Search
vendredi 25 septembre 2020
  • :
  • :

Groupe scolaire les Angelots: fausse rigueur ou complexe d’une directrice

Sur la colline de Badalabougou, au groupe scolaire les Angelots, l’administration n’est pas une continuité. En tout cas, pour la nouvelle directrice qui a pris fonction cette année, il faut remettre tout à plat, même au prix de sacrifier la scolarité de certains enfants, dont les parents s’acquittent pourtant régulièrement de leurs devoirs vis-à-vis de l’établissement.

Cette nouvelle façon de procéder est l’œuvre de la nouvelle directrice qui se fourvoie sous le complexe d’une homologation de son établissement qui n’en est pas une.
Le groupe scolaire, les Angelots (Crèche et Maternelle-Élémentaire et Collège), est situé sur la rive droite du fleuve Niger à Bamako, dans l’espace universitaire à quelques encablures de l’hôtel Olympe internationale. Cet établissement scolaire homologué, c’est-à-dire que ses programmes et ses horaires sont conformes aux normes fixées par le ministère de l’Éducation nationale française, offre ses services aux Bamakois, depuis quelques années. À ce titre, l’établissement est sollicité par beaucoup de parents qui rêvent d’une éducation modèle pour leurs enfants. Aussi, il y a quelques années, la présence d’instituteurs et d’institutrices blancs au sein de ladite école était également source de motivaciline. Mais, ce dernier aspect, selon plusieurs sources de parents d’élèves, relève désormais du passé, car les cours sont de plus en plus dispensés par les enseignants locaux. Malgré tout, la notoriété de l’établissement, nous confie-t-on, était restée intacte, en raison d’une première garantie, l’homologation et l’accueil chaleureux réservés aux parents avec tout le respect digne de leur autorité.
Cependant, ce rêve, cet engouement sont sérieusement menacés par l’excès de zèle d’une directrice dont les agissements sont de plus en plus décriés. Pour certains, qui nous ont témoigné, sous le couvert de l’anonymat, leurs inquiétudes, par rapport à « son arrogance et sa suffisance », Mme la directrice, qui a pris la direction des affaires cette année, n’a aucun respect pour les parents d’élèves, dont les maigres ressources permettent pourtant le fonctionnement de son établissement.
« Elle n’est pas partisane du dialogue ni de l’écoute », nous a confié une mère d’enfant qu’elle menaçait de mettre l’enfant à la porte si elle ne respectait pas ses principes à elle.
Selon les parents de cet enfant, il n’y a pourtant rien de nouveau sous un ciel nuageux puisqu’il s’agit du cas d’un enfant qui n’est pas à sa première année au sein de l’établissement. Les mesures d’accompagnement prises en commun accord avec l’établissement, l’année dernière, sont mises en cause par la nouvelle directrice, et qui exige qu’une commission pour statuer à nouveau sur son cas de l’enfant qui a besoin d’un accompagnement particulier. La préoccupation des parents n’est pas la nécessité ou non de cette commission, mais le temps que cela va prendre avant que l’enfant ne puisse reprendre le chemin de l’école. Ils sont convaincus qu’il s’agit d’une perte de temps pour l’enfant, puisque les mesures actuelles mises en cause par la directrice viennent des spécialistes de la même école.
Ce cas, qui n’est que la partie visible de l’iceberg de l’arrogance de Mme la directrice, selon une source, ne plaide guère en faveur d’un établissement scolaire homologué en perte crédibilité. Vivement un retour à de meilleurs sentiments pour Mme la directrice dans l’intérêt de l’école et des enfants du Mali.

Par Sidi DAO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *