Search
jeudi 25 février 2021
  • :
  • :

Exportation de bois: le PDG de « Malibois Plus » dénonce Aboubacrine Cissé

Le PDG de l’entreprise SCIERI Yatassaye Global Business (Malibois Plus), Hambarké YATASSAYE, a animé, le lundi dernier, une conférence de presse pour dénoncer des exportations illégales de bois et la destruction abusive de la flore nationale de notre pays par le nommé Aboubacrine CISSE, sous la protection de responsables perchés au sommet de l’État. Ce dernier, selon le conférencier, est en train de faire feu de tout bois, en violation de tous les dispositifs législatifs et réglementaires, en la matière, au vu et au su des autorités en charge de ce secteur.

D’entrée de jeu, M. YATASSAYE note que le secteur de l’exploitation forestière connait une crise sans précédente du fait des exploitants qui ne respectent pas les règles établies en la matière, à l’image d’Aboubacrine CISSE. Ce dernier, accuse le conférencier, est en train de porter un coup dur à ce secteur alors même qu’il n’est pas un industriel du domaine.
Selon la confirmation de M. YATTASAYE, le nommé CISSE est en train de travailler à la solde d’un État asiatique et, pour réussir son coup, il se fait passer comme un industriel de bois alors qu’il n’est en réalité qu’un intermédiaire.
Le pire, a déploré M. YATTASAYE, du fait de la démesure de M. CISSE, c’est la flore nationale qui est mise en danger. Malheureusement, les autorités maliennes en charge de ce secteur ne pipent mot face à cette violation.
« Il coupe des milliers pieds d’arbres et pire il ne pose aucun acte allant dans le sens de la protection de l’environnement », a-t-il dénoncé avant de relever que ceci porterait un préjudice grave pour les acteurs du secteur voire le pays tout entier.
Or, a rappelé le conférencier, le principe du secteur voudrait que les coupes du bois soient compensées par le reboisement ce que malheureux M. CISSE ne fait pas.
« L’homme n’a jamais fait de reboisement en compassion aux dégâts qu’il porte à l’environnement avec la coupe abusive de nos forêts. Après vérification faite, il nous est revenu que l’homme n’a jamais fait de reboisement. C’est l’année dernière qu’il a essayé d’acheter des semences pour 3 millions de nos francs. Ce qui est insignifiant au regard des pieds d’arbres qu’il coupe par an », a déploré M. YATASSAYE.
En dépit de tout cela, il affirme ne pas comprendre que dans tout le Mali, seul M. CISSE ait obtenu des intentions d’exportation de bois sachant bien qu’il ne fait même pas de la transformation. Il a témoigné à cet effet que M. CISSE a lui seul bénéficié d’intention d’exportation pour 2500 containers de bois courant 2015 pour un bénéfice de 6 milliards de FCFA. Pour autant, sur les certificats originaux, le nombre à lui attribué ne couvre même pas les 2500 containers.
Le conférencier se pose la question de savoir de savoir comment CISSE peut être le seul à bénéficier d’intention d’exportation pendant que les autres qui sont les vrais exploitants qui font de la transformation en bonne et due forme, se voient refuser ces intentions ?
Pour expliquer cet état de fait, il lui revient de ses investigations, que M. CISSE entretient à coût de millions de FCFA bon nombre des responsables du secteur en vue d’acheter leur silence et afin de pouvoir bénéficier de leur faveur.
Malgré l’interdiction d’exportation de bois, M. CISSE continue au mépris de la loi, à couper et à exporter du bois hors du pays, a signalé le conférencier.
Avec toute cette indélicatesse, les dirigeants de la fédération des exploitants forestiers estiment que la situation mérite que le Vérificateur général fasse un tour au niveau de la direction nationale des eaux et forêts et à la direction nationale du commerce et de la concurrence pour comprendre ce qui se trame dans ces structures.

Par Sikou BAH




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *