Search
dimanche 11 avril 2021
  • :
  • :

Financement-Formation et investissements: UNITED BANK OF AFRICA (UBA) bientôt au Mali

Présent au Mali au Forum économique, dont il est était un des sponsors officiels, tenu en marge du 27è Sommet Afrique-France à Bamako, le week-end dernier, le directeur Afrique francophone du Groupe United Bank for Africa, (UBA), Emeké E IWERIEBOR, a animé, samedi dernier, à l’hôtel Colibris de Bamako, un point de presse pour expliquer sa vision future sur notre pays.

Le principal conférencier était Emeké E. IWERIEBOR, assisté de Mme Ami SOW N’DIAYE, directrice général UBA Sénégal, et d’Alassane SISSOKO, directeur du projet UBA Mali.
Selon le conférencier, sa présence au forum économique du Sommet Afrique France, qui est une grande opportunité pour nouer des relations de partenariat, à travers l’Afrique, se justifie par leur volonté de devenir la 1ere banque panafricaine sur le plan mondial. Basé à Lagos (Nigeria), le groupe UBA est aujourd’hui l’une des importantes institutions financières en Afrique avec plus de 10 millions de clients, grâce à plus de 1 000 agences et divers bureaux à l’échelle mondiale.
Aussi, a-t-il souligné, l’UBA est l’un des principaux groupes bancaires d’Afrique avec des opérations dans 19 pays et grands centres financiers mondiaux, Londres, Paris et New York.
Par ailleurs, il a révélé que le Groupe UBA s’apprêtait à s’installer au Mali dans un très proche avenir. Cela, dans le cadre de sa politique d’expansion.
« Le secteur bancaire est très réglementé. Nous attendons avoir l’autorisation des autorités maliennes pour annoncer la date d’ouverture de l’Agence », a-t-il déclaré.
« Le Mali est un marché très important pour nous. D’abord sa situation géographique le place au cœur de 7 pays, ce qui est un atout dans le cadre des affaires. Son volume d’importation de près de 40 % avec les pays africains fait de lui un pays indispensable pour des banques comme l’UBA. En plus de son rang de 3e économie au sein de l’UEMOA, le pays est rassurant pour l’investissement. Enfin, son faible taux de bancarisation, estimé à 5 %, nous fait dire que le Mali est un marché très important dans la sous-région », a noté le conférencier.
Les domaines d’intervention de l’UBA sont les secteurs de l’énergie, du bâtiment. Aussi intervient-il dans tous les domaines de développement, notamment la santé, l’éducation, les PMI/PME, etc.
Il a énuméré quelques exemples de projets et de secteurs d’activités financés dans certains pays où le groupe est installé, notamment au Sénégal, en Côte-d’Ivoire, au Burkina-Faso, etc.
À propos de l’insécurité, M IWEIBOR a fait savoir que malgré la crise de 2012, le volume d’exportation du Mali n’a pas été touché. Il en est de même pour le PIB.
Mieux, soutient-il, UBA n’est pas une banque prête à prendre ses bagages en de crise dans un pays ; cela contredit son cachet de banque panafricaine ; c’est-à-dire qu’elle est et restera africaine en toute circonstance.
Le conférencier a profité de l’occasion pour parler de l’initiative du PCA du groupe UBA qui consiste à financer les 10 meilleurs projets porteurs à hauteur de 10 000 dollars.
En conclusion, dira le conférencier, l’une des priorités du groupe UBA au Mali sera le financement, la formation et le suivi, a indiqué le conférencier.
Pour rappel, c’est en 1948 que British and French Bank Limited (BFB), filiale de la Banque Nationale de crédit, a démarré ses opérations au Nigeria. Le 23 février 1961, après l’indépendance du pays, la BFB devient UBA qui est passé d’une seule opération au Nigeria à un fournisseur panafricain de services bancaires et financiers connexes.

Par Sékou CAMARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *