Search
dimanche 9 mai 2021
  • :
  • :

Filiale Ouest de la CMDT: bientôt une nouvelle usine d’égrainage à Kita

En marge de sa visite dans la zone de l’ADRS (Bafoulabé, Kita), le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Mahmoud Ould MOHAMED, a rencontré, ce mardi 3 février 2021, les acteurs de la filiale ouest dans la cour de la CMDT, à Kita. L’occasion était bonne pour le chef du département de présenter le nouveau DG de la CMDT, Nango DEMBELE. A l’issue des échanges avec les cadres de la CMDT et les représentants des faitières des producteurs de coton de la zone, il a annoncé la création d’une nouvelle usine d’égrainage à Kita. Sur place, il a visité l’usine d’égrainage de la CMDT et une unité privée de production d’aliment bétail et de production d’huile de soja dans la périphérie.

Dans son mot de bienvenue, l’administrateur de la filiale Ouest de la CMDT, Adama TANGARA, a rappelé que cette filiale a été créée en décembre 2007 suite à la restructuration de la CMDT et couvre le cercle de Kita et une partie des cercles de Kéniéba et de Bafoulabé.
Malgré un contexte difficile, a-t-il fait savoir, la campagne 2020-2021 a été une satisfaction dans la filiale. Et cela, en raison de l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire avec une production par habitant de 380 kg contre une norme FAO de 250 kg ; l’atteinte de la prévision de coton graine fixée en octobre 2020 ; et aussi, un climat social relativement apaisé.
Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt, la filière, selon M. TANGARA, connait quelques difficultés liées à la dégradation des pistes rurales ; le dépassement de la capacité d’égrenage de l’usine ; la vétusté du parc transport coton graine et des engins génie civil.
Au passage, il a rassuré que les dispositions seront prises pour créer, maintenir un climat social apaisé entre tous les travailleurs, mais aussi entre la CMDT et tous les acteurs de la filière, prioritairement les producteurs.

La campagne en chiffres
De ses propos, il ressort qu’à la date du 28 février 2021, plus de 40,06% des marchés ont terminé avec la commercialisation. La prévision de ces centres terminés représente 41,32% de la prévision de production de la filiale. Cette situation donne une tendance de 103,23 % soit une production réalisable de 74 393,357 tonnes de coton graine.
A la même date (28 février 2021), le remboursement du crédit agricole se fait sans aucun problème. Le taux de remboursement est 60,10% sur la créance exigible en cours et 59,83% sur l’exigible total contre un taux d’achat de 52,14% de la prévision de production de coton graine.
Autre motif de satisfaction, la production céréalière nette par habitant a augmenté de 2% (368kg en 2020/2021 contre 360kg en 2019/2020).
En même temps, la campagne de commercialisation a débuté le 25 novembre 2020 et se déroule dans de bonnes conditions. L’usine a égrené 38 601 tonnes avec une cadence de 406 tonnes/jour contre 380 tonnes/jour prévues. Elle a produit 15 701 tonnes de fibre avec 92,05 % de grade de tête et 20 846 tonnes de graine.
Les rendements fibre et graine sont respectivement 40,68% contre 41,50 % prévu et 54,00 % contre 53,00 % prévu. Le pic de la production a été atteint le 14 Février 2021 avec 510 tonnes de coton graine égrenées. L’évacuation de la fibre se fait timidement, tandis que celle de la graine se déroule normalement. D’ici avril, tout le coton sera payé et l’argent donné au producteur.
L’égrenage moyen journalier est de 406T/J contre 380T/j prévu, donc une efficience de 107%.
Comme conséquence, l’usine a égrené 2 501tonnes de plus que prévu. Cela est le résultat de l’application d’une très bonne politique de maintenance.

Des prévisions en hausse
Dans son intervention, Adama TANGARA, a annoncé que les prévisions de production des cultures du plan de campagne de 2021/2022 sont supérieures à celles des deux précédentes campagnes.
Les superficies recensées au niveau des OP seront 13% supérieures à celles retenues par le plan de campagne 2021/2022. Dans ce cas de figure, la production de coton graine atteindra 105 536 tonnes contre 92 990 tonnes du plan de campagne, soit un écart de 12 546 tonnes. La superficie prévisionnelle est 90 000 hectares pour la campagne 2021-2022.
Dans son intervention, le ministre a félicité les responsables de la filiale ainsi que l’ensemble des producteurs pour ces résultats jugés très satisfaisants.
Aujourd’hui à Kita, a fait savoir le ministre, la production de coton est estimé à 80 000 tonnes de coton. Ce qui dépasse de loin les capacités de l’usine d’égrainage actuelle qui met beaucoup de temps venir à bout du stock de production. Pour le ministre, il a va falloir très rapidement mettre en place une deuxième usine avant la fin de la prochaine campagne pour soulager les producteurs de la zone.
Appelé la capitale de l’arachide, l’ambition pour le ministre Ould MAHMOUD est de faire en sorte que Kita devienne la capitale de toutes les productions vivrières et céréalières et plus singulièrement le coton.

Les perspectives
Même si les perspectives sont meilleures, la relance de la filière coton passe nécessairement par une bonne campagne, mais aussi et surtout par la cohésion au sein des organisations paysannes en proie à des crises diverses. A ce propos, le ministre a réaffirmé sa volonté de régler tous les problèmes qui mettent en danger la CMDT. Il s’est dit conscient de nombreuses difficultés que rencontrent les paysans dans cadre de la production du coton. C’est pour toutes ses raisons d’ailleurs, a expliqué Mahmoud Ould MOHAMED, que les assises du coton ont été organisées. Lesquelles assises ont fait de très fortes recommandations pour la relance de la production cotonnière. Il a insisté sur le fait que les assises ont préconisé la mise en place d’un organe provisoire à l’APCAM, regroupant toutes les sensibilités pour aller faire la production et se donner le temps d’aller vers des élections transparentes, inclusives et démocratiques. «Il n’y aura pas de faux-fuyant face aux défis qui menacent la production cotonnière ; nous allons nous battre pour ramener la paix et la cohésion au sein des faitières des producteurs. Il n’y aura pas de malices pas de penchant, nous n’avons pas d’autres choix, nous sommes là pour regarder l’avenir. Nous allons mettre en œuvre les recommandations des assises sur le coton », a rassuré le chef du département.
D’ores et déjà, il a annoncé la création d’un Comité de suivi de la mise en œuvre de ces recommandations. Parallèlement, des actions seront engagées pour améliorer les réseaux routiers et le parc de véhicules de la CMDT.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *