le gouvernement est à saluer pour ces efforts très significatifs dans le combat du respect des droits fondamentaux des enfants dans notre pays.
Elle a par ailleurs évoqué, qu’en dépit de ces efforts consentis par les autorités de notre pays, fort est de constater qu’il demeure de nombreux défis quant à la préservation des droits à la santé, à l’éducation et à la protection des enfants.
Selon ses chiffres, il y a au Mali 90% des enfants qui sont victimes de violences toutes formes confondues ; 69% des enfants de 7 à 12 ans sont scolarisés. Ce qui suppose, pour elle, qu’il y a encore près d’un million d’enfants, dont 599 364 de la même tranche d’âge qui sont actuellement hors du système scolaire et sont sujets à toute sorte de vulnérabilités.
A ces manquements aux droits des enfants, s’ajoutent le travail des enfants et le mariage précoce qui sont aussi deux pratiques répandues dans notre pays que la présidente du parlement des enfants a sévèrement condamné avant d’attirer l’attention des autorités sur les conséquences de ces phénomènes sur les enfants.
Certes, les enfants ont des droits, a-t-elle poursuivi, mais leurs devoirs leur commandent aussi de respecter les plus âgés, les parents et surtout d’obéir aux règles de la société.
Suivant l’intervention de la présidente du Parlement des enfants, des filles et garçons entre 9 à 15 ans vont faire un réquisitoire, au nom de tous les enfants du Mali, pour demander au gouvernement le respect de son engagement dans le respect des droits des enfants. Dans leurs messages, disent-ils non à ce que leurs camarades soient enrôlés par les groupes armés. De même, ils sont contre le nombre élevé d’enfants, qui meurent sans fêter leur 5e anniversaire.
Pour la présidente de l’AMJFE, Souadou DIABATE, cette initiative doit être pérennisée parce que contribuant au renforcement de la capacité des enfants sur leurs droits et devoirs.
A cette sollicitation, le représentant de l’ONG Save the Children, Djaffra TRAORE, a répondu en rassurant que leur accompagnement ne fera pas défaut pour aider les enfants à s’épanouir et surtout à connaître leurs droits et devoirs.
La journée a été marquée par des sketches sur l’importance de l‘éducation, les méfaits du mariage précoce, des animations musicales des jeunes artistes de Baguinéda et de Bamako qui ont émerveillé le public par leur talent.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *