Search
dimanche 24 octobre 2021
  • :
  • :

Examen du DEF: les autorités aux côtés des candidats

Le Premier ministre, Choguel Kokalla MAIGA, a lancé hier lundi, les épreuves de la session 2021 du Diplôme d’étude fondamentale (DEF) à l’école fondamentale de la Base B. Cette année, ce sont 229 250 candidats au DEF répartis dans 1 705 centres d’examen qui cherchent le précieux sésame. Les membres du gouvernement ont été déployés à travers le Pays pour apporter leur soutien aux candidats.

Devant les candidats, le chef du gouvernement a déclaré : « le Président de la Transition, son Excellence le Colonel Assimi GOITA nous a demandé de nous adresser à vous et à travers vous à l’ensemble des élèves sur tout le territoire et dans les camps de réfugiés pour vous dire que les Autorités de la Transition et le Peuple malien comptent sur vous ».
« Nous souhaitons que vous réussissiez cet examen, car vous êtes l’avenir du Mali », a ajouté le Premier ministre.
Il a également salué les surveillants, l’administration scolaire et les forces de sécurité qui contribuent à la réussite des épreuves.

A Kayes, c’est sous une pluie fine que le Gouverneur de la Région, le Colonel Moussa SOUMARÉ, a procédé à l’ouverture officielle de la première enveloppe des épreuves du DEF. C’était à l’établissement Legal Ségou B, dans la salle 2.
Au total, 11 861 candidats répartis entre 123 centres composent au compte de l’académie de Kayes.
Le Gouverneur SOUMARÉ a invité les candidats à plus de sérénité et à ne compter que sur l’effort personnel. Le Chef de l’exécutif régional a également souhaité une très bonne chance à tous les candidats.

Dans la capitale du Kénédougou, Sikasso, c’est le Pr Amadou KEITA qui a procédé au lancement des épreuves du DEF au groupe scolaire Oumar Kélétigui BERTHE.
Le Ministre KEITA a rappelé à l’ensemble de la communauté éducative, à savoir acteurs, parents d’élèves et candidats, l’importance de tenir des examens sans tricheries.
« J’invite les uns et les autres à jouer leur partition avec responsabilité, pour le grand bonheur du Mali tout entier », a-t-il demandé.
Le Pr KEITA a appelé les surveillants à plus de vigilance, de conscience professionnelle et de patriotisme.
Il a exhorté les candidats à beaucoup de concentration et surtout à ne compter que sur l’effort personnel.
Soulignons qu’à Sikasso ils sont 19 146 candidats, dont 9 428 filles 9 718 garçons. Ils sont repartis entre 175 centres pour 884 salles d’examen. Le nombre de surveillants déployés pour la circonstance est 1 769.

A Ségou, c’est sous les auspices des ministres en charge de l’Énergie et des Transports que les épreuves ont démarré, dans le groupe scolaire du quartier administratif.
Les deux ministres étaient accompagnés par le gouverneur de Ségou, le maire de la commune urbaine de Ségou et autre acteur impliqués dans l’organisation du DEF.
Au groupe scolaire du quartier administratif tout comme au complexe scolaire Aissata KANE où la délégation ministérielle de supervision s’est rendue, il ressort que le DEF a bien démarré, avec un dispositif de supervision et de sécurité adéquat.

Dans la Cité du Méguetan, Koulikoro, c’est le ministre de la Réconciliation nationale, le Colonel-Major Ismaël WAGUE qui a procédé à l’ouverture de la première enveloppe des épreuves du Diplôme d’Études Fondamentales (DEF) au groupe scolaire «Katibougou Second cycle».
Le Colonel-Major Ismaël WAGUÉ a invité les élèves à un travail individuel. Il les a ensuite exhortés à redoubler d’efforts pour pouvoir obtenir un très bon résultat au terme de ces examens.
« Nous sommes ici ce matin spécialement pour le lancement officiel des épreuves du DEF. Au niveau du gouvernement, nous avons décidé d’accompagner cette activité. J’ai eu la chance et l’immense plaisir d’être à Koulikoro ». a-t-il déclaré.
Le Ministre WAGUE a encouragé les candidats, souhaité une bonne continuation avant de procéder à la distribution symbolique des premières copies de l’épreuve de rédaction.
Il faut noter que la région de Koulikoro compte cette année 78 centres avec 7 000 candidats réguliers (dont 3 818 garçons et 2523 filles) et 659 candidats libres.

À Tombouctou, le lancement du DEF a été fait par le ministre des Maliens établis à l’extérieur et de l’intégration africaine, Alhamdou AG Ilyène, au second cycle Bahadou Aboubacar.
A Tombouctou, ils sont au nombre 3 914 candidats, dont 1 934 filles répartis entre 32 centres parmi lesquels 11 centres sont dans la Commune urbaine de Tombouctou.

À Mopti, le Gouverneur de la région, à la tête d’une forte délégation, a ouvert la 1ère enveloppe contenant les sujets de rédaction, à l’école Fondamentale Robert CISSE. Il a rassuré que toutes les dispositions sont prises pour la tenue des examens. Ils sont 5 454 candidats pour 65 centres dans la circonscription de l’AE de Mopti.
Pour s’assurer de leur effectivité sur toute la circonscription de l’académie, les autorités régionales de Kita, sous la conduite du Gouverneur de Région, Daouda MAIGA, se sont rendues dans le centre de Kofoulabé au Lycée Public de Kita. Pour cette session, ils sont près de 9 000 candidats. Toutes les dispositions ont été prises pour le bon déroulement des examens. Le Gouverneur a prodigué de sages conseils aux candidats et a salué la bonne organisation du DEF à Kita.

À Bougouni, c’est le Directeur de Cabinet du Gouverneur, Sékou SAMAKE, qui a procédé à l’ouverture de la première enveloppe des examens du DEF au centre d’examen LKFB (Lycée Kalilou FOFANA de Bougouni). Au compte de l’académie d’enseignement de Bougouni, ils sont 9 132 candidats à concourir.
Le directeur de cabinet a remercié l’ensemble des acteurs de l’éducation qui ont permis d’arriver à la tenue de cet examen. Aux candidats, il a appelé au don de soi tout en évitant toute forme de fraude et surtout les réseaux sociaux qui ont souvent un impact négatif sur le déroulement des examens.

Dans l’ensemble, les examens du DEF ont débuté dans le calme dans notre pays. A la veille des épreuves, les réseaux sociaux ont été inondés par des copies d’épreuves sur lesquelles on pouvait lire sur l’en-tête ‘’DEF 2021’’. Le ministère de l’Éducation nationale a vite fait un communiqué pour rassurer l’opinion nationale. Le ministère a informé les candidats à l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF) que de faux sujets circulent sur les réseaux sociaux.
« Ces sujets n’ont rien à voir avec ceux proposés pour les épreuves du DEF. Le Ministre invite les candidats à rester concentrés sur les préparatifs du DEF et leur donne l’assurance que toutes les conditions sont réunies pour sécuriser les épreuves », a rassuré le département en charge de l’Éducation.

En effet, après un début très mouvementé des épreuves du BT1 et BT2, la semaine passée, à cause du mot d’ordre de désobéissance civile lancé par la synergie des syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016, ces examens ont été bouclés dans le calme.
Après avoir échangé avec des forces vives du pays, les enseignants ont finalement abandonné la stratégie de désobéissance civile. Cette stratégie des enseignants pour mettre la pression sur les autorités avait suscité de vives réactions au sein de l’opinion. Ce, d’autant plus que les perdants sont les candidats aux différents examens et par ricochet l’avenir de l’école malienne et du Mali.

PAR MODIBO KONÉ




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *