Search
mercredi 14 avril 2021
  • :
  • :

Front social: marche et sit-in de la CSTM ce matin

Pour la deuxième fois en moins d’un mois, la CSTM (Confédération syndicale des travailleurs du Mali) et ses alliés battent le pavé, ce jeudi, après sa marche du 21 mai 2016. À l’appel du bureau exécutif de la CSTM, des mouvements : « Réveil citoyen », « Ras-le-bol » et « An tôrôla », les bamakois seront dans la rue ce matin dans la cadre d’une marche pacifique qui se terminera par un sit-in devant le ministère du Travail et de la Fonction publique, chargé des Relations avec les Institutions.

Cette marche partira du siège de la CSTM (quartier du fleuve) pour prendre fin par un sit-in devant le ministère du Travail et de la fonction publique, chargé des relations avec les institutions, en passant par le ministère de l’Éducation nationale (place de la liberté), le grand hôtel de Bamako.
Selon ses initiateurs, cette marche vise à protester contre les nombreuses violations des droits humains, des libertés syndicales, ainsi que les licenciements massifs et abusifs, en cours dans notre pays, contre les travailleurs. À travers cette mobilisation, la CSTM cherche à se faire entendre par le gouvernement avec lequel elle se trouve engagée, dans un dialogue de sourd, depuis le dépôt de son cahier de doléances en février 2015. Aussi, la marche de ce matin fait suite à une grève de 48 heures décrétée par la Confédération syndicale des travailleurs du Mali (CSTM) les 3 et 4 mai dernier.
Pour rappel, après la marche du 21 mai dernier, la centrale syndicale avait été invitée sur la table des négociations par le gouvernement.
Selon un responsable syndicale, ces négociations ont été un échec, à cause du mépris de la partie gouvernementale vis-à-vis de la CSTM.
Selon le Secrétaire général, Hamadoun Amion GUINDO, le principal point de discorde avec les pouvoirs publics de notre pays reste le non-respect des libertés syndicales, dans notre pays, surtout le licenciement abusif des syndicalistes pour fait de grève.
Sur les 12 points de non-accord entre le gouvernement et sa centrale, 7 sont relatifs au respect des libertés syndicales.
Toutefois, a-t-il reconnu, il y a eu un accord de principe avec le gouvernement sur les points de revendication relatifs aux CSCOM. Là aussi, il a précisé que le gouvernement n’a pas donné une échéance pour l’application de ces différents points ayant fait l’objet d’accord.
En tout état de cause, M GUINDO nous a fait savoir que c’est à l’issue d’une réunion d’évaluation de ce mouvement de grève que le bureau exécutif a décidé d’enchainer avec la marche d’aujourd’hui.
« Nous ne pouvons pas laisser le gouvernement continuer à nous donner des accords de principe sur nos points de revendication, tout en continuant de saper les libertés syndicales », a-t-il prévenu.

Par Abdoulaye OUATTARA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *