Search
vendredi 18 juin 2021
  • :
  • :

Hausse du prix de la viande: l’ultimatum du ministre Empé

Les bouchers et les associations d’éleveurs ont jusqu’à samedi prochain, à zéro heure, pour s’accorder et pratiquer les prix convenus entre eux et le département du Commerce et de l’industrie, à savoir 2 000 FCFA/kg pour la viande avec os et 2 300 FCFA/kg pour la viande sans os. Passé ce délai, le ministre du Commerce annonce des mesures de rétorsion pour soulager les consommateurs en ce mois de Ramadan.

C’est excédé que le ministre du Commerce et de l’industrie, Abdel Karim KONATE, a rencontré le mardi dernier à son département les responsables des bouchers et des associations d’éleveurs. Un seul point était à l’ordre du jour : la hausse du prix de la viande en plein mois de carême, malgré les mesures d’accompagnement prises par le Gouvernement, justement pour éviter ce phénomène qui devient récurrent dans notre pays.
Au bout d’environ deux heures d’intenses discussions, aucune justification sérieuse n’a pu être fournie par les professionnels de la filière bétail-viande. En rajoutant à l’exaspération du ministre dont l’un des soucis majeurs est de contribuer à soulager les fidèles musulmans en ce mois sacré de Ramadan. De toute évidence, il a été trahi par ses partenaires sociaux. Et pour cause, il y a juste quelques jours qu’il rencontrait les mêmes acteurs qui lui ont promis sur l’honneur et au nom de leur foi de maintenir les prix dans la fourchette convenue.
Au cours de cette rencontre, outre l’accord qui avait été trouvé concernant les prix, d’autres mesures phares avaient été annoncées. Ainsi le fonds de garantie qui était de 120 millions sera renforcé de 150 millions de FCFA. Il est désormais de 270 millions FCFA. Ce fonds logé dans une banque de la place permet aux coopératives de bouchers de faire des prêts pour l’achat du bétail en espèce au lieu de s’endetter individuellement avec des coûts supplémentaires qui seront répercutés sur le prix du kilo de viande.
Il a été également décidé de suspendre l’échéance de juin pour le remboursement des prêts contractés par les coopératives de bouchers qui reprendra en septembre prochain ; aider la filière bétail-viande pour la mise en place d’une interprofession ; exonérer le coton graine de TVA pour avoir l’aliment bétail moins cher.
Les bouchers ont été très réceptifs à toutes ces mesures. Par la voix de leur responsable, ils ont salué l’accompagnement du Gouvernement qui n’a pas fait défaut au cours des deux dernières années et ont assuré qu’en tant que composante de la population malienne et en tant que musulmans, ils accompagneront à leur tour le Gouvernement dans ses efforts de stabilisation des prix, en l’occurrence en ce mois béni de Ramadan.
Les bouchers n’ayant pas tenu leur engagement, et cela malgré tout l’appui de l’État, le ministre du Commerce et de l’industrie s’est résolu à annoncer certaines mesures drastiques.
La première est justement la suspension du fonds de garantie. Et pour cause, fait savoir le ministre KONATE, il ne saurait être question pour lui de donner l’argent public à des bouchers qui ne soulagent pas leurs concitoyens.
La deuxième mesure concerne l’application stricte des dispositions en ce qui est de l’exportation du bétail sur pied. Désormais la loi sera appliquée dans toute sa rigueur. Par conséquent, aucune tête de bétail ne quittera le territoire national sans sacrifier à toutes les formalités d’usage.
La troisième mesure est relative à la suspension de la disposition d’importation de la viande au Mali pendant le mois de carême. Un pays comme le Maroc qui dispose d’un immense potentiel et d’une expertise avérée est tout à fait disposé à livrer de la viande au Mali. Toute chose qui du reste permettrait, est convaincu le ministre KONATE, de mettre à la disposition des consommateurs de la viande de qualité. Les services techniques veilleront dans tous les cas à la qualité de cette viande, si l’on devait se tourner vers l’extérieur pour avoir de la viande.
Avant l’entrée en vigueur de ces solutions de rechange, le ministre dit compter sur l’esprit patriotique des bouchers et des associations d’éleveurs pour pratiquer les prix convenus. Ce, d’ici à samedi prochain à zéro heure. Passé ce délai, il se verrait dans l’obligation d’appliquer toutes les mesures annoncées.
Mais coup de théâtre. Les bouchers en réunion hier au marché Dibiba, sous l’égide de leur secrétaire général, Amadou FOMBA, également secrétaire général des syndicats de bouchers de la rive gauche, ont exprimé leur entière adhésion aux mesures annoncées par le ministre du Commerce et de l’industrie. Ils les jugent d’autant plus salutaires qu’elles pourraient abaisser le prix de la viande avec os à 1 750 FCFA/Kg. De même, considèrent-il, l’importation de la viande constituera une sérieuse alternative à la hausse des prix à la veille de la fête de Ramadan.
Nonobstant leur position tranchée en faveur du ministre KONATE dont ils saluent l’esprit d’ouverture, les bouchers ne désespèrent pas de trouver un accord avec les éleveurs d’ici à dimanche. Faute d’accord, ils prônent l’application des mesures préconisées.
Autant dire que les éleveurs ne sont pas loin d’évoluer en solo.

Par Bertin DAKOUO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *