Search
dimanche 19 mai 2019
  • :
  • :

Formation technique du CCN: la représentation des 25 représentants de la classe politique

Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Mohamed Ag ERLAF, a présidé, ce jeudi 14 mars 2019, la réunion de la formation technique du CCN. Cette rencontre a été une occasion pour les participants d’adopter la clé de répartition des postes entre les 25 représentants des partis politiques devant siéger au sein de cette structure qui se veut technique. Ainsi, il a été convenu que l’EPM aura 11 représentants, FSD 8. Aussi, le collectif des candidats malheureux à l’élection présidentielle, les FARES auront aussi leur représentant.

Encore une fois, les représentants des groupes armés signataires de l’Accord et les partis politiques du FSD ont boudé cette rencontre.

À l’issue des travaux, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne, Mohamed Chérif HAÏDARA, a exprimé sa fierté face à ce qu’il appelle l’avancement des choses dans le cadre du dialogue politique.

« La session a défini le nombre de participants 50. Nous, la société civile, on a déjà déposé la liste de nos associations qui doivent être représentées dans cette session. Dans la session technique, mais aussi il y’avait un problème avec les partis politiques. Ils sont 197, ils n’ont eu que 25 membres. M. TRETA, le président du RPM a fait un travail qui a été approuvé. Aujourd’hui, nous sommes heureux de savoir que tous les partis politiques seront représentés dans cette commission technique. Nous allons travailler, faire des propositions de modification sur la loi électorale, la loi sur le sénat, les modes d’élections ».

De son côté, Mahamane TOURE dit Serpent, a indiqué que cette rencontre a été une forme de mise en marche des choses.

« Je crois qu’à la session prochaine, tout le monde sera là. Nous savons que nous sommes dans une situation difficile. Alors, que tout le monde accepte si nous volons aller sur les lois, sur les textes. Je crois qu’officiellement, nous ne devons pas bouger. Mais quand il s’agit d’une réconciliation, quand il s’agit de faire une décantation d’une situation, il faut accepter en tant que citoyen malien. Moi, je suis Hamane TOURE, le président de la fédération nationale des associations pour la décentralisation et le développement des collectivités territoriales ; actuellement société civile », nous a-t-il confié.

Par Abdoulaye OUATTARA

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *