Search
dimanche 24 octobre 2021
  • :
  • :

Front social: le mot d’ordre des bouchers levé

A l’issue d’une rencontre entre le gouvernement et les responsables du Syndicat des bouchers du district de Bamako, les bouchers ont décidé de lever leur mot d’ordre de grève, comme annoncé à la faveur d’une conférence de presse. Le département en charge du Commerce doit plus de 200 millions FCFA aux acteurs du sous-secteur qui réclament le non-paiement 5 jours d’arriérés de subvention. Toutefois, les syndicats sont revenus à de meilleurs sentiments, après de longues heures de discutions avec les émissaires du gouvernement.

C’était en principe, ce jeudi, que cette grève de 72 heures devait commencer. Mais aux dernières nouvelles, les bouchers ont décidé de vendre la viande d’ici à lundi prochain. Joint au téléphone par nos soins, un responsable syndical nous a expliqué que ce mot d’ordre de grève était suspendu jusqu’à lundi. Date à laquelle le gouvernement a promis de payer l’intégralité de leurs dus. Il a toutefois levé toute équivoque sur les prix du kilo qui ne verront aucune baisse.
« Nous allons travailler jusqu’au lindi, la date proposée par le gouvernement, bien que nous ne leur fassions pas trop confiance. Nous avons sensibilisé notre base, car l’émissaire du gouvernement nous a dit que le chèque était déjà prêt pour la signature. Donc, nous allons attendre cette date. Si jamais nos sous ne sont pas disponibles d’ici la date indiquée, nous allons immédiatement en grève de 72 heures. Mais les prix du kilo de la viande ne seront pas revus à la baisse, puisque de nouvelles subventions ne sont pas envisagées par le gouvernement », a expliqué notre interlocuteur.
Rappelons que ce deuxième arrêt de travail vise à protester contre le non-paiement, pendant 5 jours, des frais de subvention de 45 000 FCFA par tête de bœuf que le gouvernement s’est engagé à payer aux bouchers.
Cet accord prévoyait de subventionner le prix du bœuf afin de rendre accessible la viande aux populations pour une période de deux mois au niveau des abattoirs de Kati, Sabalibougou, Sans fil et Kanadjiguila. Ainsi, au lieu de 3000 F, le Kilo de la viande était donné aux maliens à 2300 CFA, voir 2200 dans certains points de vente.
Depuis plusieurs mois, une flambée des prix des denrées alimentaires est constatée dans le pays. Plusieurs manifestations ont été organisées pour dénoncer la situation.
C’est ainsi qu’une convention a été signée le 6 juillet 2021 entre le ministère de l’Industrie et du commerce et les syndicats des bouchers pour réduire les prix de la viande de bœuf à compter du lundi 12 juillet 2021 et ce, pendant deux mois. Mais malheureusement, cet accord ne sera pas à bon port, puisque le gouvernement n’a pas pu respecter son engagement.

PAR SABA BALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *